Translate

samedi 9 août 2014

Jeremy Messersmith - Heart Murmurs

Quand Jeremy Messersmith offre un nouvel album, Piggledy Pop sautille et chronique. Voici le quatrième disque depuis ces quatre dernières années, magique, élégant, grandiose. Etant fan, je parle ici des trois autres albums de l'artiste américain : JeremyMessersmithPiggledyPop2012
"Jeremy Messersmith est un auteur-compositeur qui plaira aux orphelins de Elliott Smith, dont je fais partie. Originaire de l'Etat de Washington, Jeremy joue très jeune de la trompette et puis découvre les instruments à cordes. Multi-instrumentiste, ses amis de la faculté de Minneapolis où il vit désormais avec son épouse Vanessa, ébahis par son charisme et son style, lui conseillent d'enregistrer un disque. Ce qu'il fait. Chez lui, il compose, écrit, enregistre dans son home-studio et fait circuler son disque empaqueté dans du papier "paper-bag". L'originalité de sa démarche attire l'attention du label Princess Records qui signera en 2006, le premier album The Alcatraz Kid." "A l'image des pochettes de ses disques, élégantes et naïves, Jeremy Messersmith compose de la pop minimaliste. Il saupoudre ses touchantes paroles de cor, de trompette, mélodica, glockenspiel, de guitare électrique et acoustique. Si The Alcatraz Kid est un bijou symphonique absolu, The Siver City, sorti en septembre 2008 frappe encore plus fort."

"Après avoir travaillé avec le producteur Dan Wilson, membre de Semisonic, Jeremy Messersmith revient le 4 mai 2010 avec son album The Reluctant Graveyard qui suit The Alcatraz Kid et The Silver City; L’artiste définit ce troisième chapitre comme la « life-cycle trilogy ». Le disque toujours signé chez Princess Records est excellent, chaque titre est béni des dieux de la pop. Prolixe, il progresse dans l’univers mythique qu’il crée dans ces trois albums conceptuels, tel un Tolkien de la pop qui détient les codes." "En 2011 il participe au projet The Minnesota Beatle Project, album de reprises des Beatles dont les ventes ont été reversées aux écoles de musique du Minnesota. Jeremy Messersmith se montre élégant, disponible avec toujours cette manière originale d'avancer dans ses compositions, enregistrant en studio à la manière des Beatles, aimant écouter les Belle & Sebastian, Dr Dog, pour écrire in fine Tatooine, une ode à Star Wars." "Jeremy Messersmith qui entre dans la légende avec The Reluctant Graveyard, pièce maîtresse à classer dans votre forteresse de CDs, ouvre un nouveau chapitre le 25 septembre 2012 avec Paper Moon, un ep de 6 titres."

Le 13 mai 2014 est annoncée la sortie de Heart Murmurs. Comme son nom l'indique, il s'agit, oui, d'un album plein de romantisme, de rythmes et de la douceur des murmures mis en musique avec un brio singulier! Car Jeremy Messersmith ne fait pas que parler d'amour, il écrit ses chansons comme des chroniques de son temps, avec sagesse et un don pour l'ornementation pop. Il nous livre ses secrets, sur ses relations, avec pudeur et esprit, ses souvenirs comme ici, en garnissant Heart Murmurs de ses expériences de teenager, mélancoliques ou drôles. Ses arrangements y sont idem, pudiques ou fleuris, soyeux ou bondissants. Comme à son habitude, Jeremy anime ses titres d'une ribambelle d'instruments, dont les violons, alto et violoncelle sont assurés par The Laurels String Quartet ( Josh Misner, Jesse Peterson, Erica Burton, Cory Grossman) et sait dorloter ses mélodies, toujours avec l'aide de son ami producteur Andy Thompson, qui arrange, compose, joue guitare et batterie. L'équipe se compose du guitariste, bassiste, pianiste Ben Allen et du bassiste Dan Lawonn, de violon supplémentaire avec Zachary Scanlan, de cor avec Sarah Perbix, du second alto de Colleen Bertsch, d'oboe et de la flûte de Megan Thompson, de la chanteuse Allison LaBonne et Brian Tighe à la guitare, tous deux membres de Starfolk et de The Owls, dont je parle là : TheOwlsPiggledyPop

Le bal s'ouvre sur le nostalgique It's only dancing, qui loin d'être triste avec ses guitares rutilantes rappelle un tendre rendez-vous d'adolescent et d'une danse délicate, avant que son coup de coeur de teenager ne se marrie plus tard avec un autre "Feel your heart beat through your summer dress, Shuffle our feet slowly to the stereo""Let's tangle up our fingertips, And I'll rest a hand up on your hips, Nothing to see, it's all so innocent, It's only dancing". La batterie, lumineuse, donne le tempo suivi par les cordes, qui s'élèvent et progressent pour accueillir le poppeux et amoureux Tourniquet, dansant sur un texte attentionné. Bridges est tout aussi précautionneux quand le sujet préfère se retirer pour éviter le désarroi de sa belle sur des notes mélodieuses qui précèdent Steve, souverain dans la composition, dans les arrangements de cordes alliées au piano et à la voix de Jeremy Messersmith, superbe et captivante pour évoquer avec grâce les sentiments entre deux garçons. Ghost est un voyage lumineux et rythmé entre Omaha et Wichita, la nuit et le jour, les ponts et les jardins quand l'offensif Heidi souligne une rancune pour une fille qui en a choisi un autre, avec une batterie prodigieuse et des guitares électriques, des choeurs en cascade. Le romantisme et la poésie d'un couple qui a besoin de retrouver ses bases refont surface avec I want to be your one night stand où Messersmith brille au chant et à la guitare acoustique avant le magnifique You'll only break his heart, et ses guitares, tambourins, cordes et cuivres qui ornent le thème de la trahison et de la séparation. Le quartet revient lumineux sur Bubblin' accompagnant le grain de voix enchanteur, aussi enveloppant que celui de Lennon, et le piano, la basse féerique, les guitares électriques annoncent des choeurs en ascension pour une déclaration enflammée qui déroule le tapis de pétales de roses à Hitman, balade ouateuse qui évoque un amour impossible shakespearien emmené par les synthétiseurs et les guitares, batterie, prodigieuses. Le onzième titre Someday, Someone, morceau outrageusement romantique et poétique où Jeremy Messersmith allie son chant aux cordes pour offrir une mélodie raffinée et inspirée ferme le disque habilement sur un murmure "Someone true Someday soon, Someday, someone will love the fuck out of you, I will if you want me to". En tournée internationale depuis le mois de mai, d'abord en Europe puis aux USA, Jeremy Messersmith assure encore des dates à guichet fermé entre New-York et San Francisco pour offrir son talent, son style et dévoiler ses secrets sur partitions. Pour Piggledy Pop, Heart Murmurs est une des plus belles signatures de l'année 2014 à se procurer.
JeremyMessersmith