Translate

mercredi 14 octobre 2020

Love, burns

Le musicien Phil Sutton, auteur-compositeur, apparaît de 1993 à 1997 sous l'alias Hofner Burns. Batteur, il brille d'abord aux tambours de sa batterie avec diverses formations avant de fonder le groupe Comet Gain, puis son autre projet Pale Lights avec qui il signera deux albums chez Track & Field entre 1999 et 2002. L'anglais s'exile à New-York où il met en place The Soft City avec des membres de Comet Gain et des Ladybug Transistor. Après une jolie série d'EP sort un album éponyme en 2010 enregistré dans le fameux studio à Brooklyn de Gary Olson des Ladybug Transistor, Marlborough Farm Studios.



Phil, naturellement issu de la vague brit-pop, s'inspire du néo-réalisme dans le cinéma, la littérature et les interprètes féminines des années 60 comme Françoise Hardy qu'il admire. Pale lights depuis ne cesse de combler de ravissement le monde indie-pop avec en 2014 l'album Before There Were Pictures suivi en 2017 de The Stars Seemed Brighter.
Main dans la main avec Ronny Pinkau, à la tête de l'excellent label allemand Kleine Untergrund Schallplatten, Phil nous offrira un deux titres le 23 octobre 2020 qui d'emblée me séduit fort. Parallèlement je me réjouis d'apprendre qu'un nouvel album Pale Lights est à venir, commencé juste avant d'être bouclés à la maison au printemps dernier et fin prêt à nous être délivré.



Sous ce nouvel alias Love, Burns, Phil reprend ses guitares et ses baguettes sur le poppeux Gate And The Ghost / It's A Shame, toujours entouré de ses talentueux amis Gary Olson au mixage et aux manettes du studio d'enregistrement Marlborough Farms, de Kyle Forester artiste dont je parle récemment pour son superbe album solo et qui joue au sein des Ladybug Transistor et Crystal Stilts, Hampus Öhman-Frölund batteur des Alpaca Sports, le formidable artiste Nick Garrie et Hewson Chen de Lake Ruth et The New Lines.

Comme de coutumes, les guitares et la rythmique qui ornent Gate And The Ghost, galopent et chevauchent sur la mélodie qui fuse et donne furieusement envie de danser. It's a shame continue d'enfiévrer les oreilles avec son tempo groovy, sa guitare magique sur le clavier psychédélique entêtant et persuasif. Pour couronner le tout harmonieux et somptueusement pop, la voix de Phil Sutton resplendit de classe et de personnalité.
PaleLightsPiggledyPop2014
PaleLightsPiggledyPop2018
KyleForesterPiggledyPop2020
GaryOlsonPiggledyPop2020