Translate

samedi 24 janvier 2015

North Atlantic Explorers

Glenn D’Cruze de Vancouver est un artiste multiple, auteur-compositeur et multi-instrumentiste qui commence par faire ses armes en accompagnant d'autres groupes à la batterie. Cette première expérience l'a emmené sur les routes où les tournées, festivals, américains et européens étaient partagés avec notamment Neil Young, The Velvet Underground, Lemonheads, Sonic Youth etc. Puis quittant un temps la batterie, il s'est mis à écrire des chansons à la guitare et l'idée du travail en solo à germé. Perfectionniste, il décide de se lancer dans la création en ayant en tête un objet élaboré et réfléchi. North Atlantic Explorers, le nom qu'il choisit comme alias ne tient pas du hasard. Il est passionné de cartes géographiques, subjugué par l'Atlantique, l'Arctique, la magie de sa froideur et de ses brumes où son père a fait toute sa carrière en mer au sein de la British Merchant Navy. A ses côtés, il y a son ami co-producteur Jonathan Anderson qui peaufine le travail de composition signé à 100% par Glenn D'Cruze qui seul à bord, part pour l'aventure en 2005 avec l'opus de 15 titres Skylines. Sur ce fabuleux premier disque, outre ses compositions orchestrales pop incroyables et majestueuses, Glenn s'offre deux reprises, Tonight you belong to me jouée par Steve Martin au ukulélé dans le film The Jerk et I Will Not Leave You Alone de Lloyd Cole. Skylines arrangé de cuivres, ensemble de cordes, glockenspiel, banjo, guitares, basse, piano et orgue est à écouter absolument.


En Octobre 2014, North Atlantic Explorers signe un album concept magistral, surement la meilleure production et inspiration de l'année nommé My Father Was A Sailor. Comme son nom l'indique, le disque rend hommage au père de Glenn, William D'Cruze qui est tragiquement décédé quand l'album était en cours de création. L'album a donc connu un déroulement non prévu, modifié en son coeur, il présente des chansons écrites avant et celles tristement conçues après ce départ qui évoquent la mer, la vie de son père et sa "seconde vie" de manière poétique. Evidemment, les chansons sont poignantes et fort touchantes. Sur le plan de la composition, My Father Was A Sailor est un petit chef d'oeuvre pop orchestré avec des instruments à vent, à cordes, toujours co-produit avec Jonathan Anderson, enregistré avec une chorale de 14 personnes, et Glenn lui-même y assure les guitares, batterie, piano et basse. C'est à l'écoute de Yo La Tengo que le capitaine Glenn est pris de l'envie d'écrire sa propre musique et ce fan de Wilco, Hayden, Sufjan Stevens, Lloyd Cole, Teenage Fanclub, Josh Rouse, Burt Bacharach, Mark Kozelek, Amor de Días, Belle & Sebastian ne peut que kidnapper mes oreilles. Les mélodies royales de My Father Was A Sailor sont agrémentées de textes lus par son ami écossais Stuart David du groupe Belle & Sebastian et de la reprise magnifique South signée des Pipas (Mark Powell & Lupe Núñez-Fernández).


Le sublime keepsake maritime commence avec The Sailor & The Stenographer qui pose le décor d'emblée avec la voix de Stuart David puis celle de Glenn, toutes deux troublantes et puissantes, le bruit des vagues en fond sonore, pour chanter l'amour entre ses parents sur des trompettes et une section de cors accueillant les 14 voix couronnées de cymbales. Suit l'instrumental splendide Glasgow Circa, sa basse, ses orgues iodés et la trompette sensuelle faisant penser au swing de Josh Rouse, suivi de l'influence de Sufjan Stevens sur Don't Want No One Else (If I Can't Have You), déroulant une mélopée pop amoureuse qui fait danser la flûte, le banjo et les cuivres étincelants. L'album concept respecte une chronologie précise avec d'abord le coup de foudre de ses jeunes parents, du jeune William D'Cruze qui tombe amoureux de la jeune fille de Bristol, se déclarant timidement à sa belle "I lose my voice when you say hi; I don't want no one else if I can't have you". Puis la reprise South vient se glisser logiquement dans l'histoire avec des arrangements pop ravissants quand Lost At Sea vient coller des trémolos aux oreilles avec son vocabulaire au long cours illuminé de "lighthouse" pour décrire la solitude au milieu de l'océan. Into the blue Sea continue l'épopée sonore avec le choeur accompagné du piano et des cors, quand Spiral Into The Sea offre la voix de Glenn intime et pure pour parler d'un mot datant de 1967 de son père à sa mère "i'm not ready to die, yet, Be thankful for all that you've got, don't worry about all you have not, for one day gravity won't fail and we'll spiral into the sea". L'electro-pop instrumentale de Subtropics propose les arrangements orchestrés finement avec la section de cuivre, la basse superbe et la guitare brillante. Quand No More Stormy Seas arrive aux oreilles, l'émotion est directe. Le père parle à son fils de l'au delà, des étoiles, du paradis sur une orchestration délicate "Son, you should hear these bells of heaven ring". Hebrides, Bailey, Fair Isle est lue par Stuart David sur une mélodie sunshine pop, au boogie accrocheur et aux frissons garantis quand le capitaine termine son message en disant "goodnight Gentlemen and good sailing...". White Moon Bay termine l'écoute sur des arpèges de guitares, d'une beauté infinie. La voix bouleversante de Glenn D'Cruze au rythme palpitant qui boucle le grandiose et harmonieux My Father Was A Sailor apportera une chaude et certaine émotion à chacun d'entre nous qui a perdu un père.
NorthAtlanticExplorers