Translate

jeudi 21 janvier 2016

Pirouettes

J'ai découvert les Pirouettes en 2013, en postant même leur titre Danser dans les boîtes de nuit sur mon autre blog. Vickie Chérie à la voix et Leo Bear Creek au clavier et à la batterie, se rencontrent un été dans leur ville d'Annecy et composent une électro-pop joviale et pleine de félicité contagieuse. Léo joue parallèlement dans le groupe annécien Coming Soon, dans lequel est aussi son frère Ben Lupum qui trouve le nom de groupe Pirouettes. Ce que j'ai admiré d'emblée chez le duo, c'est l'emploi du français dans les chansons. Encore jeunes, ils assument sans sourciller leur goût pour la musique populaire frenchy en reprenant en 2012 en guise de première signature Comment lui dire de Michel Berger et France Gall. Le couple remixe le tube des eighties en respectant son âme légère et spontanée, en faisant bondir les claviers et briller les voix. Le texte de Berger correspond totalement à l'univers des Pirouettes, dont les textes qui vont suivre, respirent le partage délicat de sentiments amoureux. Comme de dignes héritiers de la veine french-pop de Bijou, Mathématiques modernes ou Tokow Boys, ils utilisent la langue française dans les 4 titres de l'ep Pirouettes sorti la même année, pour la rendre musicale, sentimentale et colorée.



En février 2014 apparait l'album de 7 titres L'importance des autres. Typé et stylé électro contemporaine par les thèmes mêlée à une jolie nostalgie, le disque délivre leurs expériences et leurs univers personnel comme l'envie de quitter la France ou les soirées à l'âme parisienne vibrante. Leurs chansons accueillant Jeremy Rassat à la guitare et David Grumel aux synthé, sont ultra dansantes, alternatives, rondes de références. La mélancolie d'un temps révolu y est élégante, comme sur Robocop ou encore via l'hommage touchant aux Rita Mitsouko sur le Dernier métro. Leurs deux voix se marient parfaitement, belles et envoûtantes sur Briller comme des étoiles, où l'enthousiasme et l'humour, décrit leur état d'esprit de musiciens qui débutent.
Léo glisse toujours une déclaration d'amour à Victoria, ce qui renforce cette ambiance poétique frenchy. Oublie-moi avec sa structure yé-yé est d'une splendeur mélodique. Le chant et les synthé réussissent la chanson, chic et virevoltante. Le sublime Chanter sous les cocotiers, fait éclater cette envie des Pirouettes de jouer pour les autres, d'aimer les gens et met joliment en musique le profil généreux du duo fait de rencontres, d'échanges.



Pirouettes chantait en 2015 :
Et ça m'a rappelé que la musique quand elle bien faite c'est magique
Elle relie les gens entre eux comme un fil électrique
Elle peut tous nous faire bouger la tête sur une même rythmique
Pendant des heures, c'est le bonheur si tant est qu'il y ait du kick
Tu vois ce mec et moi on s'connaît pas et pourtant on s'kiffe
Juste en échangeant des noms de chansons, qu'est-ce que c'est jouissif
Qu'est-ce que c'est plaisant de savoir qu'elle nous touche tous autant
Malgré nos vies, nos avis, nos amis, nos âges différents

Pirouettes revient en janvier avec 2016 (en ces temps-là), titre magnifique aux facettes résolument modernes, avant-gardistes, des paroles touchantes, qui par anticipation évoquent les souvenirs et le passé. Cette belle griffe old-school, pop dynamisée et vitaminée par les deux artistes me fait penser à une phrase d'Abraham Lincoln : "A la fin, ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie. C’est la vie qu’il y a eu dans les années".
Le superbe duo des Pirouettes, fan d'Yves Simon et de Luna Parker, forme un espoir infini sur l'avenir de la musique française, encore nourrie de gaieté, de vie et d'amour. Leurs mélodies pétulantes et pétillantes sont à écouter absolument en attendant impatiemment leur album...en 2016!

Pirouettes