Translate

dimanche 16 avril 2017

EZTV

2010, l'auteur-compositeur new-yorkais Ezra Tenenbaum enregistre ses chansons en solo sur un 8 pistes dans sa chambre d'étudiant avec sa guitare ou son piano avec l'immédiate envie de les jouer en concert. Il convertit son compagnon de faculté Shane O’Connell qui joue de la basse et Michael Stasiak de la batterie. Michael joue dans Widowspeak et Shane dans Saint Rich, signé chez Merge Records. Tous les trois ont des influences de qualité telles que Magnetic Fields, Beatles, Feelies, Nic Hessler, Big Star, Teenage Fanclub. Ensorcelés par la power pop psyché, EZTV rêvent d'assurer la première partie de Jonathan Richman. Le premier album Calling Out parait en 2015 avec trois chansons de leurs débuts et 9 récentes écrites en 2014. Je l'écoute en boucle...avant de le réécouter, encore.



L'an passé, EZTV signe un tout nouveau disque avec la collaboration d'amis musiciens passés au studio lors de l'enregistrement : Jenny Lewis, Chris Cohen, John Andrews de Quilt, Nic Hessler et les musiciens de Real Estate, Martin Courtney et Matt Kallman. Les dix morceaux de High in Place sont puissants de sonorités pop, de mélodies mêlant jangle pop, power, garage, indie pop ( de la lignée scène new-yorkaise avec Real Estate, Ladybug Transistor, Pigeons, City & Horses, Nic Hessler, Sam Evian, Essex Green, Yeah Yeah Yeahs, Animal Collective, Hospitality etc).



EZTV ouvre le bijou de septembre 2016 avec le somptueux High Flying Faith qui offre la participation de Jenny Lewis au chant. Ezra reconnait que vivre à New-York au milieu d'une multitude d'autres musiciens est un mode de vie qui pousse à explorer de nouvelles techniques mais qu'il se sent mieux à composer ce qu'il connait le mieux, même si le genre est déjà visité sous toutes ses coutures : la power-pop. A l'écoute de Racing Country, les guitares virevoltent, la batterie et la basse font resplendir une rythmique joyeuse et oxygénée. Les mélodies alternatives, aux instrumentations fines et élégantes, au chant limpide et majestueux, comme sur Reason to Run, accrochent l'attention et la cristallise.



Les harmonies typées sixties sont succulentes sur Clear, accompagnées de poésie qui décline des couleurs, les lueurs du matin au soir, en perpétuelle mouvance comme sur States of Confusion et son délicieux handclaps. EZTV sait marier l'esthétisme et l'énergie, la britpop à ce brin de folie créatrice new-yorkaise, évident sur Hammock et sa rythmique solaire qui galope. La notion du temps revient sur le génial Temporary Gold, soyeux titre qui rappelle l'excellence de Big Star. Le régal ensoleillé poursuit avec Still, où la ribambelle de guitares font rayonner la mélodie. Le grandiose How Long's It Gonna Be nous propulse dans l'ancien temps brillant des Teenage Fanclub et de Pale Fountains. Goodbye Morning, émouvant, inspire une réflexion sur un style de vie, loin du nôtre, conclut l'album High in Place totalement radieux. La power pop y est d'une beauté à couper le souffle. Le fond de psychédélisme est une splendeur, la jangle dans les guitares taquine la perfection, les textes fins baignent dans le lyrisme. Ezra exalte l'art de la composition pop avec les magiciens Michael et Shane qui activent un savoir-faire subtil et des références essentielles pour signer un chef d'oeuvre. (chez Captured Tracks)
EZTV