Translate

dimanche 24 mai 2015

King Creosote / From Scotland With Love

C’est Kenny Anderson qui concrétise le projet King Creosote depuis 1995 et joue aussi avec ses frères Ian alias Pip Dylan et Gordon qui mène son travail solo Lone Pigeon et en famille l’autre groupe The Aliens.
KingCreosotePiggledyPop2013
TheAliensPiggledyPop2008
Kenny Anderson est comme beaucoup de musiciens dans le monde de l’indie-pop un artiste complet qui ne véhicule pas l’image du musicien à instrument en bois et bonnet péruvien. Il conduit depuis les années 90 le label renommé Fence Records qui fusionne avec Warner, Rough Trade puis avec Domino Records qui signe depuis la plupart des sorties de King Creosote. L’auteur-compositeur écossais s’insurge contre le téléchargement pirate et décide de sortir sur son label uniquement des vinyles comprenant peu de titres, ce qui constitue au fil des années une quarantaine de disques. King Creosote me fait penser à un mariage entre Lloyd Cole et Gruff Rhys, de par des compositions pop, rock, folk liant des textes poétiques, la voix posée et magnifiquement mélodieuse et des instrumentations minimalistes ou orchestrales. Prolifique, talentueux, Anderson et sa veine familiale musicale aime s’entourer d’amis et travailler avec d’autres musiciens comme Jon Hopkins, producteur et compositeur qui est présent sur le Bombshell de 2007 mais surtout se joint en duo à Anderson pour le génial Diamond Mine de 2011. King Creosote collabore à d’autres albums et joue avec nombre d’artistes comme les Earlies, Meursault, Kid Canaveral, Malcolm Middleton, James Yorkston etc.

En 2014, l'Ecosse s'apprête à fêter un événement majeur dans le pays, le Glasgow Commonwealth Games. Pour accompagner les festivités, on misionne la réalisatrice Virginia Heath qui réussit à tourner un film sur l'histoire de l'Ecosse et toute son âme à base d'images d'archives. La cinéaste demande à Kenny Anderson s'il peut signer la bande original du long métrage From Scotland With Love et tandis qu'il se remet d'une jambe cassée, attend son premier enfant à naître, l'auteur- compositeur accepte. L'album du même nom que le film sort le 21 juillet 2014 comprenant 11 titres incroyablement beaux. Avec l'assistance du producteur David McAulay, la présence de son ami Paul Sauvage (The Delgados) avec qui il a travaillé déjà sur deux de ses albums en 2009 et 2013, également à la production, Kenny s'entoure aussi d'autres amis musiciens qui participent à l'enregistrement : Louis Abbott et Kevin Brolly (Admiral Fallow), Pete Harvey et Kate Miguda (Meursault), Emma Pollock (The Delgados) et le groupe de musiciens habituels de King Créosote, Derek O’Neill aux claviers, Andy Robinson à la batterie, Pete Mcleod à la basse, Kevin Brolly à la clarinette, le violoncelliste Pete Harvey qui arrange la section de cordes, et un choeur de voix.

Kenny Anderson qui compose, chante, joue de la guitare, de l'accordéon ouvre son From Scotland With Love sur le magique Something to Believe In. En regardant le documentaire qui lie des images d'antan, allant de l'industrie à l'éducation, toute l'épopée de la culture écossaise, les mélodies de King Creosote habillent divinement bien les images. La bande son se mélange aux morceaux de films anciens, en corolle, qui forment un bouquet d'images émouvant, poignant, plein de valeurs, mêlant sentiments et bravoure, délivrant la grandeur de l'Ecosse et de ses habitants. Batterie, piano et violons s'envolent sur Cargill, où la clarinette répond au délicat chant de Kenny qui accompagne les images poétiques et fortes de la dureté du feu des ateliers de production de bouteilles de whiskey à la fonte de métaux pour l'industrie navale. Puis Largs au rythme enjoué, enfiévré, nous emmène en vacances sur les plages animées du pays de l'enfance d'Anderson qui s'inspire directement de sa mémoire, de ses parents et grand-parents, de ce qu'ils lui ont transmis à travers cette troublante culture ancestrale "Likewise, there’s one set in the west coast one of the holiday towns, in Largs or Saltcoats. and I was able to think back to my own experiences of growing up in St Andrews when the Glasgow fortnight breenged into town". Miserable Strangers offre des partitions de claviers et de cordes qui donnent la chair de poule, titre qui évoque le sort des miséreux qui ont dû quitter le pays de force pour travailler à l'étranger. Les frissons ne nous quittent plus grâce à Leaf Piece, arrangé avec brio, qui relate des souvenirs personnels de son auteur qui dit avoir mis beaucoup de ses repères familiaux dans les textes "My dad's in this album a lot. There are a lot of songs on it that have little jokes in them for me, or for my dad. ..., "Leaf Piece", that comes from my mum, that's what she always called it – 'Don't forget your leaf piece!' It's a bag of crisps, or an apple, or a cheese piece. It was a big thing, it was the first break in the day when you were (harvesting potatoes). You couldn't wait to get your leaf piece. I think it's maybe meant to be 'leave piece' originally. I wonder if it got Anderson-ised" . Ce moment de grâce souligne l'âpreté de la vie dans la campagne au début du siècle dernier. Quand For one Night Only, formidablement pop, au tempo endiablé, où la voix de King Creosote danse légère comme une plume sur l'ensemble de cordes, l'épiderme est de nouveau à rude épreuve.

Bluebell, Cockleshell 123 et ses choeurs d'enfants, son clap-hands et Kenny à la guitare, magistral pour décrire des funérailles, surprend et enveloppe. One Floor Down enchaine sur une rythmique ensoleillée et des arrangements de cordes formidables, agrémentés de la mandoline de David McAulay, de claviers, sur des mots romantiques pour parler d'une histoire d'amour parfumée d'un autre temps à l'âme poétique encore vive. Crystal8 est un instrumental qui déroule un tapis de roses à Pauper's Dough, sorte d'hymne qui là encore, taquine sacrément l'échine parce que le titre est  superbement écrit et interprété. La chanson vient de Harper's Dough qui apparait sur l'album de 2000 12 O'Clock on the Dot, retravaillée pour From Scotland with Love par Kenny Anderson qui y sème beaucoup de lui, de sa propre histoire. L'album se termine sur une note de douceur avec A Prairie Tale, instrumental qui rappelle tout le caractère trempé de l'Ecosse, son identité et sa vigueur qui donne réellement envie d'y poser ses valises. Comme King Creosote nous a accoutumé à ses disques en format vinyle, il offre généreusement sur le double LP les bonus Favourite Girl, Steely Sea, Marie Celeste, Carry On Dancing, Hair of the Dawn, Return Ticket, 678, Bringing in the Bales. Je conseille le documentaire, le disque, le magnifique From Scotland With Love, élégant et captivant dans lequel King Creosote se révèle être un auteur- compositeur passionné et passionnant, un ambassadeur à la hauteur du projet.
FromScotlandWithLove