Translate

samedi 17 janvier 2015

Thurston Moore

Il y a presque deux ans, je faisais un billet général présentant l'artiste : "Thurston Moore, auteur compositeur qui marque notre époque de son empreinte punk, rock et pop, est connu pour être un des piliers de Sonic Youth qu’il forme avec le guitariste Lee Ranaldo dès 1981 et qui accueillera sa future épouse, amie de Kurt Cobain, la bassiste et guitariste Kim Gordon, le batteur Steve Shelley qui oeuvre sur trois albums de Cat Power et le guitariste Mark Ibold, également membre de Pavement. Il arrive du Connecticut très jeune à New-York, se trouve une colocation chez l’artiste Dan Graham, écrivain et chroniqueur qui lui prête ses cassettes audio. Moore commence l’aventure du punk au sein de groupes locaux et rencontre Ranaldo; Ensemble, ils perfectionnent leur pratique de la guitare avec le Glenn Branca's guitar orchestra, puis montent Sonic Youth, qui signera 15 albums et sillonnera les scènes du monde entier jusqu’en 2011, toujours avec une trentaine de guitares à portée de main.
Pendant 30 ans, Thurston Moore n’aura jamais cessé de travailler. Dans les années 90, en parallèle de Sonic Youth, il participe à des bandes originales de films, Backbeat de 1994 avec les Afghan Whigs, Foo Fighters, et REM groupe pour lequel il joue de la guitare et chante sur leur album Monsters. En 1998, il participe à la musique du film Velvet Goldmine avec des membres des Stooges et son ami Don Fleming, musicien et producteur (Sonic Youth, Posies, Teenage Fanclub etc). En 1993, pour Sonic Youth entre autres, il lance son propre label Ecstatic Peace! sur lequel il signera son deuxième album solo Trees Outside the Academy en 2007, l’opus Psychic Hearts de 1995 étant sur Geffen Records, label de David Geffen qui signera Double Fantasy de John Lennon et Yoko Ono. Le new-yorkais Thurston Moore et son ex-femme depuis, Kim Gordon, travailleront d’ailleurs avec Yoko Ono. Ono lui demande en 2012 de peaufiner certaines de ses chansons, qui seront sur l’album YokoKimThurston.


Moore ne lésine pas sur ses activités et en plus de la musique, de la gestion du label, des ses collaborations artistiques multiples comme la réalisation du clip Here pour Pavement, il est aussi écrivain, éditeur et chroniqueur pour le Arthur Magazine et son site Protest Records. Passionné par le jazz, on l’a vu récemment sur scène avec une légende du jazz Michael Chapman, et apparait pour un projet de jazz improvisé à Oslo en 2007, aux côtés de musiciens norvégiens et de son ami Jim O'Rourke (Wilco) qui enregistrent le live pour l’album The First Original Silence. En 2011, il signe son troisième album solo dont les 9 titres tiennent du génie et montrent l’immensité du talent de Thurston Moore. Demolished Thoughts est une pure merveille tant en composition, en orchestration que dans l’écriture, avec des mélodies et des textes sculpturaux. La personnalité de Moore y est étincelante et le résultat parfait. Produit par Beck, qui y joue et chante, Demolished Thoughts est davantage proche de la pop orchestrale que du hardcore, du noisy ou du rock."
La suite du billet est là : ThurstonMoorePiggledyPop
En Octobre dernier, Thurston Moore nous offre une pépite, un album comprenant 8 titres qui concentrent tout son génie, son talent, son univers artistique et des guitares à toute bride. Installé récemment à Londres par amour, l'artiste s'entoure de Steve Shelley ancien batteur de Sonic Youth, du guitariste James Sewards et de Debbie Googe, bassiste de My Bloody Valentine. Tous les quatre partent pour une odyssée de sons puissants, des morceaux galopant parfois pendant 11 minutes, avec une grâce offensive efficace. La pochette de l'album représente la mère de Thurston Moore avec leur chien, photographie datant de 1940 et son titre The Best Day, évoque sa nouvelle vie en Angleterre. Son écriture est somptueuse et les textes symboliques, dont trois sont co-écrits avec son ami poéte Radieux Radio sont à la hauteur de la musique. Ces tristes jours derniers noircis d'attaques terroristes à Paris, The Best Day qui met en évidence la personnalité brillante de Moore, offre un travail intelligent.


Attaquant avec Speak to the Wild et ses mots à couteaux tirés "Speak to the wild, reach the for wire, protect your child, from empty empire, the king has come to join the band...don't let the dark get you lost, your free will has come in fire and frost", les cordes de guitares virevoltent aux mains de Thurston et de James. Combattants, acharnés, les arrangements sont majestueux posant immédiatement une tension avec une rythmique déterminée sur 8 minutes. Le sentiment d'endurance, de ténacité se poursuit sur Forevermore aux sonorités entêtantes dans les cordes qui mitraillent des riffs répétitifs sur 11 minutes, à la réminiscence resplendissante. Dès l'amorce de The Best Day, le souffle est coupé. Steve Shelley est épatant derrière la batterie, il innove, brode, dégaine et ajuste son tempo tel un orfèvre. Tape, romantique, acoustique, dévoile le lyrisme de Moore et son chant franc, touchant qui ne fait pas de détour. Le ménagement n'est pas de guise sur The Best Day qui suit. Derechef les guitares aiguisées, la batterie à brûle-pourpoint, partent au front sur la voix de Moore colossale et convaincante "And here's a man with the lust for life, He lives for now on the edge of a knife, And you know He doesn't like to be cut, Yeah, you know, He will never keep his eyes shut". L'ambiance musclée continue sur Detonation où l'instrumentation pas chatouilleuse accompagne le texte ajusté, "Game crushing seekers, find the truth, just you wait, we maybe have to use a toy grenade". Puis Vocabularies au texte dénonçant une accablante manipulation mentale est écrit avec subtilité et joué, interprété avec une finesse à toute épreuve. Grace Lake est un instrumental de presque 7 minutes où seules les guitares, la basse, la batterie, parlent, chevauchent et déchargent une kyrielle de sons qui croisent le fer avec Germs Burn, souverain dans l'orchestration récurrente et combattive où le chant baraqué, ferme l'écoute sur une déclaration...d'amour. The Best Day qui est le quatrième album solo de Thurston Moore est un petit chef d'oeuvre vitaminé et vigoureusement conseillé aux amateurs de Sonic Youth qui y retrouveront la griffe du groupe.
ThurstonMoore