Translate

dimanche 8 mars 2015

Belle and Sebastian - Girls in Peacetime Want to Dance

Le groupe écossais Belle and Sebastian voit le jour en 1995 au sein de l’université de Glasgow où certains groupes peuvent bénéficier d’un studio pour enregistrer. Stuart Murdoch et Stuart David s’y rencontrent et écrivent des démos qui accrochent le label local Jeepster. La paire de Stuart étoffent leurs morceaux en la compagnie de Stevie Jackson, Chris Geddes, Richard Colburn et Isobel Campbell. Les Belle and Sebastian signent en 1996 l’album Tigermilk. Les compositions pop de la bande écossaise séduisent et traversent le Royaume-Uni. La même année, un deuxième album apparait, garni de mélopées savoureuses, If you’re Feeling Sinister. Jeepster réédite les deux premiers albums puis en 1998, les écossais signent The Boy with the Arab Strap et en 2000 Fold Your Hands Child, You walk like a Peasant, sans compter une pluie de Ep. 2001 marque un passage pour les Belle and Sebastian parsemé de plusieurs changements : Isobel Campbell quitte le groupe, les signatures sont désormais sur le label Rough Trade. Sarah Martin intègre l’équipe au violoncelle ainsi que Mike Cook à la trompette pour bientôt, tous deux, en faire partie officiellement. Puis arrive Bobby Kildea qui assure la basse suite au départ de Stuart David.


Belle and Sebastian, fort lié autour de Stuart Murdoch, remet la main à la patte en 2002 avec le ep Legal Man qui lance vraiment la renommée du groupe qui signera dans la même année, la BO du film Storytelling. Le sixième album Dear Catastrophe Waitress apparait en 2003. Après une belle et longue tournée internationale qu'effectue la bande, il nous faudra attendre 2006 pour savourer The life Pursuit et un album live BBC Sessions. Entre temps Stuart Murdoch ne lésine pas et continue de travailler sur des compilations et l’album comedie musicale God Helps the Girl de 2009. Le 11 octobre 2010, les Belle and Sebastian nous font le cadeau sublime Write about Love comprenant 11 titres galvanisants, resplendissants. Murdoch s’est entouré de ses acolytes et artistes comme Norah Jones, l’actrice Carey Mulligan, ainsi que des musiciens du LA’s Section Quartet.
Belle&SebastianGodHelpTheGirl2009
Belle&SebastianWriteAboutLove2010

L'année 2015 commence très fort sur le dancefloor indie-pop, grâce notamment aux Belle and Sebastian qui avec 25 ans de métier, ne baissent pas la garde et offrent le fabuleux Girls in Peacetime Want to Dance le 20 janvier dernier. Dans l'air du temps, ne négligeant aucun détails, Stuart Murdoch signe un album au titre qui déjà fait valser les yeux et qui évoque tous les sujets de notre époque, la paix, la guerre, l'âme slave présente dans les sonorités russes des arrangements, l'indépendance politique, la religion, l'amour etc. L'actualité est aussi présente dans les arrangements modernes ultra-dansants, comme le souhaitait Murdoch qui insidieusement concocte un album concept autour du thème de la danse. Peaufiné et subtil, l'album exécute une sorte de tournée musicale des grands ducs, revisitant des styles d'harmonies variées, inspirées, des sixties aux eighties ou griffées confortablement par le XXIème siècle. La magie Belle and Sebastian opère à l'écoute des douze titres qui arrivent les uns après les autres sans se ressembler, proposant sensations, surprises jubilatoires et l'envie irrépressible de danser. Girls in Peacetime Want to Dance est magnifique et réussi.


