Translate

samedi 3 février 2018

O Emperor

Groupe irlandais, O Emperor est sensible à la qualité d'exécution, inspiré et généreux. Les cinq musiciens qui se rencontrent au lycée jouent d'abord dans les pubs et gagnent en technique au fil des années. Plus tard, à la faculté, ils continuent à se produire devant le public de Cork pour signer un premier album, Hither Thither, nominé au Choir Music Prize comme meilleur album irlandais de 2010. Suivra le second sublime Vitreous en 2013 enregistré dans leur propre studio qu'ils construisent pierre par pierre pour y jouer, répéter, et y installer toute l'administration de leur label Big Skin qu'ils créent et gèrent. Avec cet esprit autonome, peaufinant le détail, les O Emperor écrivent et composent. Un style musical architectural envahit les chansons et l'auditeur se régale de tapisseries post-rock ornée de pop psychédélique et d'une trame classique. A l'écoute des titres, on se promène, découvrant une atmosphère pleine de surprises, de couleurs, de sonorités, de personnages, de paysages, mettant efficacement les sensations en éveil.



Ils sont indépendants et s'épanouissent dans ce confort de création et de production “I think that because we’ve done it on our own we’re still underdogs so we’ve nothing to lose. We’re excited about that, that we can just go and push it. We can go to the UK and Europe if we want and we have options to do that. No one is telling us otherwise or advising us (...) Even if you’re dealing with smaller numbers it feels better because you’re doing it yourself.” Voici comment O Emperor décrit sa chevauchée fantastique. Le club des cinq au complet compte Paul Savage, Alan Comerford, Phil Christie, Brendan Fennessy et Richie Walsh qui subjuguent à la guitare électrique, guitare électro-acoustique, à la batterie, basse, aux voix, au trombone, aux violons, piano, synthétiseur et mélodium baroque qui ferait frémir Van Dyke Parks.



Vitreous est un album idéal pour se faire une image de l'univers O Emperor. L'album lance la cavalcade psyché-rock avec la romantique et mélodieuse Grandmother Mountain. Les amateurs de Divine Comedy, Hal, Gilbert O'Sullivan, Nash & Young, Wings et Pink Floyd pourront y trouver leur compte. Les arrangements y sont tantôt symphoniques, tantôt minimalistes, où se mêlent des influences sixties et une griffe electro contemporaine comme proposés sur Holy Fool. Synthétiseurs et violons batifolent et flirtent sur une batterie conquérante. Les guitares s'associent aux voix en chorale pour lâcher des distorsions puissantes comme sur le génial Whitener (Part 1). Les pistes alternent, zigzaguent, époustouflent de savoir-faire. Les textes, comme celui de Brainchild, séduisent par le style introspectif sentimental qui évoque les montagnes, les arbres, la mer dans une style poétique qui colle aux harmonies et allonge l'effet lyrique. L'album kaleidoscope offre de la soul, du rock, du baroque, de la pop et le chant époustouflant de Phil et de Paul délivre de l'énergie. Contact propose toute cette sophistication dotée du mixage en fer forgé aux facettes solides pour poursuivre sur le magnifique Menuet qui de construction alternative décline un texte voluptueux, blindé d'émotions. Le charmant et entêtant Land of the Living invite à se dandiner gaiment, au milieu des violons, de la rythmique sautillante et de la basse indie de Richie sur le thème du temps qui passe et du départ inévitable. Soft in the Head nous emmène le temps de la mélopée dans une époque plus élégante et courtoise avec l'exquis falsetto de Paul typé début de siècle qui se marie à la perfection au piano magique, subtilement arrangé. Enchaine le grandiose This is It avec la batterie scintillante de Brendan, les notes de guitares incroyablement stellaires de Paul et Alan.



O Emperor est de retour cette année et signe le 29 janvier 2018 le tout nouveau single Make It Rain à leur image, surprenant et plein de caractère. Funk, mature, énervé et impeccable on le passe en boucle en faisant des incantations pour faire cesser la pluie. Aux frontières du disco, le son maitrisé et les choeurs dynamiques donnent au single un air intemporel charmant et réussi.
OEmperor