Translate

samedi 25 avril 2015

Sea Dramas

Sea Dramas est un groupe de San Francisco conduit par Scott Pettersen, auteur-compositeur, guitariste, pianiste et bassiste, peintre et sculpteur en parallèle et fait de la musique depuis qu'il a 15 ans : "Growing up, I listened to the music my parents had -- Cat Stevens, Simon and Garfunkel, The Doors. They had good taste in music. Later, my dad got into New Age music. My mom was always more into rock 'n' roll. They were always really supportive". Après son premier groupe Wayward Sway, il lance son propre groupe Sea Dramas en s'entourant du guitariste Dwayne Anderson, du bassiste John Mulhausen, de la chanteuse et clavieriste Marlaina Rae et du batteur Ted Kamp. Pour ce deuxième album de Sea Dramas, Beware the Ephemeral de mars 2015, qui suit Soft Wake de février 2013, la formation a un peu changé mais les amis du début sont toujours présents.

Untwined est le titre qui ouvre le bal avec des voix à foison dont l'accompagnement féminin gracieux de Erin Skidmore, les guitares et claviers sixties dans la veine des Essex Green, les battements de batterie frais et dynamiques de Rafael Herrera, accrochent l'attention d'emblée. Les instruments alternent, servent intelligemment la chanson, lui donnent des airs légers, printaniers sur un thème de déception amoureuse. Puis les cordes de guitares deviennent langoureuses et élégantes sur Maker of Heart, offrant un tempo dreamy, des accords iodés et fifties scintillants de pop, faisant penser aux Beach Boys. La Californie parfume les titres, avec les refrains chantés en choeurs, avec le thème de la mer, présent dans le nom du groupe, mais aussi largement souligné dans les paroles. Les mélodies resplendissent une atmosphère maritime ensoleillée et joyeusement agitée à l'image de San Francisco. Avec un chant chaleureux baryton de Scott, des notes voltigeantes de clavecin et clavier, des arpèges de guitares dignes des Byrds, Sometimes Repeater est un bijou musical surf pop magnifique. Le style sunshine poursuit avec le délicieux orchestral pop Ending Game. Il y a une flopée d'amis musiciens qui participent à Beware the Ephemeral dont Jason Quever à l'orgue, guitare électrique, et percussions, Ted Kamp à la batterie, Marlaina Rae dans les voix, John Mulhausen et Luke Borello à la basse, Caitlin Keen au violon. Le coeur brisé est l'habitant principal de Gragodeo Villas oscillant entre le mellow surf pop à la manière de Dick Dale et la pop sixties sucrée et romantique. Tous les titres véhiculent une dose d'UV et que ce soient les cloches de Gragodeo Villas ou les castagnettes de River Dream Song, la musicalité et l'inspiration fertile de Sea Dramas nous emmènent en voyage, rêvant de collines sur Wait for Sunrise, d'étoiles, de canyon ou de hautes mers comme sur Roll Like the Wave. La manière old-school d'aborder l'orchestration sixties apparait aussi dans le chant et les thèmes nostalgiques juvéniles. On reconnait la patte professionnelle et somptueuse de Jason Quever du groupe Papercuts qui en plus de prendre part aux instrumentations, produit et enregistre les mélopées de Scott dans son studio. Les deux personnalités alliées ne peuvent qu'offrir un album fleuri et coloré de sons, d'ambiances et de partitions parfaites. Lion Jaw est construite comme une mélodie indie-pop d'excellence, la plus contemporaine dans les arrangements, ornée de paroles particulièrement psychédéliques, de violons, guitares et claviers endiablés. All a Wash termine l'écoute en ballade chaloupée parlant de la lune, du soleil, de sentiments retrouvés, de souvenirs avec les deux voix splendides de Scott et d'Erin, de guitares surf et des violons lyriques.
Beware the Ephemeral offre une brochette d'harmonies pastorales, ficelées et épicées d'arrangements et drapées de mélodies excellemment écrites. Les Sea Dramas signent là surement un des meilleurs albums de 2015.
SeaDramas
PapercutsPiggledyPop2009