Translate

jeudi 10 mars 2016

Paul Tasker

Musicien confirmé, auteur-compositeur affirmé, Paul est aussi professeur de guitare à l'académie Musicworks de Glasgow où il vit depuis dix ans. L'artiste écossais évolue dès 2005 dans le groupe Doghouse Roses, duo pop folk formé avec la chanteuse Iona Macdonald, signant plusieurs EP et deux albums géniaux. L'aventure commence en 2006 avec deux EPs et un single, Doghouse Roses, Folk & Blues Part 1 et Greener The Grass / Years avant la parution de l'album How’ve You Been (all this time?) en 2009. La complicité du producteur de renom Malcolm Lindsay et du multi-instrumentiste Alan Scobie, ainsi que la présence de multiples musiciens comme le violoncelliste du Scottish Opera, Robert Irvine, alliés à la composition de Paul et à la voix de Iona forment 10 titres d'une beauté absolue. Le duo assure une tournée européenne et récolte une presse internationale dithyrambique. Pastoral, lumineux, le thème de la nature est omniprésent dans les mélopées qui respirent les landes écossaises dans les arrangements et les harmonies.



Suivra l'EP Folk & Blues Part 2 qui annonce en 2009 le second album This Broken Key, plein de douze chansons flanquées de country-folk magnifique. Entre-temps Paul collabore à une flopée d'autres projets ; il joue sur Tree Tumble Wake Mother de Davie Lawson, participe à l'album 49 Arlington Gardens de Nick Garrie, joue de la mandoline sur Ride The Tide de Neil Sturgeon, joue du banjo sur Whats Going on sur l'album My Kind of Paradise de Brian Hughes et joue aussi sur Pilgrim Road des américains The Willard Grant Conspiracy qu'il accompagne entre 2007 et 2009. Paul Tasker est ami avec un autre artiste écossais dont je parle souvent ici, que j'adore, Stuart Kidd alias Kidd, ou Doctor Cosmo's Tape Lab et The Wellgreen. Peu étonnant d'apprendre que les deux musiciens talentueux s'entendent et jouent ensemble sur scène lors des concerts de Doghouse Roses.

Depuis quelques jours, je me nourris de son nouveau projet solo, excellent. Paul signe le 30 mars prochain un instrumental de 9 morceaux nommé Cold Weather Music, qui me touche et que je trouve monumental. Dores et déjà, je sais que son album me suivra longtemps.

J'y entends du folk traditionnel gaélique, j'y décèle des histoires, des images, des atmosphères féeriques comme une aube écossaise parfumée de fougères, de mousse et d'iode. Les mélodies qui s'enchainent sont une explosion de couleurs, de notes, comme un bouquet de cartes postales racontant une histoire que l'auditeur peut modeler à l'envie. Paul l'a composé en ayant un film en tête ; On le devine au fur et à mesure des écoutes. Le banjo qui ouvre le bal sur Husker's Theme, accompagné de la guitare montre le talent de musicien inouï, l'aisance pour le jeu, léger, ensoleillé et la délicatesse dans la composition. D'emblée on plonge dans l'univers de la nature, des fruits, des graines, quand Gorlitzer offre une balade jouée à la guitare acoustique qui invite au voyage comme sur Skytrain.



La flute de Jo Shaw se promène céleste quand Corran Macarthur distribue des particules aériennes dans son violoncelle, donnant une impression de promenade à travers les vertes plaines, les blanches montagnes, à l'image de la pochette de l'album. Les guitaristes Thomas Marsden et Dejan Lapanja, le percussionniste Luigi Pasquini sont présents à l'enregistrement avec Paul et les harmonies, les arrangements sont parfaitement réussis, sensationnels. Le parcours musical poursuit avec Valve Oil où banjo et guitares taquinent aussi ardemment les cordes qu'un cow-boy assoiffé enfile les whiskeys dans un western de bruts et 'bads' recouverts de poussière. Paul Tasker dessine ses mélopées comme pour faire voguer l'esprit et l'imagination, dans l'espace ou dans le temps avec par exemple la sublime Blooms in the Autumn qui étonne par ses arpèges au profil à la fois hispanique et médiéval.



Puis le spectacle sonore déborde d'images grâce au banjo de Tundra Plane qui offre la sensation de légèreté planante, de survol paisible et solide. Le même sentiment est saisissant sur Ne'er Day où entre chaque notes jouées, le silence se glisse, donnant du relief à la mélodie. Puis InE arrive comme une explosion printanière, une saison naissante, un doux climat pour porter le kilt et une envie de galoper à dos de shetland dans les Highlands. Enfin Rising dévoile le don de guitariste impressionnant de Paul Tasker. Avec des variations infinies, un son exquis qui sort des cordes, Paul joue comme un poète lyrique de la guitare et du banjo, offrant de l'oxygène, de l'immensité et de la liberté dans les airs. Véritable aimant, étonnant et fort enveloppant, Cold Weather Music, est un objet magnifique également en vinyle que je classe dans le top 10 des albums 2016 chez Piggledy Pop.
PaulTasker

Tundra Plane from Paul Tasker