Translate

samedi 17 septembre 2016

Mini Dresses

Même si la fin de l'été approche à grands pas et que l'on range au placard les tenues estivales courtes, les Mini Dresses restent de circonstances, fort convenantes. Idéale à écouter cette demie saison, twee, soft, dans la veine de The Clientele, pigmentée de pop sixties, l'atmosphère musicale que nous propose le duo est solide, singulière. Véritables créateurs, musiciens brillants, Lira Mondal et Caufield Schnug, respectivement de l'Arkansas et du Texas, transportent avec style et discrétion l'âme artistique du Velvet Underground ou le suave psychédélisme des débuts de Sonic Youth. Rencontrés à Austin, leur ville de coeur, même s'ils vivent à Boston, les Mini Dresses forment une fine équipe, ils se complètent : Lira qui chante, écrit les paroles et joue de la basse est fan de post-punk et Caufield, guitariste et compositeur est amateur de shoegaze, des sixties et de la pop française.



Tous les deux aiment voyager, sont touchés par le cinéma et la littérature, des hobbies qu'ils ne manquent d'évoquer dans leurs chansons, en modelant avec talent des histoires autour de différents personnages de fiction. Mini Dresses commence l'aventure en 2012. Ils jouent sur scène à Austin et enregistrent à la maison un premier et efficace Summer de cinq titres, puis Hot Sun de trois titres qui n'est pas seulement lumineux et chaud de par son titre. Suivent en 2013, le single Two puis Emmi/ Tom and I. Août 2014, le génial Three parait avec cinq nouveaux morceaux, galbés et mélodieux suivi du single Bracelets au printemps 2015 et de Four qui sort en format cassette.



Ce mois de septembre 2016 les Mini Dresses nous apportent le superbe quatre titres Sad Eyes que j'écoute en boucle depuis sa sortie. Délice sonore, stylé shoegaze, Lira assure au chant, à la basse, Caufield aux arrangements et à la guitare, récemment rejoints par l'excellent batteur Luke Reed du groupe Bent Shapes. Sad Eyes qui ouvre le disque est envoûtant, somptueux tout comme I feel It qui poursuit dans le tempo langoureux, sucré et harmonieux. Mini Dresses nous enveloppe de son univers de velours. End the Night est bercé de notes cristallines, impéccablement twee pop, rock, psyché et romantique à la fois. Fabric clôt avec un brio groovy, dream-pop et lo-fi à souhait. Leurs influences, les Cocteau Twins, Bloody Valentine, Slowdive et Mojave 3, alliées à leur belle inspiration, formeront un album sur lequel Mini Dresses travaille pour l'automne. C'est noté sur les tablettes!

LabelBoxBedroomRebels