Translate

samedi 27 juin 2015

How to Swim

How To Swim prend forme en 2001 à Glasgow. A sa tête, il y a l’auteur-compositeur Ink Wilson (de son vrai nom Gregor Barclay), qui est la voix du groupe. Avec son charisme, sa personnalité, ce jeune guitariste écrit et chante ses démos dans les bars locaux pendant ses études en école d’architecture . S’entourant petit à petit d’une véritable troupe de musiciens digne d’un marching-band, Gregor Barclay enregistre avec eux ses 3 premiers EP dès 2002, puis en 2003 How To Swim Start Life In 2D, en 2004 It Stings When I EP. En 2005 les How To Swim apparaissent sur une compilation de reprises du groupe The June Brides. Puis le 6 titres The Littlest Orgasm en 2006 leur vaut une reconnaissance de leurs pairs. Les radios passent en boucle leurs morceaux et How To Swim fait choux gras de NME et Uncut.

Sur scène, How To Swim allie de 9 à 15 musiciens. Gregor Barclay compose des balades pop orchestrales, qui comportent des mélodies mettant en valeur chaque instrument et des textes franchement drôles et tendres. L’exercice d’écriture qui prend en compte les arrangements et orchestrations est réussi. Depuis 10 ans, le groupe évolue à travers ses disques avec Genesis P and Me en 2008, Retina en 2010 et le somptueux She Gets Around en 2011; Année durant laquelle How To Swim offre 4 Ep. Leur griffe pop est énergique, ronde en sonorités, grâce aux neuf musiciens : Gregor Barclay au chant et à la guitare, Peter Vallely à la basse, Ian Cronan à la batterie, Paul Kelly à la guitare, Anna Webster au clavier, Rich Merchant à la trompette, Nicola West au violoncelle, Heather North à la flûte, Jamie Watson ou Scott Murphy au saxophone avec la participation de Dave Gillies au violon.
Cette talentueuse troupe se retrouve au cours de l'année 2013 pour peaufiner l'album Niagarama paru en juin 2014. Bijou pop orchestrale et rock, les titres sont minutieusement écrits et interprétés, avec tout autant de fraicheur, de plaisir et d'humour à l'image de l'esprit aiguisé et brillant de Gregor Barclay. L'enregistrement accueille une pléthore de musiciens accompagnant l'auteur-compositeur qui assure la guitare, piano, orgue et le chant. S'allie aux 9 musiciens habituels, The Privates Hammond Orchestra qui orne les mélopées de basson, bongo, trombones, violons, violoncelles, saxophone, trompettes, flûte, cornet, contrebasse, des percussions et des choeurs à volo.

Niagara nous plonge dans l'univers How to Swim dès les premières notes, magnifiques. Le piano, le chant, le violoncelle, solides sur le thème fluide métaphorique, sont imprégnants et touchants. L'incertitude de la belle Niagara enchaine sur les guitares électriques et les cuivres qui ne doutent plus sur Small Parts Moving, au rythme dansant boogie et groovy, fleuri d'une chorale de 'hoo hoo' enchanteurs. Le tempo rock de Bacterium s'aligne sur les mots tranchants décrivant une séparation quand Too Old For A Crush (To Be Endearing) poursuit avec trompettes, saxo et flûte vitaminés, agrémentés de guitares exaltées pour un texte sarcastique. Puis la somptueuse pop des violons et trompettes de It Doesn't Even Have To Be You, aux arrangements guillerets et bondissants sur un texte en guise de bilan sentimental, plutôt salé. Toujours avec un sens pointu de l'image, des harmonies élégantes, Gregor sait tourner en dérision le thème de l'ennui en le décorant de sa voix poignante et d'une orchestration tout aussi géniale "I know that life is short and cruel, And yet I waste my time, I need a war to wake me up, I need a stick to break my back". Long Division débarque, jazzy, rock, plein de drôlerie mélodique et poétique, armée d'harmonies variées et de rythmes. Bark décrit avec éloquence et raillerie la vie d'un looser sur des percussions et guitares virevolatntes "Struggle with these thoughts, Inside of my head, I could have promised you the world, But I chose nothing instead We made ugly little children, That I could not love". Animals parle d'amour, du temps perdu en comparant les sentiments et sensations à la nature écossaise, ses lacs, ses collines et ses rivières. Les synthétiseurs et trompettes y sont entêtants, les choeurs envoûtants. All That We Wait For évoque la désillusion sur une mélodie mellow et mélancolique pleine d'envolées de cordes vibrantes "Oh, he won’t love you like I did , Oh, “I love you” is all that we wait for. Wait for me". Concocté par l'ingénieur et musicien Sam Smith de Casual Sex dans son Green Door Studios, Niagarama parait uniquement sur vinyle qui met en valeur toute la Chamber-pop d'orfèvre des How to Swim d'une infinie beauté.
HowToSwimBandcamp
HowToSwimPiggledyPop2013