Translate

vendredi 16 octobre 2015

Bic Runga

Les amateurs de rugby français dont je fais partie se disent, avant la rencontre France-Nouvelle Zélande prévue demain : "Avec leur haka de kermesse chez les hobbits, on va manger les all-blacks comme des kiwis, à la ptite cuillère...même pas peur!" Le rêve est permis!

Dans la réalité, hormis l'excellence des blacks au rugby, ce magnifique pays qui va si bien à Tolkien, nous offre depuis des décennies une brochette de musiciens sacrément garnie : Lawrence Arabia, Jonathan Bree, The Ruby Suns, The Brunettes, The Eversons, Princess Chelsea et ...Bic Runga. Auteur-compositrice interprète, la jolie Bic est une figure de l'histoire musicale du pays. Née en 1976, d'une mère chino-malaisienne, chanteuse, et d'un père maori, Bic chante avec ses deux soeurs dès 4 ans, entourée d'instruments à la maison, elle apprend à jouer de la batterie à 11 ans, puis du piano et de la guitare à 14 ans. L'artiste multi-instrumentiste rend visite à Sony Music avec ses démos sous le bras en 1995 et signe l'opus Drive en 1997. Se hissant dans le top 10 des charts du pays, l'album contient une foule de singles qui apparaitront dans des films comme American Pie et Cruel Intentions, dont Sway et Good Morning, Baby 'en duo avec Semisonic). Ces succès qui l'ont aidé à mettre un pied à l'étrier mais je préfère l'album suivant de 2002, Beautiful Collision qui grimpe numéro 1 dans les charts néo-zélandais. Puis, en 2005, Birds parait, auto-produit par Bic qui travaille main dans la main pour certains titres avec Neil Finn de Crowded House pour les arrangements et pour les choeurs, avec l'artiste néo- zélandaise Anika Moa. L'album, somptueux, plait à la réalisatrice Roseanne Liang qui utilise en 2011 pour la BO de son film My Wedding and Other Secrets, trois chansons de Bic Runga.

Cette même année, sort le quatrième album Belle.


Belle est  mon favori, tout en aimant beaucoup les deux précédents. Son nom 'Belle' fait référence au feuilleton de 1965 créé par Cécile Aubry, Belle et Sébastian. Aimant la France, Bic Runga dit dans une interview à son retour de Paris où elle a vécu un an: " I just miss the cakes. My favourite cake shop is called La Duree, it's a bit of an institution in Paris. They're famous for their macaron, which is not macaroon. Paris was a lesson in how to live, and style."

Belle est produit par le musicien Kody Nielson, qui est aussi son partenaire dans la vie et l'heureux père des ses trois enfants. Kody est aussi à ses côtés pour la composition de trois titres. L'album propose plusieurs compositeurs et auteurs venus participer à son élaboration. Le premier Tiny Little Piece of My Heart, écrit par Ruban Nielson, frère de Kody et leader du groupe Unknown Mortal Orchestra, sonne comme une ode à Diana Ross tellement la fibre sixties transpire avec entrain et amusement. L'envie de danser ne faiblit pas grâce à la présence de l'éminent Jon Brion à la batterie sur Hello Hello écrit par Dann Hume, titre aussi virevoltant que les hymnes pop que signe le groupe de Dann, The Evermore, qui compte ses deux frères, Peter et Jon Hume. La ballade If You Really Do, signée de Bic, resplendit de rythmiques suaves, grâce à une basse et guitare subtiles assurée par Tim Arnold, une batterie taquine maitrisée par Joey Waronker et le chant pop-jazzy somptueux nourri de 'papapapa' mellow et sensuels. Le puissant et psyché This Girl's Prepared For War écrit et arrangé par James Milne alias Lawrence Arabia entre en tête et ne la quitte plus.



La délicatesse déroule un tapis de roses dans Everything Is Beautiful and New, ode de douceur signée de Bic Runga qui la chante avec élégance et raffinement. Pour la mise en beauté, le talent de Chris Nielson (frère de Kody) au cor et à la flûte apporte beaucoup. Good Love écrit en binôme par Bic et Dann, sucré de choeurs, de tempo langoureux offert par la basse et par l'orgue harmonieux est suivi de Devil On Tambourine, à l'âme cinématographique frenchy, stylé pop sixties, où Kody allié à Bic dans l'écriture, l'accompagne aussi au chant pour un résultat ravissant, ponctué et fleuri de poésie, de métaphores 'Suddenly I could hear the harmony, Beneath the apple tree, Violent eyes that fire apple green, Devil on tambourine'. Le titre Belle arrive, habillé de harpe avec Natalia Mann et orné de nostalgie, chanté en français par Bic Runga à l'accent parfait et à la voix cristalline pour reprendre le texte de 1965. Puis Darkness All Around Us, un bijou sculpté de Kody Nielson qui l'interprète avec charisme, est rond d'harmonies pop dans les claviers, la batterie, les choeurs qui s'envolent sur les 'lalalala' psychédéliques avant le dernier morceau Music And Light. Son glockenspiel est printanier, ses rythmiques groovy. Ce morceau de Bic Runga brille au piano, au chant, aux arrangements pour les dernières notes amoureuses 'When you look my way, And I wake to the sound of songs in the street, There's music and light in all that I see'.



En mai 2015, Bic annonce qu'elle travaille en studio sur un nouvel album qui sera là pour 2016 et offre en juin un très séduisant single I dreamed a Dream. Les nouvelles de Nouvelle-Zélande sont très bonnes, comptant une tournée avec le groupe Tiny Ruins conduit par la jeune auteur-compositrice Hollie Fullbrook, soutenue par Bic Runga qui croit en son talent en l'invitant sur ce superbe single mais aussi à partager une tournée dans le Pacifique. Cette générosité complète une grande personnalité, attachante et inspirée, qui donne envie de faire un amical Haka pop à l'écoute de ses mélopées.
BicRunga