Translate

lundi 21 décembre 2015

Tymon Dogg

Tymon Dogg, né Stephen Murray en 1950 est un des artistes anglais les plus importants de la musique underground des années 70. Commençant sa carrière à 15 ans en jouant au fameux Cavern de Liverpool, il déménage à Londres à 17 ans, où il rencontre d'autres musiciens et notamment ceux des Clash. Cette année 1967, il signe son premier single The Bitter Thoughts of Little Jane sous le nom de Timon. Ses compositions sont géniales, les mélodies épatantes pour son jeune âge. Orchestrées avec des violons, du tambourins, du clavecin, des guitares et de la basse qu'il joue lui-même, Timon saupoudre ses mélopées de son chant élégant, de rythmiques et de flûtes. Le single d'une beauté pop psychédélique incroyable compte la participation de ses jeunes amis musiciens de l'époque, John Paul Jones (Led Zeppelin) qui joue de la basse et Jimmy Page (Yardbirds avant de fonder Led Zeppelin) qui est à la guitare.



Passant de Pye Records au label Appel Records, Timon continue d'écrire des chansons avec son talent foudroyant qui à ce moment là, se rapproche d'un mélange de Brian Wilson et des Millenium. Avec ses 17 printemps, il arrive alors ses nouveaux morceaux en poche en studio d'enregistrement où deux autres amis, James Taylor à la guitare et un certain Paul McCartney au piano l'attendent. McCartney qui a entendu le single à la radio a contacté le jeune Tymon Dogg pour travailler avec lui. Leur première rencontre dans un café réunit d'ailleurs McCartney, Peter Asher et Paul Simon, de quoi impressionner le jeune artiste. Un an plus tard, le label Apple et George Martin demande à Tymon Dogg de jouer sur un album des Beatles. La même année, il jouera aussi avec les Moody Blues. Puis, pendant un an Tymon Dogg part explorer l'Europe et revient à Londres enregistrer le deuxième single avec l'aka Timon, un autre somptueux bijou Now She Says She's Young qui est signé en 1970. Le jeune garçon qui a une formation musicale classique, maitrisant piano, violon et guitare dès ses 15 ans évolue dans un milieu seventies submergé par la LSD et trace son propre chemin. Timon a une renommée de garçon sympa avec des manières quand il rencontre Woody, de son vrai nom Joe Strummer (The Clash) qui devient son meilleur ami et très vite co-locataire dans le nord de Londres. Les deux compères qui papotent de Leonard Cohen, Bob Dylan et de Carol King deviennent inséparables et joueront ensemble toutes les années suivantes.



Tymon dira de son ami ' Joe was a sensitive guy. He was funny and gentle, so very gentle, the only man i've ever seen lose an armwrestling contest to a girl! But he did it. It was something i think he's picked up at public school. It was defensive. He lived in his funny, Biggles world. I think he saw the world through a cartoonist's eye. He found things very odd and funny'
Mais le reste de la biographie des Clash d'où vient cet extrait dit aussi que Tymon Dogg était un garçon délicieux, un être chaleureux, spirituel, avec un sacré sens de l'humour. Le récit des aventures de ces deux personnages, leurs concerts dans Londres pour gagner un peu d'argent qu'ils dépensent dans l'alcool et les instruments de musique (comme le ukulele acheté 1,68£ dans un magasin de Shaftesbury Avenue pour Joe qui ne savait pas jouer de la guitare et qui après une soirée arrosée, fier de son ukulélé quatre cordes, jura de devenir une Pop Star), toutes leurs aventures sont croustillantes. Je conseille cette biographie Passion is a Fashion: The Real Story of the Clash de Pat Gilbert.

Dès 1970, Dogg devient un personnage incontournable dans l'histoire du Londres underground. En 1972, il partage toujours un appartement sur Ridley Road avec Joe Strummer qui commence à apprendre à jouer de la guitare (avec sa façon particulière de gaucher). Après quelques incidents, comme de proposer à un sans logis, un black qui errait dans le parc de venir vivre chez eux et l'accueillir. Cela leur a valu finalement de se faire virer comme des vauriens de l'appartement par le conseil de la ville, tous les deux blessés que la police viennent détruire leurs vinyles de Dylan, des Beatles et des Stones en les expulsant. Pour eux, la musique, c'était tout et ils l'aimaient tellement que ça les rendait "as close to being mad as makes no difference".



Vivant de façon rock'n roll et hippy, Tymon partage également l'appartement avec le groupe réputé du moment The Slits. En 1976 il signe son premier album éponyme, joue avec le groupe 101ers et enregistre Sandinista! des Clash en 1980 en chantant sur Lose This Skin. Cette année, il enregistre son deuxième album Battle of Wills. En 1981, Tymon et les Clash écrivent et composent l'album d'Ellen Foley, Spirit Of St. Louis. Puis Dogg rencontre Ian Hunter avec qui se nouera une belle amitié et collaboration musicale pour les albums de Hunter pendant les années 80. Tymon Dogg signera en 1987 Frugivores – New Age Songs, en 1989 Relentless, puis rejoint son éternel copain Joe qui crée en 1999 The Mescaleros jusqu'en 2002 quand disparait Joe Strummer. Dogg souffrira beaucoup de la mort de son ami Woody à qui il dédiera des chansons comme Mondo Bongo ou encore Johnny Appleseed. Après l'EP Guantanamo de 2007 que signe Tymon, le grandiose label Cherry Red Records sort un très bel objet en 2010, reprenant les chansons de Tymon Doog entre 1968 et 2009. Cette magnifique compilation The Irrepressible Dogg Dogg contient des extraits de A wave a Dream, album reprenant les poèmes de Louis Aragon datant de 1924 que le talentueux auteur multi-instrumentiste Tymon clame avec une grâce infinie .
A ce moment de l'année où les idées de cadeaux sont parfois arides, The Irrepressible Dogg Dogg et le tout nouvel album Made of Light sorti le 13 novembre 2015 sont à offrir absolument. Tymon Dogg, comme l'étoile, siéra à votre pinède.

TymonDogg