Translate

dimanche 20 août 2017

Gentle Hen

Les 14 titres de Sneaking up on the Moon signés de Gentle Hen ont tapé la mesure de mon été 2017. Quelle joie d'apprendre la sortie de l'album le 10 septembre prochain et de pouvoir le découvrir sans attendre, portée au centuple! C'est le génial auteur-compositeur new-yorkais Henning Ohlenbusch qui porte le projet Gentle Hen depuis 2016. Prolifique, inspiré, on ne manque pas de gazoil pop avec le musicien. Il nous transporte dans son monde comme par magie, en claquant des doigts sur sa guitare et en délivrant une sacrée belle énergie. Je suis toujours en lévitation quand j'écoute le 'peter pan' de la pop.




" Henning Ohlenbusch grandit dans le Massachussetts en prenant des cours de piano et de guitare. Plus tard à l’université sa personnalité artistique s’accentue et il étudie la musicologie tout en commençant à composer ses chansons. D’une mère danoise et d’un père allemand, ses influences culturelles et musicales sont vastes. Dès les années 90 il se produit seul avec sa guitare à des open-mic , dans les années 2000 constitue un groupe et forme School for the Dead, puis The Fawns, comptant quasiment les mêmes musiciens qui partent en tournée sur tout le territoire américain. "

" Henning joue également dans d'autres formations comme The Fawns, Sitting Next To Brian, Bourgeois Heroes, Goldwater, dans le passé Humbert, The Aloha Steamtrain, The Greenbergs ou encore a accompagné Winterpills, Spouse, Chris Collingwood, Polaris et Mark Mulcahy. Il y a aussi le projet alt-country The Gay Potatoes où Henning écrit des chansons et joue de la basse entouré de Chris Collingwood, Lloyd Cole, Philip Price et Brian Marchese (...) Depuis il enregistre ses chansons, produit d'autres groupes dans son propre studio à Northampton. Il signe de multiples disques en solo, dont le stellaire Looks Like I'm Tall en 2006, Henning Goes to the Movies en 2011, réunissant de façon originale des chansons parlant de films comme le titre Amélie et son mellotron dévergondé, ou le magnifique single de 2014 Maybe I'm Not Meant To Do Anything Remarkable After All."

HenningOhlenbuschPiggledyPop2012
GentleHenPiggledyPop2016



Une des qualités d'Henning est sa manière de glisser son humour dans ses chansons, son optimisme sans manquer d'être parfois tranchant et sarcastique. The Hold Out ouvre le bal de Sneaking up on the Moon. D'emblée les guitares sont au galop, jouées par Hen et par le génial Ken Maiuri, suivies de la basse assurée avec brio par Max Germer et la batterie tenue par le talentueux Brian Marchese. Puis We're All Stars enchaine avec son tempo aussi vigoureux, ses paroles souriantes, candides qui rendent heureux et décomplexent pour chanter en sautillant comme une teenager. Il ne faut pas se fier à la rythmique vitaminée de We Didn't See Them Until We Did qui offre un texte offensif, dévoilant un ennemi avec des mots mêlés de lucidité et d'exaspération touchante. L'espérance ne nous lâche pas pour autant et Made up Stars l'amplifie avec sa mélodie pop agrémentée de choeurs qui montent et s'élèvent dans les 'stars'. Life of Leisure ramène aux Beatles, avec son orchestration dynamique et joyeuse comme sur Exploding the Past qui étire le sourire béat jusqu'aux oreilles. Le morceau magnifique alterne sur cinq minutes, entraine dans une spirale pop vivifiante. Je pense que certaines cordes de guitares ont dû aussi exploser pendant l'enregistrement. Les étoiles et le cosmos viennent nous envelopper grâce la duveteuse mélodie et harmonies à fleur de peau de Sneaking up on the Moon. Le moment de douceur continue avec California Brown où la voix de Henning somptueuse resplendit sur la guitare pleine de l'âme americana du grand ouest. Sit on Roofs, éclatant de rythmiques et de guitares endiablées nous invite à prendre place sur le toit puis à descendre en rappel gaiment de façon jungle pop ravissante et naive sur A Northern Lake (Erin). College Town offre une mélodie stylée pop sixties dodue qui fait dodeliner la tête bêtement quand Willing to Be Forgiven vient caresser les oreilles avec son air nostalgique et tendre. Puis Misdirection Octopus rappellera aux amateurs de rock psychédélique l'hommage que Henning rend quand passé vient refermer l'album avec le positif The Best News of Our Lives et son tambourin royal.

Sneaking up on the Moon est un album construit comme une bande-dessiné à l'esthétique des Peanuts sur des harmonies pop sixties colorées qui même picorées dans le désordre, sont tellement expressives dans l'instrumentation comme dans le sens qu'elles happent l'attention aussitôt. Il y a chez Gentle Hen, une écriture imagée charmante, des harmonies revigorantes faites de guitares en cascades ou de picking-cords. Les amateurs de Paul Simon et d'Hefner seront séduits.
GentleHen