Translate

dimanche 11 mars 2018

Parks Squares and Alleys

J'écris sur le projet de Sergey Khavro en 2016 :"Parks, Squares and Alleys apparait en 2013 avec sa nouvelle cape et un premier ep qui porte bien son nom, Youth, aux traits electro-pop contemporains. Suit le single Forest puis l'album en 2015 Against Illusions and Reality qui dévoile des mélodies originales, sculptées, un peu plus matures et vraiment réussies. Aux manettes du projet c'est le musicien Sergey Khavro qui opère seul enregistrant ses mélopées lo-fi dans son home studio. Inspiré, ses titres sont chaloupés et arrangés avec idée et technicité. J'ai eu un coup de coeur pour Soft Clouds notamment et Bicycle, qui s'inscrivent dans le paysage magnifique que Sergey a sous les yeux, les plaines de Khabarovsk dans l'Est de la Russie."
ParksSquaresAndAlleysPiggledyPop2016



Le jeune artiste déploie ses ailes de compositeur pour offrir un nouvel album ce mois de janvier 2018. Parks Squares and Alleys signe Cold Blood Magic orné de 11 titres dansants et solides. Il est aussi coloré en mélodies, en thèmes qu'en arrangements que Serguey peaufine et orchestre lui-même. La sensation de maturité et de débit d'inspiration saute aux oreilles. Il décrit avec finesse une jeunesse libre, audacieuse en quête d'absolu qui se consume de façon fulgurante sur le premier titre Cold Blood Magic aux sonorités fantasmagoriques avec l'écho grandiose dans les voix et les guitares. L'entrée en matière est symphonique, piano et basse donnent de la consistance avant l'arrivée du clavier et de la batterie psychédéliques de Marmelade Man dont les métaphores faites d'épée en sucre, de peuple confiture, de chateau d'oignons, cavalent pour donner de la noblesse à l'écriture. Le boogie tisse sa toile sur Crayons qui décrit l'idée de conformité sur des harmonies fondantes qui font balancer les oreilles jusqu'à ce que le rythme décolle sur Disco Girl qui fait déménager les meubles. Le baladin russe devient amoureusement intrépide. Les arrangements bondissants propulsent des notes de basse et des riffs de guitares funky. L'ensoleillé et bouillant In Your House conduit par ses guitares s'envole, aérien et cristallin. Man in the Sky, continue dans l'ascension et gravite autour du sujet de l'aveuglement, d'un esprit collectif ignorant qui agit par dévotion crétine.



Puis le tempo s'accélère au rythme d'un coeur vif sur le romantique We're Not Just Friends suivi du battement par minute qui galope guilleret sur Parasites, single de 2016 : "Le titre excellent arrive d'un pas assuré, avec ses rythmiques, sa basse et sa guitare voltigeantes et la voix de Serguey d'une justesse convaincante, très mélodique quand il déclame "Can you see it? That’s the world of parasites. All the people I’ve tried to avoid (I see them around), All the voices I’ve tried to ignore (I hear them so loud)". Le discernement et la lucidité du musicien brille de mille feux dans les harmonies, dans son chant solide, dans les mots et dans l'avancée de Cold Blood Magic. Sa force presque froide devient brulante et passionnée sur le titre qui boucle l'écoute Mist on the River. La rythmique lointaine, au flegme élégant, planant et synthétique est efficace comme répondant au premier titre pour garantir un effet d'homogénéité intelligente à l'album. Cold Blood Magic est une sucrerie pop aussi 'burning' que 'cold' avec un Parks Squares and Alleys plein d'âme, de jardins secrets dont le talent en évolution constante titille et charme assurément. Spasiba, спасибо monsieur Khavro.
ParksSquaresAndAlleys