Translate

samedi 21 juillet 2018

Young Scum

Je les présentais il y a 3 ans comme des héritiers indiepop de C86, Teenage Fanclub et Ride. Les Young Scum reviennent ce 6 juillet 2018 avec un très beau cadeau estival, l'album Young Scum. "Young Scum est un jeune groupe de Richmond en Virginie qui signe le 7 août 2015 chez Dufflecoat Records son deuxième EP Reporters. Il y a quatre titres, différents, colorés, proposant une atmosphère pop, dream, twee, construite et efficace. La solidité des titres est dans les mélodies, le jeu, le chant et l'ambiance générale qui déroule un mini film indiepop citadin, au son moderne et aux textes ramenant à l'adolescence. Taylor Haag à la batterie mène le rythme des chansons avec dextérité, quand Brian Dove resplendit à la basse, Ben Medcalf semble faire de la magie avec ses cordes de guitare comme Chris Smith qui également très talentueux à la guitare, chante avec une fibre indie pleine de promesse."
YoungScumPiggledyPop2015



Précieux, mélancolique mais tout autant musclé et vitaminé, le disque Young Scum offre 8 titres qui bahutent une belle âme indie à la 'peter pan'. Wasting Time s'ouvre sur des prémices de guitares qui nous rappellent illico les grandioses Field Mice. L'ambiance pop est insufflée directement, donnant d'emblée l'envie de gigoter et de se trémousser. Le texte évoque le temps perdu, le passé, sur une rythmique galopante tout comme sur Freak Out, mélopée ronde de sentiments amoureux qui semblent restaurer la confiance. Les guitares, la batterie et le chant de Chris forment un ensemble powerpop sur Sloth, où la distorsion est reine et le tempo furieux. La rythmique endiablée poursuit sur la flamboyante Dirt qui séduit, par le thème, par le chant et par sa construction alternative absorbante. Itchy Sweater scintille de sonorités jangle grâce à la basse de Brian Dove, la batterie de Caleb Knight et les guitares électriques majestueuses toujours assurées par Chris Smith et Ben Medcalf. Ben est aussi doué et inspiré sur son projet solo que je conseille BuddyList



La nostalgie est de mise sur Young Scum avec toujours ce fond jovial, joueur, comme sur le dynamique et jubilatoire Tonight. Les américains jouent la carte des nineties sur Crying at Work, jangle, power pop et plein de vigueur. Les hoo hoo en chorale sont ensoleillés et annoncent déjà le dernier morceau Hard solidement mélodique, à l'image de l'alchimie entre les musiciens, du talent de Chris Smith à la composition et à l'écriture qui déclare sa flamme dans ce dernier élan : "You just can't forget the way we looked when we first met. When you touched my arm. A library koozie, dancing to “in too deep”. Couldn't sleep for a week." 
Young Scum signe un album d'un acabit indiepop supérieur que je conseille fortement, comme les autres disques missiles pop à déguster dont l'excellent split Young Scum/Reporters, autre génial groupe de Notthingham. Leur label Pretty Olivia Records s'active actuellement a presser de très beaux vinyles et en attendant, les cassettes audio sont disponibles chez Citrus City Records.
YoungScum
YoungScumReporters/HandsAndArms