Translate

dimanche 10 septembre 2017

Kumisolo

Kumisolo de son vrai nom Kumi Okamoto est une artiste japonaise qui vit à Paris et fait ses premiers pas en studio en 2009 pour signer en cavalier seule l'album de 15 titres furieusement pop My Love For You Is A Cheap Pop Song. Kumi écrit et compose des mélodies ritournelles dansantes et rebondies qu'elle interprète à cheval entre le français et le japonais. Cet opus est fabuleux, une suite de chansons différentes, arrangées avec beaucoup de finesse et d'instruments, claviers, cuivres et cordes . Suit en 2012 l'album Coeur Frag de 5 titres puis en 2013 La femme japonaise comportant aussi 5 titres dont Transports en commun qui dévoile alors l'esprit drôlissime de la musicienne et son univers plein de fraicheur, comme dessiné avec les traits naïfs et colorés d'un manga. Le génial La Chapardeuse est partagé avec Ricky Hollywood dont je parle là : RickyHollywoodPiggledyPop



Kumisolo vient de nous offrir au printemps 2017 un superbe nouvel album appelé Kabuki Femme Fatale. L'album est arrangé par le leader du groupe suédois de pop bossa et tropicale Joe Davolaz, avec qui elle partage le titre bossa nova Cha Cha André en 2015. Cette collaboration s'entend dans Kabuki Femme Fatale, mélange de twee, de pop bubblegum, de bossa, de pop sucrée sixties qui rappelle les influences de Kumi comme Françoise Hardy et Martin Denny, mariées au savoir-faire et à l'ingéniosité de Joe. Ce cocktail ensoleillé harmonieux ne tarde pas dès les premières notes de flûtes sur Voyage jouées par Kumi. Le texte, qui chanté en français avec grâce et un petit accent délicieux, s'y met aussi décrivant un paysage urbain doux et souriant. Les trémolos dans les cordes de guitares pop-garage fifties sur la basse grandiose sont fort réussis. L'ambiance sixties revient sur Pop Girl et ses trompettes, ses cornets rutilants ornée d'une rythmique tambourinante et joyeuse . Kumi nous emmène avec elle dans ses découvertes et ses étonnements, ses mirages, ses reflets avec des mots toujours élégants et merveilleux. Jungle Lady continue dans l'amusement et la légèreté qui fait simplement du bien et même rire. Le rythme envoûte et le rêve se poursuit dans la jungle où la Lady se libère sur les saxophones plein de charme.



La production d'une finesse absolue accroche l'attention et Kung-Fu Boy hypnotise sur le tempo pop-electro de la flûte de pan. La demoiselle concocte des mélodies alternatives, riches d'images, et parvient à nous transporter dans un tourbillon de notes galopantes soutenues par les choeurs. La pop griffée sucre d'orge décomplexée et arrangées avec flûtes, claviers et guitares irrésistibles est en symbiose parfaite avec les mots fondants et parfumés aux effluves yé-yé. L'esprit robotique apparait dans Pico Pico Robot Woman et ses harmonies psychédéliques géniales quand Kabuki Femme Fatale, chanté en japonais, vient orner le tout de noblesse. Kumi l'interprète avec un talent assuré et une vivacité flamboyante y glissant son âme aventureuse et sa culture. Automne Joli propose un synthétiseur cosmique sur le chant enfantin et sautillant pour une déclaration d'amour ravissante. L'ambiance rétro romantique venue de la touche excellente suédoise est très rafraichissante quand Ping Pong Machine et sa télécaster infernale ranime l'esprit sophistiqué japonais. Le dernier titre, Tous les jours, dédié à son enfant est précieusement touchant. Il sonne comme la dernière touche du pinceau sur le tableau Kakubi Femme Fatale montrant une femme qui voyage, s'intègre à un pays, avec des moments de nostalgie et poursuit sa route épanouissante. Je classe l'album de Kumisolo, fabuleuse auteur-compositeur, dans le panthéon de disques pop.
Kumisolo