Translate

mercredi 4 juin 2014

Margo Guryan

Margo Guryan est un auteur-compositeur, pianiste, chanteuse américaine née en 1937 près de New-York dans le Queens. Adolescente elle se perfectionne au piano et étudie la musique classique à l'université de Boston, se penche aussi sur le jazz et la musique pop qui est encore aux prémices. A 18 ans, la jeune femme compose et au fur et à mesure de ses travaux, se rend compte qu'elle aime combiner pop, jazz et classique. Douée et dotée de l'oreille absolue, Margo a un don pour les arrangements, l'écriture des textes quand en 1957, l'artiste Chris Connor enregistre une de ses chansons Moon Ride. Ce sera le début de sa carrière d'auteur-compositeur pour d'autres : Claudine Longet pour son album de 1967 The Look of Love, Harry Belafonte pour son album de 1962 The Many Moods of Belafonte, Bobbie Gentry, Glen Campbell, Marie Laforêt, et plus récemment Saint Etienne. La liste d'artistes qui la réclame comme compositeur est longue, d'autres lui commandent des textes comme Dizzy Gillespie, Alice Babs, Dianne Reeves etc. Aimant les Beatles, les Beach Boys, Margo Guryan vit à New-York, loin du Londres des Fours ou des plages "coconuts" des surfers californiens quand elle travaille au label Verve en 1961, où est signée Astrud Gilberto qui d'ailleurs reprendra le titre de Margo Guryan Think of Rain (également reprise par Claudine Longet, Jackie DeShannon, Bobby Sherman, Harry Nilsson).

C'est en 1968 qu'elle signe son premier album Take a picture, plein de titres fantastiquement arrangés pop psychédélique orchestrale, aux particules sunshine où se mêlent avec délice des influences classiques, jazz, funky et bossa. Tout y est excellent, les critiques pleuvent et s'accordent à décrire l'album comme un chef d'oeuvre. Inspirée, perfectionniste, Margo compose entièrement le disque de 14 titres, gère les arrangements et la réalisation, interprète ses chansons avec un talent fou sur les guitares électriques, les basses, le trombone, le sitar, le clavecin, les flûtes traversières. Devenu culte, Take a picture resplendit à travers le temps, et la voix de Margo, qui évoque celles de Françoise Hardy, Petula Clark, Isobel Campbell, résonne toujours dans le microcosme de la pop indé. Cette admiratrice de Cole Porter, Hart/Hammerstein, Miles Davis et Bill Evans, s'enflamme pour la pop le jour où God Only Knows des Beach Boys atteind ses oreilles. Ce sont toutes ces influences qui se marient et réussissent des titres comme Someone i know où Margo sample la cantate de Johan-Sebastian Bach, Jesus, que ma joie demeurre. Les mélodies sont sculptées avec brio, avec du groove sur Don't Go Away, de la taquinerie sur Sun et sa flûte guillerette, ou encore avec le clavier psyché de Paul Griffith sur Love, la basse jouée par Kirk Hamilton, la batterie funky assurée par Buddy Sultzman. La juxtaposition d'une harmonie classique et d'un tempo pop sur Thoughts et les textes sont magnifiques, accrocheurs, délivrant une description de l'époque, d'événements et des cas personnels dont l'auteur parle avec une plume poétique aiguisée et d'une pudeur très efficace.

Dans les années 70, la musicienne qui n'avait fait aucune promotion de son disque, aucun concert, devient encore plus discrète, jamais sous les spots mais toujours à travailler. Elle écrit à tour de bras, des textes romantiques ou des pamphlets politiques comme par exemple sur le watergate dans Please believe me, ou The Hum qui parle du blanc sur les cassettes dans l'affaire de Nixon. Idem en 2001 quand sort 25 Demos, puis en 2007 quand l'album 16 Words parle de Georges W.Bush. Le fameux japonais Cornelius réedite l'album sur son propre label en 1999, puis Franklin Castle fait de même en 2000, d'autres labels le suivent, Siesta pour l'Europe et une floppée de labels américains. Intemporelle, la pop délicate de Margo Guryan qui brille par son chant mélodieux, susurrant et caressant, a traversé ces cinquante dernières années sans s'éssouffler. Appréciant notamment Hold Me Dancin qui est un titre pop disco en hommage aux BeeGees, l'artiste généreuse, n'aura volontairement fait qu'un seul album qu'elle souhaitait utiliser comme carte de visite pour consacrer ses compositions aux autres et aura enseigner la musique tout son temps depuis à des étudiants chanceux. Margo Guryan et son mythique Take a picture sont réellement à savourer et à avoir dans sa discographie, tout comme la perle 27 démos sortie le 27 avril 2014 par le label Oglio Records, album inspiré de 25 demos publié par le même label 2001, masterisé par Bernie & Dale Becker et produit par David Rosner (son second époux) qui propose des inédits et des raretés de l'artiste américaine comme le magique Under my Umbrella. Pour les amoureux des cassettes audio, c'est Burger Records qui se charge de signer 27 demos. Piggledy pop est fan !
OglioRecords