Translate

dimanche 25 décembre 2016

Blushing

J'ai un coup de coeur shoe-gaze pour Blushing qui s'aligne dans la grande tradition des Cocteau Twins, The Sundays, Belly, Beach House, Real Estate, les influences dont le groupe d'Austin se nourrit. Le quartet est formé de deux couples unis dans le privé, Christina Carmona à la basse et chant, son mari Noe Carmona au clavier et à la guitare, avec Michelle Soto à la guitare et au chant et son mari Jake Soto à la batterie. Blushing nous offre un premier EP qui paraitra le 13 janvier 2017 nommé Tether et qui fait résonner toute l'excellence indie-pop du Texas, mecque du rock avec ses fabriques de guitares, ses studios d'enregistrement et salles de concert qui fourmillent.



Les quatre américains posent des guirlandes de notes, en apposant avec une sacrée belle alternance de la réverbération et de l'écho qui fait penser aux Garlands et à Heavenly. Le rythme langoureux et gazeux à souhait, les vagues noisy pop de Tether oscillent et explosent sur les voix au bord du cold wave de Christina et de Michelle. Quand la batterie vigoureusement éclatante de Why can't we? lance la rythmique, les voix, la basse et la guitare électrique s'envolent sur le thème romantique et persuadent que Blushing nous réserve une suite musicale prometteuse.
Les six minutes de Mess glissent dans les écouteurs, délicates et puissantes à la fois, oscillant entre les riffs de guitares et les ondulations de claviers, magnifiques de bout en bout avant le touchant Protect you, bijou indie qui boucle ce premier EP à l'atmosphère vibrante réussie.
Blushing