Translate

mercredi 4 avril 2018

Tutankamon

Tutankamon est un groupe scandinave à côté duquel je suis passée en 2009 quand il signe l'album du même nom, réellement bon à écouter presque dix ans plus tard. Un retour en arrière s'impose. Derrière ce nom de groupe, projet unique, il y n'y a pas de chameaux mais la réunion de vikings et des guitares. Les musiciens qui forment Tutankamon sont les renommés Adam Olenius de Shout Out Louds, Peter Morén de Peter Bjorn and John, Daniel Värjö de The Concretes et Niklas Korssell de New Rose. Peter et Niklas se connaissent depuis le début des années 2000 en jouant dans le groupe The Plan, respectivement à la batterie et à la basse. Peter connait aussi très bien le groupe The Concretes depuis 2002 quand Victoria leur chanteuse vient participer en duo au titre Young Folks pour les Peter Bjorn and John. J'évoque mon intérêt pour la pop suédoise dans un billet sur le Festival ÅÄÖ qui avait lieu à Paris depuis 2009 et a cessé d'exister en décembre 2015.
FestivalAAOPiggledyPop2009
PeterMorenPiggledyPop2008



Les quatre suédois talentueux, prolifiques, se retrouvent de belle manière en studio pour enregistrer dix titres solides, efficaces, se partagent la composition et l'écriture. L'album est donc fourni d'âme rock'n roll, montre un visage pop à profiles multiples et remplit les oreilles pour les faire hautement frétiller. La finesse de l'écriture entre sur la platine avec Starting to Appreciate qui fait décoller les guitares divinement dynamiques. Peter Morèn dégaine les mots avec toujours autant d'élégance, quand la clique d'amis, de chorale, avec un brio digne des Beatles, entonne 'i'm starting to appreciate all the things i already have'. La batterie, la basse et les clap-hands ne désarment pas la rythmique en acier brut quand parvient le titre grandiose Have You Ever Been In Love signé et chanté par Adam Olenius. Les trois minutes sont un délice pop musclé et finement joué par l'équipe. L'esprit de groupe ne quitte pas le drakkar à l'écoute de It's Not Over, écrit et interprété par Adam avec toujours ses fidèles compagnons aux guitares et aux choeurs. Paroles et arrangements guerriers, positifs, parcourent l'échine pour donner une sacrée envie de danser, comme sur le génial Three Of Us. Les harmonies de guitares se croisent, s'emmêlent, et se fondent à la perfection au style notable de Peter Morèn.



Puis Daniel Värjö allié à Peter offre un somptueux New Band in Town, dont le langoureux harmonica habille le titre de volupté. Le morceau, émouvant, parle des instruments, de la mandoline au tambourin et les fait respirer majestueusement, suivi de la batterie royale qui marque l'album d'une énergie généreuse et contagieuse. Les notes de guitares rock s'envolent vitaminées, pour faire bouger les hanches sur Are You Sure où les artistes clament joyeusement 'are you ready for the competition, are you sure?' sur un ton taquin et une mélodie pop griffée par Adam. Quand We Can't Have This Undone délivre des arpèges suprêmement beaux signés de Daniel qui subjugue par son chant d'une force troublante et réchauffe les coeurs. Daniel continue d'empourprer les oreilles armé de sa guitare aux côtés de Peter sur All the Things qui fuse avec une vivacité lyrique nous laissant imaginer un Dexy's Midnight Runners jouant avec le Velvet Underground. Quand l'ambiance pop furibonde de Oh Oh Oh Oh arrive aux oreilles c'est la confirmation que les suédois se sont éminemment amusés en studio. Enrubanné de cet esprit frais et de cette belle humeur, on ne peut que sautiller gaiement sur la mélodie. The Grown-up termine sur une note moelleuse, groovy et lyrique, dans l'échange et le partage de musicalité, de mots chaleureux à l'image de tout ce magique Tutankamon .