Translate

dimanche 27 mars 2016

Crepes

Je manque le coche (et les cloches), décidant en ce weekend pascal de rester à la chandeleur et de faire sauter les crêpes. Originaires d'Australie, le groupe est conduit par son auteur-compositeur Tim Karmouche, au chant et à la guitare, accompagné par Nick Robbins à la batterie, Pat Robbins à la basse, Jackson Dahlenburg aux claviers, Maceo Wood et Sam Cooper aux guitares.
C'est au lycée que Tim rencontre Maceo dont le père est une légende locale dans leur petite ville de Ballarat, y tenant le seul magasin de disques. En 2009, Tim écoute une foule de groupes et inspiré, doué, se met à écrire des mélodies pop incroyablement belles et cintrées, dans la veine de Eels, The National, aux arrangements parfois psyché qui évoquent tantôt les MGMT tantôt Super Furry Animals. Après un premier groupe Hollow Everdaze, c'est la formation Crepes qui voit le jour en 2015 pour signer en avril le splendide EP Deaf Ambitions.



Cold Summers glisse sur la platine comme une crêpe sur le teflon déroulant des notes saupoudrées de sunshine pop et de garage pop subtilement fifties. Puis Ain't Horrible, mellow et groovy, offre le chant irrésistible et habité de Tim qui ondule et surfe sur les guitares scintillantes. Les choeurs poppeux de Stages of Fear donne des frissons et l'envie de sautiller, de danser, comme piquée par le dynamisme et l'engouement de la batterie, des rythmiques endiablées. Les harmonies sont brillantes, la mélodie grandiose, exécutée avec un style galbé, stylé sur l'harmonica dévergondé. Les amateurs du compatriote Lawrence of Arabia colleront leurs oreilles à Crepes qui enchaine, princier, sur le Moon Dancer, puissant de charme, envoûtant. Les claviers s'emballent langoureux sur la voix magnifique de Tim pour souligner le mouvement, sur le piano et la basse stellaires. L'EP ne désarme pas, époustouflant jusqu'au bout avec Size of your Town où j'entends la musicalité de John Lennon, Graham Nash, Jon Brion, avec ces particules aériennes lyriques jouées au piano, sur les guitares et un texte parfumé de nostalgie impériale, qui dessine les paysages boogie de Victoria et de Melbourne. Très réussi, j'ai hâte d'écouter la suite de Deaf Ambitions, un délice pop qui fait de Crepes la plus belle découverte australienne de l'année 2015.
Crepes