Translate

dimanche 10 avril 2016

Julien Bouchard



A la confection d'un disque, le choix du premier titre, celui qui accroche, celui qui plante le décor est crucial. Ici, sur Songs from la chambre, le choix est réussi et absorbe l'attention. Julien Bouchard joue au sein de ses projets annexes Coco Business Plan et Silent Days, étant sur les scènes indépendantes et dans les studios d'enregistrement depuis plus de dix ans. Véritable orfèvre de la pop, auteur-compositeur de grand talent, son label belge Hot Puma Records (que je recommande chaleureusement) révèle que le troubadour balade avec lui partout son carnet à spirale, contenant tous ses trésors musicaux.
A l'écoute de l'album qui mélange les titres en français et en anglais comme le souligne son nom, on ne peut que fondre devant autant de mélodie et de personnalité confondante. Je suis personnellement restée plantée, coite, distinguant du grand songwriting à la Elliott Smith, mêlé à la poésie française et à la délicatesse française. En solo, l'oiseau déploie ses ailes créatives constamment sur Songs from la chambre, qui est alternatif, étonnant, fort séduisant, sur tout son ensemble, enregistré à la maison.



L'album DIY nous plonge donc d'emblée dans l'élégance de la composition pop avec 100 Regrets, qui montre le pouvoir de Julien sur les mots, avec lesquels il joue volontiers, arrondis par les harmonies et sa magnifique voix. Puis Stolen Love, déroule un tapis de notes et de rythmes de la géniale batterie assurée par Sergio Taronna (label manager de Hot Puma Records). Le piano et les guitares en cascade, offrent un morceau qui plaira aux amateurs de Teenage Fanclub, Travis ou encore de Neil Young.
Handguns déboule, avec sa basse splendide, son piano joué par Eddy La Gooyatsh et le chant grandiose de Julien, orné de glockenspiel, tambourins, pour ornementer l'air émouvant et les paroles touchantes. Always suit avec ses harmonies variées, continuant dans l'émotion et la surprise. L'amour y est le protagoniste, les claviers et les voix l'accompagnant avec grâce pour un moment de douceur galvanisante. Les guitares majestueuses resplendissent sur Si loin de toi où le tempo nous emmène sur les thèmes du temps, de la distance, loin de la France... Color of the Sound, avec les choeurs amicaux de Julien Olivier et d'Ottavia Simonin, continue l'enchantement mélodique, laissant croire au miracle d'une rencontre entre Nick Drake, Donovan, Brian Wilson et John Lennon.



Après le virevoltant et envoûtant Fear, au rythme poignant suit l'ensoleillé et chaloupé Blind Kids in the Stadium, où Sergio vient titiller les synthétiseurs sur les 'hou hou hou' sucrés de Laetitia Cupillard dans les choeurs. L'intimité de Hungry men montre l'immensité du talent de mélodiste et de créateur de Julien Bouchard, qui fait briller son instinct de musicien, sa plume et ses harmonies. Party freaks invite à un léger psychédélisme et à un groove romantique venant papillonner sur le rythme époustouflant d'Elliot Burke à la batterie au côté de Julien qui assure tous les autres instruments. Le délice se prolonge sur Prendre le temps, un titre qui reprend la notion du temps sur une instrumentation magique, un texte et un air brodés d'or pop, des notes fleuries en couronne, des voix en spirale majestueuses pour terminer en beauté ce voyage musical.
Le premier album de Julien Bouchard, Songs from la chambre, est une des plus belles découvertes de l'année 2016 sur Piggledy Pop!

JulienBouchardHotPumaRecords