Translate

mardi 19 janvier 2016

Ana Lete

L'Idaho, territoire du fameux groupe The Very Most, compte désormais la jeune artiste Ana Lete pour laquelle j'ai un coup de coeur. Elle sort depuis quelques jours le single Aspens et travaille en ce moment en studio à l'enregistrement de Psychic Translation, son premier album qui paraitra au printemps 2016. Agée de 21 ans, après la perte de son ami et mentor qui décède des suites d'une chute au ski, le guitariste Christi Green, Ana trouve dans l'écriture une consolation et compose depuis deux ans. Elle met dans ses chansons agréablement typées indie-pop folk et dans sa voix habitée, les références et influences qui dessinent son univers artistique. Etudiante à l'université, elle suit des cours de jazz et de composition, se prend de passion pour la guitare classique tout en découvrant la pop et écoutant sans relâche les Beatles, Led Zeppelin, Billie Holiday, Bon Iver, les Fleet Foxes, Wye Oak et Feist.



Avec Kerosene, Aspens, Stay, The Universe et Psychic Translation, Ana accompagnée de son complice Ashton Jenicek à la basse, rejoints en novembre 2015 par le batteur Gavin Peterson, dévoile une âme soul, jazzy, présente dans ses mélodies comme dans sa voix qui me subjugue. Comme Joni Mitchell, Feist et Agnes Obel, la jeune femme compose, joue et se jette dans la fosse aux lions sans cligner d'un cil, passionnée par les concerts et désireuse de partager son univers. L'ambiance qui émane de ses titres est pleine de solennel, d'émotions, de musicalité scotchants pour sa jeune expérience de l'écriture et de la scène. La fosse aux lions ne l'impressionne guère car en préparation de son album, elle tourne justement comme un fauve impatient et plein de fougue. Avec ses paroles denses, son style jazz et expérimental, elle invite à la méditation et avec sa voix envoûtante, absorbe l'attention. J'ai vraiment hâte d'écouter la suite et découvrir tout ce qu'Ana Lete a à nous conter et à nous offrir. AnaLete