Translate

dimanche 1 juin 2014

Hector Guimard

A l'occasion de l'exposition Paris 1900 au Petit Palais jusqu'au 17 aout 2014, j'écris un billet sur Hector Guimard qui je pense n'est pas assez connu du grand public, ni des parisiens qui pourtant passent à côté ou sous ses oeuvres tous les jours, sans le savoir. Ce grand architecte nait à Lyon en 1867 et décède à New-York en 1942. Agé de 15 ans, étudiant brillant, il invite et persuade ses parents à partir pour Paris afin qu'il puisse suivre les cours à l’école nationale des Arts Décoratifs de Paris. Il y reste 3 ans avant d'intégrer l'école des Beaux-arts de Paris en 1885. Sa première réalisation parisienne est sur le quai Blériot, un restaurant-café concerts appelé le Neptune qui disparaitra en 1910. Ayant obtenu une bourse, il poursuit ses études en Angleterre, Belgique, Hollande et en Écosse avant sa première commande en 1889 pour l'Exposition Universelle qui sera le pavillon de l’électricité. Puis il réalise la même année la Maison de rapport Lécolle à Saint-Ouen. A 24 ans, il entre à l'école des Arts décoratifs de Paris mais en tant que professeur. Dès 1891 les commandes pleuvent, l'Hôtel Roszé, l'Hôtel Delfau, l'Atelier Carpeaux, la Villa Jassédé, l'Ecole du Sacré-Coeur dans le XVIème, un Hôtel particulier à Issy-les Moulineaux. Appliquant les principes préconisés par Eugène Viollet-le-Duc il est aussi inspiré par ses contemporains anglais et belges comme Victor Horta avec qui il sera un des premiers architectes à faire de l'Art nouveau. En 1895, il réalise l'important Castel Béranger de 36 appartements, rue La Fontaine à Paris, ville qui lui décernera le prix du concours de façades et gravera cette récompense dans la pierre de la façade.



En 1899, tandis qu'il construit nombre de maisons, de villa, d'édifices dans la france entière, Hector Guimard répond au concours organisé par La Compagnie du métro pour la réalisation de la totalité des édicules et entrées de métro de la ville. Son style unique art nouveau à base de fonte de fer teinté de vert irisé rappelant le toit de l'Opéra de Paris, aux motifs inspirés par les animaux et les plantes, séduit et il remporte le concours. Il continue de travailler sans relâche, d'ériger des castels, des villas, plus d'une quinzaine jusqu'en 1910 quand il construit l'Hôtel Guimard au 22, avenue Mozart dans le XVIème toujours, sur 6 étages, presque 100 mètres carrés, où il installe son agence. En 1913, il réalise la synagogue de la rue Pavée, et toujours dans le Marais, un grand immeuble de bureaux rue de Bretagne. Il est décoré en 1929 de la légion d'honneur et en 1938, la guerre éclate. Ayant peur pour son épouse américaine Adeline Oppenheim qui est juive, Hector Guimard boucle les valises et le couple s’installe à New-York. Quatre ans plus tard, l'architecte Guimard décède dans l'indifférence la plus totale. Pourtant, il reste une des grandes figures de l'art nouveau et de l'art en général dont il disait "J’aime l’architecture, et si je l’aime, c’est parce qu’elle comprend, dans son essence, dans sa formule, dans sa fonction, et dans toutes ses manifestations « tous les autres arts », sans exception." Hector Guimard laisse une belle et vivante signature en France mais aussi ailleurs, étant exposé de Berlin à Richmond en Virginie, de Philadelphie à New-York ou encore à Canberra. OeuvresHectorGuimard