Translate

jeudi 1 mai 2014

Ralegh Long

Grâce à mon ami suédois Calle, animateur de radio, qui me guide avec son excellent flair sur des pistes pop, j'ai découvert Ralegh Long cette année et je pense aussi qu'il mérite plus que nos deux oreilles. Auteur-compositeur anglais, guitariste, saxophoniste, essentiellement pianiste, il apparait en 2011 avec l'EP Sprawl qui propose cinq titres très beaux et fort intéressants enregistrés à la maison. A ses côtés, il y a des musiciens de talent, qui l'accompagnent parfois au chant, Will Lamport à la batterie, Richard Ellis à la basse et aux claviers pour signer un deuxième EP en 2012 qui porte le joli nom de Gift. Dans la veine pop baroque, Ralegh Long griffe ses nouvelles cinq mélodies d'harmonies et d'arrangements variés, d'un ensemble de cordes, qui annoncent la venue de son album en 2014. L'artiste s'entoure d'amis comme Jack Hayter, membre de Hefner, et de Tom Dougall membre de Toy et arrangeur de Louis-Philippe.

Parallèlement à la confection de son futur album, Ralegh Long fait partie de Gare du Nord Records, qui comporte plusieurs groupes et artistes, alliés pour former le label et dont la particularité est qu'ils s'échangent et font des reprises des groupes uniquement du collectif. Parmi eux, il y a le trio fondateur: l'artiste et journaliste australien Robert Rotifer, Ralegh Long, et Ian Button guitariste de Death In Vegas et producteur de Darren Hayman, de Go Kart Mozart. Il y a aussi Papernut Cambridge et des collaborateurs comme Picturebox et Darren Hayman. DarrenHayman
Une soirée mémorable organisée par Gare du Nord Records a eu lieu au Servant Jazz Quarters le 14 février 2014, Ralegh Long s'y produisait avec The Primary 3. Tout le travail qu'abat le troubadour  porte l'aura de Hefner, Jon Howard, de Robyn Hitchcock et promet un album formidable. Ce faux débutant qui monte son premier groupe quand il a 10 ans pour reprendre entre autres Is Your Love In Vain de Bob Dylan au saxophone, puis plus tard à 20 ans tourne avec Rose Elinor Dougall des Pipettes en 2010, assure sans être échaudé nombre de concerts en Europe. The Primary 3 qui sont Ralegh, Will et Richard créent une alchimie, une osmose qui resplendit sur chaque titre de Gift où la guitare de Jack Hayter brille comme sur Elizabeth, mellow à souhait, saupoudré de particules pop sixties où même la pluie de septembre sonne délectable. La voix sucrée de Ralegh qui me rappelle celle de Paul Stuart de Blueboy est exquise sur Briganza Street où les cordes pincées des guitares taquinent celles du piano avec délicatesse et élégance. La nostalgie orne les textes, les saisons, les endroits romantiques "cafe on the street" et l'évocation de photographies comme les arrangements de cordes sur Gift alimentent la délicieuse mélancolie. L'harmonie du piano et des mots célestes sur No Use resplendissent sur la guitare electrique, savoureuse. Change my Life ferme l'écoute avec le même raffinement touchant, fragile et intime, qui classe Ralegh Long au sein des artistes indie pop à suivre de très près.
RaleghLong
RaleghLongBandcamp