Translate

mercredi 16 septembre 2015

The Channel

Cela ne rajeunit guère de se remémorer Tones Are Falling des texans The Channel, signé chez le label américain Elephant 6 aux côtés des Minders. Cet album de 2003 m'accompagne depuis donc 12 ans. J'avais eu un réel coup de coeur pour ce premier album de The Channel, mais je connais les musiciens texans depuis l'album Walking in the Sunlight de The Arthurs en 2002 (premier projet de Brent Pennington qui rend hommage aux Kinks). La bande est une famille, liée et mariée à la musique pop psychédélique. The Channel, ce sont les Pennington, tous doués, multi-instrumentistes inspirés, avec des talents singuliers parmi les frères, soeurs, époux, cousins, amis de C-Side Records, il y a Colby Pennington, Jamie Reaves et Brent Pennington qui composent, Kimberly Pennington, Rebecca Pennington, Thom Marshall, Andy McAllister, Heather McAllister, Sarah Daniel, Chris Gregory et Matt Gardiner. Les Pennington c'est aussi le groupe Golden Bear, le projet de Chris Gregory au chant et guitare, accompagné par Brent Pennington au chant et guitare, Matt Gardiner aux claviers, Andy McAllister à la batterie, Andrew Gregory à la basse. Golden Bear signera 3 albums dont le premier compte la participation de Voxtrot.
Minders+Elephant6
Voxtrot

The Channel aiment les Beach Boys, Will Oldham, les Kinks, Beatles et ces références nourrissent joliment leurs compositions pop orchestrale ensoleillées de psychédélisme. En 2004, le groupe signe Personalized, puis Sibylline Machine. Les deux frères Brent et Colby dessinent leur chemin en solo depuis, n'arrêtant pas d'écrire, d'enregistrer en studio et de jouer sur scène. Brent signe des albums sous l'alias The derserter et Colby signe deux albums avec l'alias Driftin' Luke and His Personalities. La presse les compare aux Unicorns, Kinks, Of Montreal, quand parait leur double album de 2006, Tales from the Two Hill Heart / Sibyllin.
Le 7 juillet 2015, The Channel reviennent avec Multi Goods & Services, 16 chansons grandioses signées Colby et Kim Pennington, Brent et Marci Pennington, Andy et Heather McAllister, toujours aussi fringantes, énergiques et brûlantes d'harmonies, de mélodies alternatives psyché.

Dès les premières notes de Trumpet Trick in Tempo, on plonge avec un régal infini dans l'univers Channelesque, sunshine, lyrique et joyeux avec Days Ind jonché de guitares, banjo, basse, de voix magiques mêlées au clap-hands. Count the Cost, ses cordes de guitares vitaminées, son piano guilleret et la batterie du prince du rythme, Andy, donne envie de se trémousser. Son schéma alternatif est savoureux, ses orgues diablement bienvenus. Heather arrive avec sa voix d'ange sur les accords des garçons, les choeurs sixties chavirants, les violons folk sur le boogie de Strollin'. Quand le rock continue sur She Sea Monster, aux allures de Neutral Milk Hotel, les tonalités alt-country sixties parfument Scarlet, avec ses harmonies boogie qui rendent hommage à Bruce Channel, auteur en 1961 de Hey Baby! La mélodie de When by the Light colorée par un glockenspiel, de cuivres, d'une rythmique assurée par basse et batterie, de la guitare savoureuse, sert un titre très solide. Two Hill Heart continue la promenade pop délicate, grâce au piano et au chant majestueux. Les guitares reviennent féroces et aiguisées pour faire danser sur Reason for the Feeling au psychédélisme brillant. Le tempo poppeux fifties magnifique de Helmet Song fait dodeliner du chef quand les synthétiseurs de What's in a Name?? déroulent des voix puissantes, une batterie splendide, des guitares et trompette efficaces pour galoper autour de la platine cd et finir à l'écoute du rockeux Slocum Springs par jouer carrément à saute-mouton. L'âme des Beach Boys, auréolée de banjo, de violon et de mandoline, plane avec délectation sur le fabuleux Everything's Disappeared, arrangé avec une absolue finesse comme toujours avec The Channel. Le langoureux et galopant She's an angel s'échappe des harmonies sixties pour offrir un moment presque mods, rock, aux reverbs élancées et sexy. The deserted, en guise de break, propose un moment nostalgique et touchant avec son violon slave avant le dernier somptueux titre Anywhere We Go, mélancolique, au profil country poétique.
The Channel nous font un véritable honneur en proposant ce subtile et très séduisant Multi Goods & Services, à la pop colorée, flamboyante, à l'instrumentation chatoyante et parfaite, le tout emballé par la famille de géniaux mélodistes Pennington. A écouter absolument !
TheChannel