Translate

samedi 7 avril 2018

The Loch Ness Mouse

The Loch Ness Mouse est un groupe mené par un maestro de la pop norvégien Ole Johannes Åleskjær. Loin d'être débutant, Ole est un actif sur la scène indie depuis plus de 18 ans et cette année, il signe son cinquième album éponyme The Loch Ness Mouse, véritable keepsake musical qui marque notre époque, dessinant l'actualité avec poésie et des mélodies galbées, sculptées pour danser. Ole compose des airs alternatifs, pop, rock d'abord dans un premier groupe formé en 1992 avec son frère Jørn Åleskjær et dès 1999 sous le nom The Loch Ness Mouse avec Christina Høgetveit qui l'accompagne magnifiquement au chant, ils signent l'album Flair for Darjeeling, suivi en 2002 de Key West, en 2004 Cargo-An Introduction To The Loch Ness Mouse puis New Graffiti en 2009. Jørn signe en 2014 un bien bel album vinyle à découvrir, I´m So Glad I Spent This Day With You, produit par Ole, sur lequel il invite des amis en duo comme Gary Olson des Ladybug Transistor et les musiciens de I Was A King. Jørn offre ce mois de juin 2017 la très belle reprise du titre Shouldn't Have To Be Like That de Fra Lippo Lippi qui plaira inévitablement aux amateurs des années 80.
JørnÅleskjær



Après presque une décennie, pour The Loch Ness Mouse, Ole s'entoure d'une équipe d'artistes talentueux et brillants comme Sondre Lerche à la guitare et chant, Anne Lise Frøkedal de I Was A King à la guitare et chant, de l'auteur-compositeur Magnus Hængsle, Nick Terry au mixage (qui travaille avec Primal Scream et The Libertines), Emil Nikolaisen présent depuis les débuts, aux arrangements de cordes, auteur-compositeur, ingénieur et producteur fameux connu pour ses groupes Serena-Maneesh, Royal, Extol et musicien de Todd Rundgren.
Les influences sont typées pop eighties et seventies dans le sillage de Prefab Sprout, Style Council, Aztec Camera, Talk Talk et de la scène C-86 qu'il aime. Dès l'amorce de l'album partagée avec Anne Lise sur Warm Circuitry, la qualité des harmonies saisit et la justesse du chant séduit. On plonge dans le passé grâce au texte avec cette impression d'un flash-back appuyée par les arrangements disco-pop resplendissants. Les mots se balancent et voguent sur les thèmes de la musique et l'amour, sur fond d'optimisme, les jolis leitmotiv de l'album que l'on retrouve sur le magnifique jazzy Restore my Ears accueillant le grand Sondre Lerche. Le piano et ses métaphores y sont honorés, mis en beauté par l'ensemble lumineux d'instruments à cordes . Puis Bamboo (Love Is Not Cool) avec Magnus Hængsle arrive, sautillant et joyeux, pour évoquer la Chine que The Loch Ness Mouse connait bien pour y avoir offert de multiples concerts.



Pour ne pas faire de jaloux, on fait un saut de puce pour atterrir au Japon avec la vertigineuse ballade The Cherry Blossom in Japan qui s'immisce dans les oreilles, envahit et titille l'épiderme. Comme il est de coutume en Norvège, les duos habillent les titres à l'image de la générosité et l'esprit d'équipe de Ole, qui délie une mélodie somptueuse, une voix de velours sur Simple Song For a Bookstore. Puis le tempo reprend allègre sur Pretend It's Not So et ses mots pleins de lumière, ses cuivres et ses 'papapa' éblouissants chantés en chorale. La rythmique langoureuse ornée de guitares pastorales ennivre sur A Different Life qui parle des prémices musicaux d'un artiste en herbe pour enchainer sur le tempétueux et dynamique Rain Checks. Batterie et guitare électrique s'allient et façonnent un morceau aux contours seventies magiques. Puis on vibre à l'écoute des quelques secondes de Write To Me Anything avant Epoxy, sensuel, dont la délicatesse joyeuse des harmonies et l'agencement alternatif de la mélodie éveillent. Pourtant le fabuleux disque touche déjà à sa fin, avec Tristessa, feu d'artifice mélodique qui crée une émotion particulière et finit de combler avec ses notes de violons et de guitares entêtantes, au schéma pop imparable et splendide. The Loch Ness Mouse est un album réussi et abouti, à la veine scottish dotée de l'âme norvégienne de la brillante famille d'auteurs-compositeurs Åleskjær qui forcément fait son nid au chaud, chouchouté dans la discographie de Piggledy Pop.
TheLochNessMouse



Jørn Åleskjær - Cover Shouldn't Have To Be Like That