Translate

mercredi 10 octobre 2018

Gentle Hen

Henning fait partie des artistes que j'admire et qui a désormais comme une place d'abonné sur Piggledy Pop. J'écris sur l'artiste dès 2012 et récemment pour son projet Gentle Hen : "Henning Ohlenbusch grandit dans le Massachussetts en prenant des cours de piano et de guitare. Plus tard à l’université sa personnalité artistique s’accentue et il étudie la musicologie tout en commençant à composer ses chansons. D’une mère danoise et d’un père allemand, ses influences culturelles et musicales sont vastes. Dès les années 90 il se produit seul avec sa guitare à des open-mic , dans les années 2000 constitue un groupe et forme School for the Dead, puis The Fawns, comptant quasiment les mêmes musiciens qui partent en tournée sur tout le territoire américain. Parallèlement, Henning Ohlenbusch joue de la basse sur scène pour d’autres musiciens comme Chris Collingwood des Fountains of Wayne ou encore Lloyd Cole. Il travaille en même temps en tant que producteur et arrangeur aux côtés de Bourgeois Heroes, de son ami Mark Mulcahy (auteur-compositeur à qui Thom Yorke, Frank Black, Vic Chesnutt, The National, Josh Rouse, Dinosaur Jr., Michael Stipe, Mercury Rev etc, rendent hommage sur la compilation de reprises de Mulcahy, Ciao My Morning Star (...) Rythmés, mélodiques, habillés de riffs de guitares, percussions, piano et choeurs enthousiastes, les textes réalistes, concis et plein d’humour de Henning deviennent sa griffe."
La suite est par là : HenningOhlenbuschPiggledyPop2012



En 2008, Henning signe de son propre nom un album en solo en assurant tous les instruments, un travail pas piqué des hannetons pour ce génial multi-instrumentiste. En même temps et de façon hautement prolifique, il continue avec ses autres groupes School For The Dead, Sitting Next To Brian, The Fawns, Bourgeois Heroes, Goldwater et Gentle Hen signant l'album Sneaking up on the Moon dont je parle ici en 2016 : "Etant fan depuis des années, quand j'ai reçu la semaine dernière ce nouvel album, j'étais en 'lévitation' déjà accrochée aux branches. Je le trouve meilleur d'écoute en écoute. Henning écrit depuis des années, a acquis une solide expérience de la scène et des studios et ayant une belle aisance dans la composition, il se permet de la saupoudrer d'un esprit amusé, radieux, délicatement mordant et adorablement sarcastique."
La suite est ici : GentleHenPiggledyPop2016

C'est avec Gentle Hen qu'Henning Ohlenbusch nous revient cette année et fera paraitre le 19 octobre prochain l'album Be Nice to Everyone dont j'aime l'ampleur musicale depuis quelques semaines. Avec ses amis musiciens, les mêmes camarades de studio et de scène depuis toujours, Max Germer à la basse, Brian Marchese à la batterie et aux percussions, Ken Maiuri aux guitares et claviers, Henning chante, joue de la guitare et du piano sur onze magiques titres qui donnent de l'entrain, du fuel, du sourire et de la sérénité. Henning est un artiste qui comme beaucoup crée de la musique pour son plaisir mais songe aussi au plaisir de l'auditeur "We dove into the songs like starving animals, giving in to the parts of our brains that thrive on creating and exploring and making sense of chaos. I’d written the eleven songs during this year of upheaval, there were no oldies being revisited. This was all new territory... The listener might not find specifics in the lyrics to justify the album title, but I’m hoping that the overall feel of the collection is human, friendly, introspective, and caring".



Le bonbon de Gentle Hen commence avec les guitares de We've Got the Goods, qui actionnent l'écoute illico. La voix posée et assurée d'Henning suit magnifique l'instrumentation du même bois. Composée de lignes pop fermes, la mélodie et ses cordes tendues, les mots mêlés de candeur et d'âpreté forme un titre convaincant. La rythmique se confirme sur la ballade She's Got it bad, où 'Jenny emulates a retro charm' écoute les Pixies avec la guitare électrique et la batterie qui se chahutent gaiement, faisant frémir l'épiderme de tout bon amateur de pop qui se respecte quand Knock Knock Knock l'agrippe plus franchement avec son allure rock'n roll. Virevoltant, entêtant, le titre fait gigoter sur la batterie et les claviers psychédéliques endiablés, typés border mods des sixties où Henning brille, inébranlable. Le clavier se fait facétieux sur les cordes de guitares scintillantes de This Could Only Happen to You, alternative et offrant une mélodie flamboyante. Puis A Few More Lifetimes offre un air gorgé de cordes voluptueuses et un texte poétique vibrant, très émouvant en ce milieu d'album.



Le tempo reprend enfiévré, mutin, pour un There's a World in the World et sa tonalité drôle, dans les arrangements de notes sautillantes et les paroles tonitruantes comme Henning sait si bien les concocter. Le rock audacieux et solide poursuit l'énergie ambiante sur Lean, Then Catch Your Fall en guise d'avertisseur à ceux qui croient leur pouvoir en expansion et risquent fort de vite goûter au schlague. La légèreté avec le brin d'esprit et d'humour habituel reprend sur le fabuleux They Know, They Know, où on zigzague entre les gammes, les accords euphoriques pendant deux minutes de bonheur pop. Les claviers, la batterie et les guitares donnent la charge sur le grandiose Ancient Bones où toutes les voix s'allient pour dessiner un titre puissant, frontal avant le délibéré offensif You Can't Take It Back, musclé de notes rock, de voix aiguisées, de claviers qui s'embrasent sur la voix d'Henning, qui en conclusion, énervée et mordante, donne l'estocade. Be Nice to Everyone contient de la fibre, du feu et des mélodies indie-pop variées qui fourmillent de rythmes, de musicalité et de sens ; Gentle Hen offre comme à son accoutumée de l'élévation et de l'émotion sur les onze titres radieux, à savourer dans quelques jours.
GentleHenPiggledyPop2016