Translate

mardi 19 janvier 2016

Dunkerque

Contrairement à ce qu'on peut imaginer, Dunkerque n'est pas un groupe de chti'cardie ; Il vient de Bretagne ! Comme le prénom de la chanteuse Gwen fleure bon la galette au beurre, (même si le beurre est normand, pas d'amalgame...), les mélodies des nantais sont bien typées britpop comme nous habituent depuis des lustres les artistes locaux comme Philippe Katerine, Little Rabbits, Pony Run Run, French Cowboy, Dominique A, Daven Keller, Christine and the queens, etc. Le fief breton avec Rennes, le normand également, est de façon géographique et historique influencé par le rock anglais et le trio nous en offre une belle démonstration.

Après le single Boots are back de 2014, les musiciens de Dunkerque signent l'album Cabriolet en avril 2015. Avec donc Gwennhaëlle Scotet au chant, tantôt français, tantôt anglais, il y a Thomas Bevand alias Stratom et Jean-Félix Picard. Non débutants, jouant dans d'autres groupes depuis des années, ils mettent ici leur expérience, leur inspiration désormais au service de Dunkerque.



A l'écoute de Carry & Sally, la fraicheur pop est au rendez-vous, alimentant cette vibe actuelle frenchy très active. Les guitares, basse et la voix se promènent jovialement sur un air dansant, accrochent d'emblée l'attention avant l'original tempo d'Ignition avec les garçons au chant qui semblent faire un 'cold' clin d'oeil à Joy Division. Synthétiseurs et batterie y accueillent la guitare électrique pour un moment savoureux d'electro-pop qui se poursuit avec Boots are back dont Andy Love signe les paroles et où Jean-Félix surfe délicieusement à la basse, aux guitares, claviers et boite à rythmes.

James Dean arrive à l'ouie avec des paroles françaises en format carte postale hollywoodienne, sur une virevoltante mélodie pop menée par les guitares mutines et capiteuses. L'instrumental Hambourg nous emmène en voyage teuton de manière sémillante avant d'inviter à un moment d'hypnose sur LDR, atmosphérique et stellaire dont les paroles évoquent 'la longue distance'. Le soleil revient sur L'île, grâce au timbre de voix sautillant et frétillant de Gwen, qui donne envie de 'faire les valises' et partir à l'aventure avec ce titre jubilatoire dans le casque. Magenta nous entraine dans un facétieux looping musical electro-pop et boogie. Ce très beau premier album de Dunkerque, dont la musicalité varie avec charme et idées, fort réussi et attachant, se termine sur un somptueux 6 Month Journey qui rappelle le thème du voyage bien sûr, à l'image de la pochette qui est une photo d'un avion et à l'image du nom de l'album Cabriolet. Le style séduisant de Dunkerque plaira aux amateurs du groupe bordelais Calc, à ceux des Tindersticks ou encore à ceux des compatriotes de Rennes, A Cake a Room qui eux rendent hommage à Steve Mc Queen.
Cabriolet est au travers de ses neuf titres une bien jolie promesse pour colorer nos horizons musicaux.
Dunkerque