Translate

dimanche 30 octobre 2016

The Happy Couple

The Happy Couple est comme son nom nous met une grosse puce à l'oreille un couple germano-britannique composé de Johanna Maier au chant et écriture et de Tom Hilverkus aux guitares, basse, piano, moog, flûte, orgue et composition.
C'est en 2003 que la paire electro-pop signe en Allemagne, sous leurs alias Janehoney et Tom Sparkletone, un 4 titres sur vinyle nommé The Four Seasons qui comporte le superbe French Cinema Summer Love et Treason, l'unique titre chanté par Tom. En 2005, ils participent à la compilation Tribute to Television Personnalities If I could write Poetry avant de signer le fabuleux maxi-single Fools in Love enregistré à Glasgow avec ses fondant Another Sunny Day et Hopeless Case sur lequel Roy Moller vient jouer de la guitare.
RoyMollerPiggledyPop



En 2006, le duo offre derechef une pépite galbée pop sixties magnifique avec Song for the Troubadour sur lequel Stevie Jackson de Belle and Sebastian joue de l'harmonica. Les Happy Couple retourne peaufiner le single en Ecosse et propose cette même année la compilation Happy Times & Petty Crimes qui reprend l'ensemble de leurs chansons avec des inédits et toujours à la production le génial Ulric Kennedy, auteur-compositeur de Golden Dawn et The Catalysts dont je conseille l'écoute de circonstances Autumn Everywhere. Il y a une pause de huit années, d'abord parce que Tom déménage d'Edimbourg à Brighton avec son épouse également musicienne, lance son propre label Félicité Records et parce que Johanna qui vit à Hambourg n'a pas d'ordinateur, ce qui laisse peu de visibilité au travail à distance. En 2014, The Happy Couple réapparait avec l'album magnifique Into the Woods, dans son sillage, l'âme de Heavenly, Shop Assistants, Marine Girls, Pipas, The Clientele et une griffe electro-pop contemporaine, tantôt mélancolique, tantôt trottant à l'allure guillerette.



Commençant avec l'émouvant et romantique Scar on my Heart, Into the Woods lance une flambée chaleureuse d'indie-pop orné du talentueux batteur Grant Allardyce. Bénéficiant du matériel vintage du studio de Joe Watson (Stereolab/The High Llamas), le son d'harmonium habille élégamment Mapping doté de synthétiseur eighties qui va comme un gant aux mots pleins de lumière et réverbération. Puis le bois de la guitare, de la basse et du piano vient tapisser la twee pop ronde de 'papapa' sur Alexisbad suivi du voltigeant et touchant CrushedJoe Watson brille aux claviers, Tom resplendit à l'orgue accompagné de la voix cristalline de Johanna. La rythmique langoureuse de Paper Games suit la mélodie envoûtante et mélancolique, entérinée par les échos posés sur le chant et sur la guitare pour électrifier la mémoire mêlée de sentiments. Cet effet est continué magnifiquement sur le nostalgique Smash the Glass. La pop sautille dans les arrangements vitaminés de The Bestiary of Jane qui compte la partition de trompette de Gary Olson de The Ladybug Transistor avec les handclaps de Joe et de Tom ainsi que les cymbales et caisse claire enflammées de Grant Allardyce. Le mariage délicieux du piano et de l'orgue poursuit sur Sweet Believer où Johanna dépose sa voix voluptueuse et ses mots poétiques pour dessiner un titre introspectif superbe. Call and Response arrive bondissant de guitares, de tempo décalé au psychédélisme discret incluant de la flûte et des effets de voix pour imager les 'angels'. L'ambiance pieuse et lumineuse règne tout au long de l'album qui se termine sur Into the Woods, voyage pop contemplatif, qui boucle en beauté l'écoute.
TheHappyCouple