L'émotion tenaille quand 10 jours juste après les attentats à Paris qui ont frappé notre ville, décimé les nôtres, l'album tant attendu des écossais arrive et débute sur le titre Nobody's Empire et ses paroles "Lying on my bed, I was reading French, With the light too bright for my senses, From this hiding place life was way too much, It was loud and rough round the edges....On the edge of nobody's empire, And if we live by books and we live by hope, Does that make us targets for gunfire? Now I look at you, you're a mother of two, You're a quiet revolution, Marching with the crowd, singing dirty and loud, For the people's emancipation". Avec sa jolie pudeur et sa flamme poétique, Murdoch compose une mélodie splendide, sculptée et écrit un texte plein de nostalgie, de lucidité en peignant un tableau autobiographique révélant pour la première fois sa maladie enfantine qu'il dévoile dans une interview : "absolutely the most personal [song] I’ve ever written". La veine vibrante Belle and Sebastian continue avec Allie qui commence sur les papapapa de Stevie Jackson et la voix merveilleuse de Stuart, "Allie, what would you do? When there's bombs in the middle east, you want to hurt yourself, When there's knives in the city streets, you want to end yourself" "You bought that gun 'cause you thought, You'd be someone else, 'cause the tricks in your head are a lie", sur des accords de guitares électriques scintillants, une orchestration pop fleurie de flûte traversière, d'un clavier virevoltant et d'une basse, batterie remarquables. Puis c'est le sublime The Party Line, morceau souverain pour se trémousser et balancer les hanches à tout va sur ses synthétiseurs mixés par le producteur de l'album, Ben H. Allen III qui produit et mixe aussi Kaiser Chiefs, Animal Collective, Jeremy Messersmith. Ben a d'ailleurs accueilli l'équipe écossaise chez lui en Georgie, USA, pour enregistrer ce neuvième album. Sublime titre, Party Line évoque la danse, mais aussi entre les lignes parle d'un pays divisé, d'indépendance. Lors du référendum écossais, Belle & Sebastian était resté discret et cela n'est guère surprenant d'entendre Stuart sur le sujet dans ses chansons. Comme toujours avec Belle & Sebastian, il faut tendre l'oreille pour saisir la finesse des mots, en capter le sens, pour se plonger dans son univers sans retenue. Sarah Martin interprète de sa fort jolie voix The Power Of Three, rythmée d'une basse splendide, de guitares et synthétiseurs sémillants sur un texte rond de symboles, de références comme Sherlock Holmes pour souligner la nécessité de rester lucide et serein face à l'adversité "Always keep your green eyes open wide Depth perception, a change of direction....We've got enemies and nemeses, There's a world of possibility, In everything you leave a clue".

Arrive un moment exquis de douceur avec le magistral The Cat With The Cream où le groupe de Glasgow de manière émouvante parle de monarchie, d'une reine qui jette ses enfants dans la rivière, de politiciens, de couteaux et d'histoire, entouré du The Laurels String Quartet qui fait danser les violons, violoncelles, et alto. Puis le tempo se déchaine via les synthétiseurs de Ben sur Enter Sylvia Plath pour là aussi donner matière à la réflexion tout en opinant du chef "In this time and place, There's no-one who will shoot you down, There's no-one who will take a gun, And tell us you can't have the world". Quand The Everlasting Muse poursuit, les rythmes endiablés passent au boogie jazzy qui alterne avec ses airs russes, ses mandolines grandioses et le chant de Sarah marié à celui de Stuart pour parler de musique, d'amour "A subtle gift to modern rock, She says, be popular, play pop, And you will win my love. Puis majestueux, Stevie Jackson vient offrir le frétillant et poppeux Perfect Couples qui sur un swingue adroit et déluré fait scintiller les guitares avant le somptueux Ever Had A Little Faith? Ce titre lumineux et mystique marque et reste en tête, se rapprochant surement le plus des morceaux classiques du groupe et délivrant un plaisir sans bornes aux fans. Play For Today débarque en surprenant avec sa mélodie digne de Mario Kart sur le circuit plage Koopa, ensoleillé notamment grâce aux rythmiques et à la voix de Dee Dee Penny qui accompagne celle de Stuart sur un texte plein de symboles et d'optimisme. Sarah Martin revient sur un joyeux et poppy The Book Of You, les bibliothèques et librairies étant des thèmes précieux au groupe qui ici nous offre une solide mélodie mise en exergue par les claviers, la batterie brillante et une ambiance écossaise avec sa pluie, ses vieilles photographies, ses livres et sa mémoire. Quand joue le dernier titre Today (This Army’s For Peace), la boucle est bouclée sur le thème éloquent, poignant, déchirant "Victims will be justified, The lame will be leaping, This army's for peace, Come out into the light". Ce même thème est finement mis en image par les Belle and Sebastian sur les pochettes et vidéos de Girls in Peacetime Want to Dance. Ce nouvel album des Belle and Sebastian est une production résistante extraordinaire, un disque pour danser doublé d'un message important à recevoir.
BelleAndSebastianSiteOfficiel