Translate

mercredi 19 août 2015

Ducktails / St-Catherine

J'écrivais en 2014 : Derrière ce nom de groupe qui vient justement d'une série télévisée des années 80, Ducktales, il y a l'excellent musicien Matt Mondanile. Originaire du New-Jersey, il apparait avec ses projets nommés Real Estate ou sous son propre nom avec nombre de titres en poche en 2006. Amateur de son pur et peu trafiqué, il travaille un style sonore roots, proche du son live avec une veine chillwave, lo-fi, dream-pop fort sensuelle et groovy. De 2009 à 2012, l'auteur-compositeur enregistre une myriade de démos, notamment sur cassette. Après 3 albums, Ducktails en 2009, Landscape en 2010 et Ducktails III: Arcade Dynamics en 2011, des EPs sur cassette, en 2012 sa signature chez Domino le fait accéder au studio d'enregistrement. Il y convie dans un premier temps son amie Jessa Farkas pour un duo sur le single Letter of Intent qui sort en 2013 et qui précède l'excellent EP Wish Hotel puis l'album The Flower Lane.

Depuis un an Ducktails a quitté New-York pour tourner dans le monde entier de l'Australie, Japon, tous les Etats-Unis jusqu'en Europe avec Deerhunter, Kurt Vile et parallèlement Matt Mondanile travaille avec d'autres groupes comme Noah Lennox de Panda Bear et d'Animal Collective avec qui il enregistre le single Killin' the Vibe, les Smiths Westerns, ou encore Cults. L'esthétique de l'auteur-compositeur qui joue de la guitare, basse, batterie et piano crée un son typé et tient aussi un rôle important dans l'image, étant amateur de cartoons, de bds, du peintre finlandais Jan Anderzen qu'il aime marier à la pop, aux pochettes d'albums et aux vidéos."
Mon article de 2015 au sujet de Ducktails annonce la sortie le 24 juillet de l'album St-Catherine, cinquième joyau signé du maestro Mondanile.
Après l'instrumentale The Disney Afternoon qui nous emmène sur la côte ouest américaine, Headbanging in the Mirror parle de Californie mais aussi du New-Jersey, familier et vital à son auteur. Into the Sky, est mellow, souriant avec ses guitares aux tremolos puissants et ses claviers mélancoliques sur le chant de Matt 'remember december' qui reste dans l'attente romantique après une rencontre céleste. Le thème de l'élévation et de l'amour continuent sur Heaven's Room, au tempo langoureux emmené par une calèche de violons aériens 'Mary watched me from above, Spend my days in misery, She offered me a room in heaven, Saving me from grief. Oh! now I’m perched up high above everyone. In a big white cloud". Le titre St-Catherine poursuit dans la métaphore spirituelle fort belle pour décrire les sentiments amoureux du musicien mis en exergue par les arrangements fins et sophistiqués, ornés de guitares, accordéon, basse, batterie "Blinded by the light, There’s nothing more to see St. Catherine comes alive, The image of an angel sighs". 
C'est le producteur Rob Schnapf, qui a co-produit Either/Or et XO d'Elliot Smith qui apporte son savoir-faire à Matt Mondanile pour ce sublime et lumineux album et cette collaboration s'entend sur The Laughing Woman. La synth-pop agrémentée de clavecin revient dans Surreal Exposure, virevoltant et charmant, dans la veine très stylée de Mondanile. Julia Holter participe au petit bijou de 11 titres en signant Church et en assurant le chant pour un superbe duo qui dessine de nouveaux traits à New-York . La sentimentalité se lie au texte citadin sur Medieval avec ses violons qui habillent une ancienne histoire d'amour. Krumme Lanke répond au premier morceau, instrumentale, digne d'une carte postale de Berlin avec ses synthétiseurs et sa guitare taquine, ville à laquelle Matt Mondanile rend hommage . Il a d'ailleurs joué au Marie-Antoinette à Berlin, concert suivi de festivals et d'autres dates à Hambourg. Ducktails offre un album grandiose, absorbant, accrocheur, où Matthew qui y assure tous les instruments brille de mille feux.
Ducktails

DucktailsPiggledyPop2014