Translate

mercredi 9 mars 2016

Chelsea / Emmanuel Tellier

Parce que j'espère avec ferveur et fougue que Chelsea gagne ce soir face au PSG que je déteste, je reviens sur ce superbe groupe qui s'écoute encore si bien 25 ans plus tard.
Né au début des années 90 à Tours, Chelsea compte Emmanuel Tellier à la guitare et chant, Étienne Dutin à la guitare, Pierre Palmieri à la basse et Olivier Descroix à la batterie. Après le split de Chelsea en 1998, Emmanuel, avec les mêmes compères (sauf pour Olivier Descroix, remplacé par l'excellent batteur Luc Durand) monte les groupes Melville, puis La Guardia et enfin la formation récente 49 Swimming Pools. Parallèlement l'auteur-compositeur est aussi journaliste, travaillant 11 ans au sein des Inrockuptibles, il devient chef du service culture et rédacteur en chef de Télérama.
Avant de créer Chelsea en 1989, Emmanuel part en Angleterre peaufiner ses études d'anglais attaquées à Tours. Il se produit avec sa guitare dans les bars de Londres, Liverpool et Manchester. Ayant joué dans six groupes différents, l'artiste a six albums à son actif dont trois avec Chelsea ; Ils sont tous splendides.



Musicien de qualité, ayant fréquenté les bancs du Conservatoire de musique, tâté le piano dès ses 5 ans, puis adolescent, la guitare et la basse, l'amoureux des Smiths et des House of Love est aussi très inspiré et prolifique. C'est chez Rosebud, petit label indépendant de Rennes que Chelsea signe son premier bijou en 1991, Réservé aux clients de l’établissement suivi en 1992 de Tramway, dont le titre Sur les traces de Pat Hobby est produit par Ian Broudie (du groupe Big in Japan et producteur des Echo & the Bunnymen, Shack, The Fall, The Coral, The Pale Fountains, The Lightning Seeds ) et enfin en 1994, Nouvelles du Paradis. Le groupe gagne une belle renommée, joue sur scène avec les La's, ou encore James dont Chelsea reprendra Strip-mining. Les tourangeaux aiment l'exercice de la reprise qu'ils honorent avec The devil's eye des Go-Betweens, Shine on des House of Love , mon adorée These are the things des Pale Fountains et l'Amérique de Joe Dassin.



J'aime Chelsea qui figure dans mes groupes favoris, mes références. Follement imaginatif, génialement écrit, finement interprété, l'univers mélodique pop du groupe est en 1990 précurseur et visionnaire. Pour une fois, le groupe ambassadeur, sait non seulement chanter en français et en anglais avec un accent irréprochable mais surtout écrire des paroles dans la langue de Shakespeare sans fautes de syntaxe ni d'orthographe. A ma connaissance, je ne vois aucun groupe de pop actuel capable d'aller jouer à Manchester, chanter en anglais devant les indigènes connaisseurs, sans se sentir condamnés à porter une fausse barbe, un chapeau et des lunettes noires.



Cet orfèvre de la pop, bien plus actif qu'un yaourt au fididus, nous comble en partageant des nouveautés musicales, dans le cadre de son activité journalistique mais en bonus, généreusement, en organisant des tournées et soirées-concerts comme celle de The Apartments aux Bouffes du Nord. C'est en grande partie grâce à Emmanuel Tellier si l'australien Peter Milton Walsh de The Apartments remet le pied à l'étrier en 2012 après un break de 18 ans en signant le nouvel album No Song, No Spell, No Madrigal.



Je conseille de réécouter Chelsea et ses pépites dont je suis fan, comme Les Dimanches De Mr Wilson, Le mauvais perdant, Sweet Sixteen, Sur les traces de Pat Hobby et le somptueux Jonathan. Dans la lignée de Echo and the Bunnymen, James, Blueboy, Ride, The Smiths, les projets d'Emmanuel Chelsea et 49 Swimming Pools, entre les autres, sont le fer de lance de la french-pop qui pour une fois nous évite de frôler les murs et de ramper de honte. Pour toutes ces mélodies qui nous charment, nous émeuvent, tout en évitant d'élimer les pulls aux coudes et le velours aux genoux : une grande reconnaissance et un grand merci à Emmanuel Tellier, Samuel Léger, Fabien Tessier, Etienne Dutin des 49 Swimming Pools et à feu Chelsea!
49SwimmingPools

TheApartments