Translate

dimanche 9 juillet 2017

Sophie Scholl - La Rose Blanche - Die Weisse Rose

Sophie und Hanz
Sophie Scholl Die letzten Tage est un film allemand sorti en 2005, réalisé par Marc Rothemund récompensé de l'ours d'argent au Festival de Berlin et nommé pour l'oscar du meilleur film en langue étrangère. Julia Jentsch dans le rôle de Sophie Scholl et Alexander Held dans le rôle de Hans Scholl sont tous les deux remarquables. Auparavant, il y a eu La Rose Blanche, film de 1982, réalisé par Michael Verhoeven. Il y a une bibliographie sur Sophie et le mouvement de la Rose Blanche très fournie, un mémorial à Munich, des noms de rues, un prix de littérature, le nom du pont de Strasbourg qui relie le Conseil de l'Europe et la Cour européenne des droits de l'homme...Le pont de la Rose Blanche... Un symbole qui j'espère ne reste pas qu'au niveau des pieds mais monte aussi jusqu'au cerveau.

Hanz Scholl 1942


Sophie Scholl est la Rose Blanche. Avec son frère Hans Scholl qui choisit le nom, ils montent un réseau de résistance au régime nazi en 1942. Tous les deux sont pacifistes. Leur démarche se veut sans violence et ne réside que dans les mots, les tracts distribués ou envoyés par la poste . Ce cercle clandestin était constitué en majorité d'universitaires attachés aux valeurs de la Liberté : Sophie, étudiante en biologie et philosophie, son frère Hans et ses amis de la faculté de Médecine, Christoph Probst, Willi Graf, Alexander Schmorell, né en Russie. Orthodoxe très pieux, il sera canonisé en 2012 par l'Eglise Orthodoxe Russe. Tous sont arrêtés et condamnés à mort, décapités, pour haute trahison en 1943.



Sophie a alors 21 ans. Elle est garde d'enfants. Elle étudie la journée à la faculté des sciences de Munich et la nuit venue, avec Hans et les amis, dès le printemps 1942, ils rédigent des tracts, les tapent, les mettent sous plis, les timbrent et les envoient. Pour disperser au maximum les tracts envoyés à des intellectuels, médecins, journalistes, écrivains, professeurs, libraires, Sophie se dévoue pour prendre des trains de nuit, avec sa valise pleine des tracts, qui partent de Munich et sillonnent l'Allemagne. A son arrivée dans ces villes, seule, elle tracte et glisse des paquets d'enveloppes dans les boites postales. Elle se désigne volontaire pour le faire parce que selon elle une fille prend moins de risques au contrôle des SS dans le train. Des milliers de tracts signés la Rose Blanche seront éparpillés et lus dans tout le pays.
Alexander Schmorell

Christoph Probst et Alexander Schmorell2


Les cinq amis ne sont pas seuls. Nombre d'autres résistants les rejoindront et connaitront le même sort l'année qui suit. Il y aura six essentiels tractages. Sophie et Hans sont des protestants très croyants, Willi est fervent catholique, en 1933, il devient chef de la Neudeutschland, une organisation catholique pour la jeunesse qui sera interdite par Hitler comme toute autre organisation pour la jeunesse autre qu'hitlérienne. Christoph, lui, demande le baptême en prison après son arrestation et se convertit à la foi catholique. Quant à Alexander, sa foi est vivace. Il y a le professeur Kurt Huber qui entrera en contact avec les deux membres fondateurs de la Rose Blanche, Hans et Alexander, très influencés par leur professeur, qui rejoindra le mouvement et sera aussi arrêté puis exécuté.

From Leaflet 3, extrait du Tract 3.
"We will not be silent. We are your bad conscience. The White Rose will not leave you in peace!"




