Translate

dimanche 31 mai 2015

The Catenary Wires

The Catenary Wires est un duo composé de deux personnalités de la pop, Amelia Fletcher et Rob Pursey qui dès demain, le 1er juin 2015, nous comblera d'un album romantique et mélancolique, Red Red Skies, aux vibrations pop succulentes pour un été empourpré de notes amoureuses. L'album est le résultat d'une sorte de retraite, au fin fond de la campagne anglaise où le couple, ayant fait un break avec leurs projets musicaux passés, éloigné des salles de concerts, des magasins de disques, se retrouve avec une simple guitare à écrire des mélopées acoustiques pour deux voix. Le couple prend du recul pour gagner en sérénité, en fertilité dans la création. Je me demande s'il est possible que ce binôme, signé chez Sarah Records, qui oeuvre pour l'indie-pop depuis 1986 sous les alias Heavenly, Tender Trap, Talulah Gosh et Marine Research puisse être plus inspiré. Amélia a chanté pour The Wedding Present à ses débuts, puis The 6ths, a participé à l'album We Love the City d'Hefner, a accompagné au clavier et au chant The Relationships, The Brilliant Corners, Sportique etc, quand Rob commence en 1983 avec The Inane pour ensuite écrire, arranger, plus d'une vingtaine d'albums allant de Talulah Gosh à Hefner, Sportique etc. Ces deux artistes m'impressionnent et il semblerait bien que rien ne puisse les arrêter, ayant la musique pop dans la peau.

C'est ce qu'explique Red Red Skies. Dans leur retraite au vert, la composition, la forme de leurs mélodies sont différentes mais la tonalité, les thèmes et la musicalité sont viscéralement initiaux à leur univers. Tout les ramène à leurs sentiments réciproques mêlés et indissociables de leur passion pour la musique indépendante, pour in fine la mouler, la pratiquer, et joliment la vanter comme sur Intravenous qui ouvre l'album. "Intravenous, Nothing ever comes between us, It's the only way that we know ... Intravenous, Under my skin I’ve got you again, Till everything flows away " sont les mots chantés avec élégance pour décrire la dépendance déployée dans les relations amoureuses qui parfois se terminent tristement comme le souligne When You Walk Away, titre inspiré du roman de Leanne Shapton.
Puis l'ambiance romantique poursuit avec A different scene, léger et aérien comme un confetti dans le vent, offrant ce mariage si huilé des voix d'Amelia et de Rob qui contiennent des wagons de charme, sonnant évidents et naturels. Les leitmotiv, amour et musique, toujours liés et mélangés, sont évoqués sur The Records We Never Play et sur Throw another love song on the fire où la voix de Rob, hypnotisante, enveloppe d'une vague de chaleur pour décrire le regard que portent les artistes sur leurs premières chansons. Les sentiments amoureux prennent une forme fataliste délicieuse sur Too late, I love you interprétée comme un aveu délicat, intime, presque susurré à l'oreille, confession accompagnée de la guitare acoustique comme sur le sublime Like a Fool. Cette impression d'intimité est présente aussi sur le dernier formidable titre Things I Love qui énumère une série de noms de disques, d'auteurs, de peintres et de réalisateurs montrant que The Catenary Wires se nourrit de pop et d'autres formes d'arts. Il reste donc à patienter une nuit, sans sapin ni santa, avant de pouvoir commander Red Red Skies qui composé sans prétention ni ambition particulière puisqu'il était sensé rester dans les tiroirs d'Amélia et de Rob, entrera au top des albums 2015 sur Piggledy Pop.
CatenaryWires