Translate

vendredi 26 février 2016

Featherfin

Quand on pense au changement climatique de ces dernières décennies, on savoure Featherfin à haute dose. Ce son norvégien rassure au milieu des mouvements d'air chaud, pollués, qui font fondre les glaces majestueuses et étouffent les paysages de cristal. Eu égard à mon profil culturel, à ma sensibilité, les grands espaces blancs l'emportent haut la main sur l'invasion des chameaux et des scorpions.
A l'écoute de Featherfin, adios les serpents, les moustiques et bonjour les skis de fond, le gros pull jersey, le stick lèvres en poche pour foncer assister au bal des baleines, des dauphins bercés par les aurores boréales et voir danser les rennes ou les aigles royaux à la frontière russe.




Derrière le nom Featherfin, c'est l'homme-orchestre Knut Borre Lindbjor, journaliste web, créateur de label, que je présente en 2008 en évoquant son site Eardrums : "Eardrums est un blog précieux, devenu une institution. Visité et chéri par un public d'amateurs et de professionnels, riche et performant depuis 2005 il prend son envol en juin 2008 et se déploie en label. A ses manettes, à l'origine, un seul homme, un amateur de musique norvégien extraordinaire, Knut B. Il aime l'indie-pop, la musique des sixties, s'intéresse à l'electronique et l'expérimentale. Le succès arrive très vite, il s'entoure alors de trois autres accrocs de la pop, Stefan en Allemagne, Tim l'ami américain exilé en Irlande et Silja en Norvège.

En quelques jours, le label offre une compilation en 2 volumes avec 24 titres, Summer's Here 2008. La participation amicale des groupes qui ont fourni certains titres inédits pour l'occasion, est unanime. Eardrums a concocté une compilation "nordique", composée de petits groupes d'indie-pop scandinaves mais aussi de collaborations de musiciens de renom, Little Name, Northern Portrait, Bedroom eyes, Ant.. etc".



Knut a grandi avec un père musicien, guitariste dans un groupe des années 50 à 70 avant d'évoluer au sein du Balalaika Orchestra de Norvège où il joue du balalaika bien sûr mais aussi plein d'autres instruments. Dès lors, il accompagne des musiciens russes renommés comme Alexander Tsygankov du Russian Paganini, Inna Shevchenko ou encore le comédien norvégien Harald Heide Steen Jr. Dans les années 90, la pop surgit dans la vie de Knut et il monte le groupe electro-pop Monument, puis en 1996 l'autre projet SEA avec Richard Holmsen (du groupe Delaware).

Knut aux goûts évolués et pointus, se lance dans l'écriture et la composition l'année dernière avec trois EP Butterfly Girl, puis The Crimson Spill / Nananarama, et Wintersongs. A l'écoute des 6 chansons de Butterfly Girl, c'est un plongeon dans le grand Nord élégant, délicat et distingué. Parfumés à la pop, les titres offrent des instrumentations fines, des textes magnifiques avec notamment You Left Me et If you were coming in the Fall, qui sont deux poèmes d'Emily Dickinson (1830-1886). Knut est un esthète qui ne laisse pas de place au hasard. Il peaufine lui-même les images, le design et son univers artistique sublime enrichi l'ensemble d'une jolie âme pop .
La balade You Left Me impressionne illico, on se laisse emporter sur la musique poétique de Knut et la voix somptueuse de son ami Richard Holmsen. Ils réussissent tous deux à habiller les mots de Dickinson d'une crinoline de notes.



La douceur stylée dreampop ne rompt guère sur She Hit Me With a Raincloud, arrangée avec des claviers, des guitares qui donnent un bol d'air, une ambiance feutrée dessinée pour les voyageurs, les rêveurs et les amoureux de beaux espaces. Le disque compte la présence de l'écossaise Alison Eales à la voix d'une beauté infinie sur If You Were Coming in the Fall. Alison, auteur-compositrice de Glasgow est membre de The Colour Waves, de Butcher Boy, de All My Friends et signe un nouvel EP en solo sur Eardrums. Butterfly Girl et Half Dozen Lily-pads sont deux instrumentaux joués au clavier offrant des mélodies aériennes et romantiques, dans le sillage des illustrations, qui prêtent à se laisser entrainer dans un monde préservé et merveilleux de pureté. Les rythmes, la musicalité de Featherfin font voyager dans le temps, dans l'espace, et l'équipée de vikings pop qui nous y invite en compagnie de Knut est insubmersible : le 'boys choir' comporte Lawrence McCluskey (Bubblegum Lemonade), Mikael Mannerlin (Juni Järvi), Garry Hoggan (All My Friends/The Color Waves), Magne Velle (Morgenfugl), Henry Toft Jørgensen (Early To Bed/Uncle Rico), Chris Morgan (The Deddingtons/ Reporters), Christine Holmsen Lindbjør, Benjamin Lindbjør et le musicien espagnol Cris Romero (Sundae) au mastering.

The Crimson Spill et Nananarama, modelé dans une electro-pop dansante et légère, sont suivis du fabuleux Wintersongs où les guitares, le chant limpide et les claviers précieux semblent glisser sur des traineaux multicolores tirés par des rennes pop.
Nous retrouverons bientôt Featherfin avec Jeremy Jensen (The very Most) qui travaille sur un album Tribute de Rose Melberg. Knut a travaillé une chanson avec Deerful au chant. En attendant cette sortie d'album, il nous concocte en ce moment un nouvel EP pour 2016 où notre ami Jeremy viendra prêter sa voix...Il y a matière à trépider et à trépigner. Bonne écoute !
EardrumsFeatherfin

Références Piggledy Pop :
Eardrums
Sundae
LittleName
NorthernPortrait
Ant
BedroomEyes
ButcherBoy