Sophie Scholl

Le premier tract fait essentiellement référence à la bible et cite Saint-Augustin, le second dénonce la Shoah et l'Holocauste, le troisième appelle à faire tomber le national-socialisme, le quatrième dénonce la politique militariste du Führer. Pendant l'hiver 42/43, la Rose Blanche se développe, est au sommet de son activité. Le cinquième tract "Appel à tous les Allemands" est celui que Sophie distribue dans tout le pays à des milliers d'exemplaires. C'est l'escalade des actions du mouvement qui en quelques jours marquent de leur signature tous les murs de Munich, sabotent la centrale électrique plongeant la ville dans le noir pendant une semaine. A l'université de la ville où se trouve le noyau dur de la résistance, les enseignants ne contrôlent plus la situation. Le 16 février 1943, les événements font paniquer les autorités et des chefs SS arrivent de Berlin pour faire la morale aux étudiants de la faculté qui crient, huent et se ruent sur la sortie en les bousculant. C'est dans les mêmes jours que Kurt Huber rédige le sixième et dernier tract de la Rose Blanche. Il sera tiré à 2000 exemplaires dénonçant les atteintes à la liberté du Parti national-socialiste, appelant à se soulever contre cette oppression.
Christoph Probst

Le 18 février Hans et Sophie Sholl prennent l'énorme risque d'aller déposer des piles de ce tract en plein jour dans les couloirs de l'université, en faire voltiger une liasse du balcon principal. Ils seront surpris par le concierge qui les dénonce. Sophie et Hans sont emmenés par la Gestapo, interrogés et torturés à la prison de Stadelheim pendant deux jours et deux nuits. Cela n'apparait pas dans le film, qui reste pourtant très fidèle aux procès-verbaux mais l'interrogatoire a été violent. Sophie arrive avec une jambe cassée sous ses béquilles le 22 février devant le tribunal du peuple présidé par le féroce SS Roland Freisler, ancien communiste. Le procès est expédié, en moins de trois heures c'est la sentence, peine capitale. Ce tribunal ne respectera même pas la loi autorisant 99 jours avant l'exécution. Sophie (21 ans), Hanz (25 ans) et Christoph (23 ans) seront tués le jour même à 17h juste après avoir eu le droit de dire adieu à leurs parents. Les témoignages relatent le grand et terrible courage de Sophie pendant les interrogatoires, le procès et quelques minutes avant d'être décapitée. 
Willi Graf


Dans les jours suivants, Alexander (25 ans), Willi (24 ans), Kurt Huber (50 ans) sont exécutés, les autres membres seront arrêtés, torturés, décapités ou déportés dans les camps. Certains survivront, d'autres pas.



Sophie Scholl

Ce qui a réuni au départ les vaillants camarades de la Rose Blanche c'est une vraie et pure amitié. En 1942 quand Hanz enrôlé est envoyé sur le front de l'Est à Gagarine, Hanz tombe amoureux de la Russie. Il fait la connaissance des paysans russes et son ami Alexander qui est aussi au front fait la traduction. En rentrant, quand les deux amis se retrouvent le soir avec les autres, c'est souvent qu'ils entonnent des chansons russes. Hans joue de la guitare depuis ses 16 ans et avec Sophie ils lisent beaucoup, vont au cinéma et fréquentent les musées régulièrement. Les frères et soeurs s'écrivent et leurs lettres de 1937 à 1943 seront publiées. Ils y échangent leurs avis sur leurs lectures. Ce sont tous les deux de grands lecteurs, dans leur correspondance ils parlent de Goethe, Rilke, Hölderlin, Schiller, Lessing, Bloy, Gide que Hanz traduit, Maritain, Bernanos, Cocteau, Claudel, Dostoïevski, Aristote, Pascal, Kant, Jünger et Thomas Mann qui touché par la mort des jeunes Scholl leur rendra un vibrant hommage de Londres en juillet 1943 où l'écrivain en exil s'écrie sur les ondes de la BBC "Courageux, magnifiques jeunes gens ! Vous ne serez pas morts en vain, vous ne serez pas oubliés".

"Il faut avoir un esprit dur et un coeur tendre" - Sophie Scholl
"La vie, c'est une grande aventure vers la lumière" - Hanz Scholl



Sophie Scholl