Translate

dimanche 5 octobre 2014

Ed Muirhead

Passionné et passionnant, Ed Muirhead est un des meilleurs auteurs-compositeurs écossais contemporains.
Multi- instrumentiste, il apprend le piano adolescent, puis la batterie, la guitare, d'autres instruments et il écrit très jeune, des poèmes, des chansons et intègre tôt des groupes d'indie-pop. Simple Life est un des plus beaux albums écoutés cette année et la suite prévue pour février 2015 nommée Day Job promet un moment magique. D'ores et déjà, l'on sait que l'enregistrement du prochain album a été concocté avec un ensemble de cuivres et cordes, des guitares en cascade et de l'harmonica ; Le tout saupoudré d'une ribambelle d'amis musiciens appelés The Banter. Ed Muirhead offre un délicieux accent écossais avec une atmosphère, une orchestration faite d'accordéon, de flûtes, ornée de textes qui nous téléportent dans les landes brumeuses avec ses châteaux vigoureux, ses highlanders en tartans, si hospitaliers.

Majestueux, Simple Life ouvre le bal avec le titre Ballad of Lorraine and Frank où les premières notes de cornemuse jouées par Ruaraidh Proctor donne des frissons. Ed nous emmène avec lui en nova-scotia en nous contant l'histoire de Frank et de Lorraine de son chant puissant et envoûtant, sur les notes de piano magnifiques.
Puis la balade romantique Do and Don't jouées à la guitare et à l'accordéon où la beauté naturelle du grain de voix d'Ed apparait avec une noble évidence, solide comme un roc, duveteuse comme une étoffe de tweed. L'invitation au voyage aux dessus des Hébrides, dans les verts et moelleux shetland se poursuit au fil de l'écoute avec la clarinette de Magdalen Green jouée par Frances McGlashan. Proposant son âme scot au piano et sa poésie dans le style de Leonard Cohen ou de Paul Simon, Ed explique l'origine de la chanson : Inspired by the view of the beautiful Tay, seen from Magdalen Green's grassy vantage point.

L'artiste tel un troubadour continue de nous mener dans son univers poétique et drôle, plein de chaleur et d'humour avec le titre Le pain, du vin entonné en français soulignant nos alliances et nos liens depuis le 13ème siècle renforcés au 16ème avec la française Marie de Guise, régente d'Écosse puis Marie Stuart, reine d'Ecosse mariée au roi de France François II. Depuis nos échanges culturels ont de manière rituelle constamment évolué. Simple Life qui suit est d'une humeur joviale, impression renforcée par l'accordéon joué par Ed, comme la basse guillerette et les percussions qui distinguent son don de compositeur, comme sur Hold On et son thème qui nous plonge dans un passé fait d'épées et de candélabres. Stolen Moment est le titre langoureux et amoureux le plus intime, joué délicatement au piano et chanté avec une grâce absorbante. La promenade mélodique et historique se termine avec Ode to the Kingsway où le savoureux et souriant accent scottish accompagné de l'accordéon taquin, virevoltant nous invite pour un dernier tour dans la région de Dundee.
"Many years ago Great Britain's first ring road Was built around Dundee. On the bank of the Tay, the mighty Kingsway, A super sight to see.
Kingsway, oh Kingsway, you save us lots of time.
Kingsway, oh Kingsway, your circles are so fine.
The jewel in the crown some would say, Was the double-circle at the top of the kingsway.
From north to south, east to west, The double circle was the best.
You could come in from Arbroath, And use one circle or both,
Down to the town, west to Perth, Or north to Forfar and Aberdeen,
But if you made a figure of eight, You'd be back to where you'd been.
De façon indépendante et familiale, Ed Muirhead a lancé son propre petit label Tattie Records pour signer ses deux albums mais aussi les productions d'amis musiciens. Parlant d'amitié, Ed a partagé la scène avec ses compatriotes Randolph’s Leap que je vous invite à découvrir là : randolphs-leap
EdMuirhead