Translate

samedi 21 juin 2014

The Junipers

Dans la veine des Zombies, Beach Boys, Left Banke, Apples in Stereo, High Llamas et Gorky's Zygotic Mynci, The Junipers offrent une pop sixties mélodique et solide. Le groupe anglais nait en 2000 à Leicester, sur l'initiative de Joe Wiltshire, entouré de Marc Johnston, Pete Gough, Liam Riley, et Stuart Pratt. En 2007, The Junipers signent chez le label indépendant San Remo Records qui appartient au guitariste de Felt, Marco Thomas et enregistrent l'opus Cut Your Key en 2008 dans des studios de Birmingham avec aux manettes l'ingénieur Gavin monhagon, qui travaille avec Ryan Adams, Kings of Leon et the Editors. En 2009, il y a le départ de Marc Johnston, remplacé par un ami de la troupe Robyn Gibson, puis c'est le tour de Liam Riley et de Stuart Pratt, remplacés respectivement par Ash Seldon et Ben Marshall, ex membre du groupe Ambrose Tompkins où excelle d'ailleurs Joe Wiltshire.

En 2011, le line-up qui propose donc Joe qui compose, chante, joue de la guitare, basse et clavier, Ash au chant, guitare, basse et percussions, Pete à la guitare et percussions, Robyn à la guitare 12 cordes, au chant et Ben à la batterie signe en 2012 l'album Paint the Ground, remasterisé en version vinyle au mois de mars 2014 chez Sugarbush Records. The Junipers dont la traduction est "génévriers" jouent une pop psychédélique, teintée de sonorités proche de Revolver ou de Pet Sounds, avec parfois des arrangements typés folklore anglais sur des textes bucoliques et champêtres. L'album est enregistré pour une grande partie chez les Junipers et peaufiné à Birmingham dans le studio qui s'appelle Magic Garden, ça ne s'invente pas! Paint the Ground commence avec les bonnes vibrations dans les guitares de Look Into my River, aux choeurs pastoraux et aux flûtes élancées comme celles de Dandelion Man. Le thème du dandelion qui se traduit par "pissenlit" continue sur Willow and the Water Mill où Joe évoque nostalgiquement la nature et le bourdon éprouvé près de la rivière tout en jouant de la cithare. Romantique et lyrique, les mélodies et le chant en chorale sont un délice. Le folk de In my reverie enchaine sur un tempo malicieux, changeant la balade en morceau pop bubblegum orné d'une guitare électrique mirifique. Puis la guitare de 12 cordes, la cithare et le mellotron se marient sur la magique mélodie de Phoebus Filled the Town, mise en valeur par le jeu rythmique de Ben. Somptueux et duveteux comme un nuage, Antler Season arrive avec ses accords, ses cymbales délicates pour nous emmener dans une bulle sixties psyché quand le jeu des guitares amuse et réchauffe sur Golden Fields in Golden Sun aux tambourins médièvaux croustillants.

Le titre suivant, Song to Selkie, entraine, offre un air dansant jovial sur des paroles poppeuses pleines d'iode, de planètes, portées par des "teuteuteu" enchanteurs. La basse taquinante de They Lived Up in the Valley accroche l'oreille et donne des frissons, comme les flûtes chaloupées, les arpèges des guitares qui proposent une tapisserie sonore légendaire, fantastique où elfes et fées danseraient la chicken-dance. Le dernier titre beatlesien clôt l'écoute majestueusement, guitares, flûtes et batterie enveloppent, donnent du tempo, quand The Junipers en chorale entonnent des paroles qui parlent de renaissance, d'étoiles, d'une maisonnette acceuillante avec une maman qui attend les siens dans la Pearly Home. Paint the Ground est un album très abouti et resplendissant qui trotte en tête un sacré moment, sur lequel on revient avec entrain. The Junipers signent un EP de 4 titres en novembre 2013, nommé EP One, qui promet un album à venir d'une grande qualité là encore. Au début des années 2000, le groupe de Joe Wiltshire s'appelait Monkberry Momma et avait enregistré ces titres qu'il réedite sous le nom de The Junipers' Euphonious Trolley en éspèrant avoir suffisamment d'EP qui aboutiraient sur un nouvel album. Croisons les doigts! J'en profite pour faire un clin d'oeil et une bise au label où j'ai fait mes armes en 2007 et 2008 en tant que "bras droit", dixit le grand chef, label qui a travaillé jadis avec Monkberry Momma ce qui me permet de confirmer en bonus l'esprit ultra sympathique des musiciens de The Junipers.
TheJunipers