Translate

samedi 6 juin 2015

Seoul

Trio electro-pop de Montréal, Seoul vient de signer un premier album solide, ample et appliqué. I become a shade est accrocheur, dansant et même si on mange de l'electro-pop depuis plus de trente ans, ce disque est original dans sa structure, singulier dans sa mise en forme. Il faut dire que les titres sont écrits depuis 2010 quand le groupe se met en place. Mais Julian Flavin et Nigel Ward, amis d'enfance passée dans l'Ontario accompagnés de leur ami américain de Boston Dexter Garcia, sont pris par leur emploi du temps d'étudiants qui les éloigne du studio et de la scène. Depuis 2013, le trio de guitaristes et claviéristes se concentre sur l'élaboration de l'album. Les 12 titres qui sortiront le 9 Juin 2015 forment une entité, s'écoutent aussi bien à la suite que séparément. Fins et ondulés, les textes sont remplis de romantisme, sombre et lumineux, comme le souligne le titre de l'album et de mouvement dans le temps, dans l'espace. Les mélodies nous font tout autant battre le coeur que voyager, comme l'indique le nom du groupe.

La douceur de l'introduction avec I become a shade est hypnotisante, saisissante. Le chant fort harmonieux sur les claviers voltigeants nous invite avec tact et délicatesse à maintenir l'attention sur The Line. Le tempo augmente de rythme sans brutalité pour évoquer la nuit et les sentiments qu'elle procure. L'efficacité du mariage composition et arrangements se maintient sur Haunt/A Light qui avec Real June sont les deux morceaux qui donnent du galon à l'entrée de l'album. Tubesques, ces deux titres sont somptueux et très adroits dans les harmonies. Les rythmes vitaminés, les claviers bordés de talent brut et les voix soyeuses forment un ensemble gracieux et virevoltant. Puis, après les lumières de l'été, c'est l'espace de Fields qui séduit et offre un break pour se fondre dans le rayonnant White Morning qui nous berce langoureusement et nous drape de notes blanches avant de repartir se trémousser sur la piste avec Stay with Us orné d'un beat qui balance, swingue et groove diablement. Thought you were en guise de pause aquatique, acoustique, précède le savoureux I Negate qui est un des titres qui me pousuit depuis la première écoute. Balade pop, cousue de fils d'or pop, sentimentale et sensuelle, les guitares et les claviers y sont en mouvement perpétuel, avec des arrondis et des notes aériennes qui étreignent. La chaleur suit sur les quelques secondes de Carrying Home Food In Winter, jusqu'au tempo enfiévré de Silencer, autre titre excellemment brodé et interprété où flottent des particules de cold wave des eighties sur des arrangement disco-pop modernes. Le chant y est magnifique, habité et harmonieux. Idéal pour dépoussiérer le dancefloor, Galway qui boucle I become a shade sur une dream-pop exquise, persuade que Seoul est parti pour nous surprendre. L'album stylé, élancé, dévoile tout les qualités de Seoul, variées et prometteuses. Julian explique dans une interview "Le but, c’était de créer une atmosphère spéciale et d’entourer nos chansons les plus pop de transitions ambiantes  (...) On voulait permettre à l’auditeur de respirer entre les chansons et, même, de méditer sur ce qu’il vient d’écouter." C'est réussi ! Grâce au single Stay with us, sorti en 2013, le groupe a été remarqué par le label Last Gang Records qui lui permet de peaufiner leurs titres en studio pour notre plus grand plaisir. Cette découverte enthousiasmante est conseillée à 100% par Piggledy Pop.
Seoul