Translate

jeudi 3 mars 2016

Noiserv

J'ai découvert Noiserv jeudi soir dernier en live lors d'un showcase privé (moment magique) dans une galerie d'art à Montmartre (endroit idyllique). Je dois avouer ne pas avoir volontairement écouté le disque avant de le voir jouer ses chansons en direct, seul, assurant clavier, guitare, basse, rythmiques. Je reste en pâmoison et époustouflée par l'artiste qui jongle avec une dextérité monumentale au milieu de ses instruments, chante en même temps et transmet son art avec l'oreille absolue du musicien qui a 'le don'. En rentrant du concert, j'ai savouré les chansons sur album. Rien ne manque, la magie et l'inspiration sont là, la sensibilité et la poésie dans le chant aussi, avec en bonus, cette ambiance sculptée et brodée sur mesure, présente aussi en live.
Non seulement sa prestation m'a enchantée mais en plus, elle est indéniablement la meilleure de celles vues ces derniers mois, voire années.



De son grain de voix charismatique et voluptueux qui se classe au rang de celui de Mark Kozelek et de Stuart Staples, le musicien portugais David Santos alias Noiserv, nous embarque dans ses mélopées aussi gaillardement qu'on partirait au long cours avec Vasco Da Gama. Ses textes narrent des aventures, des histoires et sont mis en musique avec des bruitages, des samples qui arrivent toujours à point nommé. Le maestro apparait en 2005, d'abord avec des covers puis avec ses compositions sur des EPs, comme 56010​-​92, en 2008 One Hundred Miles from Thoughtlessness, suit en 2009 Bullets on Parade, en 2010 A day in the day of the days, puis Noiserv compose les 13 titres de la bande originale du film José&Pilar, en 2011 le délicieux single Mr Carousel qui précède le double album de 19 titres, One Hundred Miles from Thoughtlessness + A Day in the Day of the Days (Special Edition) jusqu'au splendide Almost Visible Orchestra [A​.​V​.​O​.​] paru en 2013 et réedité par le label Naive en octobre 2015.

Ce A.V.O, d'une splendeur poétique et narrative incroyable, enveloppe dès les premières notes de This is maybe the place where trains are going to sleep at night. Avec cette drôle manie de donner des titres longs comme mon bras à ses chansons, on comprend vite que Noiserv a son propre univers et que les schémas conventionnels sont le cadet de ses soucis. La surprise opère quand la guitare acoustique et électrique au rythme d'un train sur rails nous emmène via les paroles pleines de courage et de combativité avant la frissonnante Today is the same as yesterday, but yesterday is not today, qui ,en live, m'a fort émue. L'instrumentation délicate et fine met magnifiquement en avant les mélodies et la voix de David, comme sur It's easy to be a marathoner even if you are a carpenter où les thèmes de la musique, de la danse accompagnent ceux de la pugnacité et de l'adversité. Claviers cristallins, rythmiques élégantes s'entremêlent sans se déganter sur I'm not afraid of what i can't do qui offre une ribambelle de notes majestueuses. Noiserv joue plus de 15 instruments dans ses titres qui fourmillent tout autant d'arrangements que de métaphores épatantes.



47 seconds are enough if you only have one thing to do et sa guitare hypnotisante nous mène vers le bontempi de Life is like a fried egg, once perfect everyone wants to destroy it qui évoque joliment l'ascension du musicien, en groupe puis en solo. Le folk doux de I will try to stop thinking about a way to stop thinking grignote l'esprit de sa mélodie précieusement entêtante. Les arpèges de guitare continuent tout en retenue et duveteux sur It’s useless to think about something bad without something good to compare, où la musique et le texte balancent entre le bien et le mal avant le virevoltant I was trying to sleep when everyone woke up qui accueille une rythmique enthousiaste et des choeurs d'amis avec Afonso Cabral, Esperi, Francisca Cortesão, Luís Nunes, Luísa Sobral, Rita Redshoes et Salvador Menezes.
Almost visible Orchestra  [A​.​V​.​O​.​] est tout compte fait, le tour de main d'un homme orchestre visiblement talentueux. A l'écoute du dernier morceau Don't say hi if you don't have time for a nice goodbye qui offre la collaboration de l'artiste français Cascadeur, la fin du disque est déjà là, sans avoir vu passer les 10 titres, merveilleux.  [A​.​V​.​O​.​] de Noiserv est rond de musicalité, riche en émotions, un petit chef d'oeuvre intemporel pop, folk, electronica, au caractère immensément authentique. Avis aux parisiens : Jouant du 7 au 12 mars en Allemagne, Noiserv revient bientôt dans la capitale et sera le 18 mars Au pavillon de l'Arsenal et le 19 mars à la Gaîté Lyrique. A vos tablettes!
Un spécial Thank you à Louis!
Noiserv
Cascadeur