Translate

samedi 25 mars 2017

Nick Drake par Alain Hertay et Alain Pire

Nicholas Rodney Drake (1948-1974) est pour moi comme pour nombre d'entre vous la 'figure emblématique' de la musique du XXème siècle. L'auteur-compositeur interprète anglais qui nous a offert trois albums, sans aucun concert filmé, seulement quelques rares photos, développe depuis sa disparition chez beaucoup de la passion, du fantasme et plus le temps passe, une reconnaissance et une estime infinie parmi ses pairs. Sa manière de composer, de marier les partitions classiques aux mélodies pop, sublimées par sa voix magique, est unique. 'It’s impossible to keep count of the contemporary artists who cite Drake as an inspiration, but a cursory round-up includes R.E.M., Snow Patrol, Norah Jones, Radiohead, Brad Pitt, Sam Mendes, Paul Weller, Keane, Portishead, Belle And Sebastian, The Coral, Coldplay, Heath Ledger, David Gray, Super Furry Animals and Beth Orton.'



Sa famille, très unie, est ornée de musiciens. Faisant partie de la haute bourgeoisie anglaise, elle vit au domaine de Far Leys, près de Tanworth-in-Arden. Comme son père, son grand-père, Nick entre au Marlborough College, puis à l'université de Cambridge pour étudier la littérature anglaise. Il fait un cours séjour dans le sud de la France près d'Aix puis au Maroc ce qui lui sera dommageable. Il y découvre des drogues et rentre en Angleterre fragilisé, les produits le rendent dépressif. Pourtant le jeune homme d'avant est solide, d'après son meilleur ami de l'époque, il était véloce, motivé par la compétition, persuasif en tant que capitaine de l'équipe de rugby, grand sprinter, il était souriant, charmant et intelligent. Mort d'une overdose, on conclut à un suicide à l'époque mais sa famille toujours conteste et sa soeur Gabrielle bataille depuis pour qu'une enquête soit menée.



Nick Drake apprend le piano à quatre ans, puis la clarinette et le saxophone et découvre au fil de son enfance William Blake, Beaudelaire, Rimbaud, Keats, Shelley, Sartre, Camus, écoute Liszt, Miles Davis, Bob Dylan, Leonard Cohen et Chopin. Il compose ses premiers morceaux avant dix ans. Il achète sa première guitare en 1965 et voue un intérêt certain au style du picking. Son père directeur d'une société d'ingeniering, compose à ses heures perdues des opérettes, sa mère est aussi grande pianiste. Les parents Drake encourageront sans cesse les projets artistiques des enfants, les études et la musique classique ou populaire étant, dans leur monde, fort liées. Nick monte un groupe nommé The Perfumed Gardeners en 1964 qui reprend parfois les Yardbirds ou Manfred Mann.

Dès 1968, il se produit en public à Londres et un certain Joe Boyd, jeune producteur qui s'occupe de Fairport Convention, celui qui ouvrira le fameux club UFO, celui qui signe The Incredible String Band et surtout le premier Pink Floyd Arnold Layne, remarque le charisme de Nick Drake. Le lendemain les deux se retrouvent dans le bureau de Boyd à signer l'enregistrement d'un premier quatre titres.
"Boyd se les repasse en boucle, avec l'immédiate certitude du talent de leur interprète, de la singularité de ses compositions, de la virtuosité technique de son jeu de guitare et de la profonde originalité de ce qu'il entend". Cette phrase est tirée du livre magnifique sur Nick Drake que je viens de boucler, écrit par mon ami Alain Hertay et Alain Pire avec la complicité de Joe Boyd qui s'est livré à eux.

FIVE LEAVES LEFT
Nick’s first studio album, recorded in London whilst still a student at Cambridge University, augmented and orchestrated by his colleague Robert Kirby. Released on Island Records in 1969, and produced by Joe Boyd.


Grâce à ce précieux entretien sur Nick Drake, l'ouvrage délivre des détails croustillants sur l'homme et l'artiste lors du processus d'enregistrement du premier album Five Leaves Left. Le livre que nous proposent les deux Alain est un keepsake resplendissant d'anecdotes, une étude creusée sur les sources qui ont inspiré chaque texte, chaque chanson, un fin travail de recherche sur le ' contexte historique et sociologique qui a rendu possible Five Leaves Left'. La maison normande d'édition Densité, spécialisée dans la musique pop-rock vient de le faire paraitre en mars 2017 et signe plusieurs livres dans la collection Discogonie que je conseille : Robert Wyatt, My Bloody Valentine, The Cure, Neil Young. Alain Hertay et Alain Pire effeuillent les titres de l'album vinyle, dans un ordre très agréable à lire passant de la face A à la face B séparées par une feuille blanche symbolique.

Alain Hertay, formateur à la Haute École de la Province de Liège où il dispense des cours centrés sur le cinéma et la musique populaire, passionné par la Nouvelle Vague, le cinéma documentaire, le folk-rock et la musique pop des années 60, également chroniqueur sur le web, est un des grands experts d'Eric Rohmer. Alain Pire musicien guitariste, parallèlement à la scène, avec son doctorat en Information et Communication, dont le sujet de thèse est La musique psychédélique britannique signe l'Anthropologie du Rock Psychédélique Anglais en 2011 et offre la traduction de la biographie sur Syd Barrett Dark Globe en 2012.
Les deux amis nous livrent une très belle étude de Five Leaves Left. On plonge dans la lecture aveuglément. Le génie de Nick Drake laisse une trace indélébile et son don de mélodiste ne cesse de marquer les esprits. Sa musique, dense et intime, son jeu et son interprétation sublimes, sa poésie, continuent de nous hanter. Alain Hertay et Alain Pire ont ranimé son esprit le temps de 70 pages qui se terminent sur le chapitre "Comment disparaître complétement?". Une magnifique enquête sur Five Leaves Left à découvrir absolument.

"If songs were lines in a conversation, the situation would be fine"
Nick Drake

BryterOfficialNickDrakeSite
NickDrakeDensiteAlainHertayAlainPire