Translate

vendredi 2 mai 2014

Agony Aunts

Contrairement au nom de groupe, Agony Aunts sont loin du trépas et véhiculent une belle joie de vivre, une énergie sympathique et une drôlerie dans leur humilité. Cet esprit bon-enfant se retrouve dans la construction pop psychédélique de leur chansons, les instruments utilisés et les thèmes relatés. C'est un groupe composé de plusieurs personnalités, un ensemble d'artistes qui séparément opèrent pour The Corner Laughers, The Bye Bye Blackbirds, Preoccupied Pipers, The Orange Peels, William Cleere & The Marvellous Fellas, The Loud Family, et Anton Barbeau. J'écrivais en 2012 "La particularité des cinq Corner Laughers est leur goût pour les collaborations ; Ils s’entourent d’une belle poignée de musiciens donnant une ambiance festive à leur compositions" : CornerLaughersPiggledyPop

Les mêmes amis composent, jouent et chantent pour le projet Agony Aunts avec KC Bowman, batteur, guitariste et chanteur, qui est membre des Corner Laughers et de The Bye Bye Blackbirds, Karla Kane qui écrit, compose, joue du ukulélé et du tambourin, membre des Corner Laughers, qui compte aussi Khoi Huynh qui est bassiste, pianiste, chanteur tout comme Charlie Crabtree à la batterie et au chant. Avec eux, viennent participer aux albums, Allen Clapp des Orange Peels qui arrange et joue du piano sur les titres de Corner Laughers depuis des années, idem pour William Cleere, Bradley Skaught et Gil Ray de The Bye Bye Blackbirds et The Loud Family, la flutiste des Corner Laughers Jeri Sykes, et le multi-instrumentiste Anton Barbeau.
La joyeuse troupe kaleidoscope qui aime les Kinks offre une reprise en 2010 de Waterloo Sunset avant de signer l'opus Greater Miranda en octobre 2010; Les 12 titres rondelés, groovy sont dans la veine chamber-pop, sunshine- pop, tous réussis et brillants. Les musiciens californiens ne lésinent pas sur les harmonies chaudes et sucrées. Les arrangements pop sixties sont rutilants. L'histoire de Greater Miranda dans sa veranda faite de cyprès, de camélias pour la note flower-power qui rencontre une foule de personnes dans son rêve sur les tambourins, le banjo, guitares, basse et ukulélé donne immédiatement envie de danser.

Le garage-pop Me Being Maximum et ses guitares offensives, plein d'ardeur est un réglement de compte emmené par la batterie de Charlie Crabtree. La balade You're sorting out the rules fait penser aux Beatles, entêtante et magnifique. Night Circling Sharks suit, hardie et rythmée, sortant de l'ambiance hippie de San Francisco en sortant l'artillerie des guitares électriques sur un groove envelopant pour enchainer sur la soft et mélancolique Reap The Plains Sown. Puis le psychédélisme savoureux réapparait sur Linus's Fists Of Death parlant de manipulation mentale qui ne semble pas opérer sur KC Bowman et Karla Kane qui chantent avec la fibre de Paul Simon, excellents, accompagnés par la basse puissante de Mike Hate et le tambourin vigoureux d'Allan Clapp. Leland Manor, langoureux et mélodieux emmène sur les chemins du temps avec la voix résolument belle de Mike, puis celle de Karla, qui se répondent sur le sujet du mariage avant d'enchainer sur un air folk-country amusant qui orne l'histoire amoureuse d'Adam et Eve. RB&YM qui est une mélopée à l'origine des Corner Laughers, orchestrée sunshine avec le tambourin diabolique de Scott Rhoades, est enregistrée pour le Rob Black Show.
William Cleere et son chant tonique, audacieux fait son entrée sur Not Penny's Boat habillé du saxophone de Joe Hayes, de piano, percussions en tout genre pour créer une ambiance boogie sur le thème métaphorique de Pénélope. La croyance et l'amour font la paire sur San Rafael In Love qui mêle les voix dans un tempo entrainant efficace qui emmène sur les mers comme le titre précédent. On repose presque les pieds sur terre quand Evergreen Park arrive avec ses choeurs et sa guitare acoustique pour faire parler en écho des voix disparues "We'll skip through the park, Maybe we're thoughtless in deeds; we'll explore like we do I'm Lewis, you're Clark, ... When you see me forming into your twin, I know you'll switch to one who's holding the pin, There in your white lodge Shining & clean, This is your nightmare up on the screen".
En septembre 2013, Agony Aunts n'agonise toujours pas en repassant en studio pour offrir les 12 titres de Big Cinnamon. La clique de joyeux lurons ne change pas et réitère en signant des chansons constamment belle et finement orchestrées. Twenty​-​four Mergansers attaque avec un air pop délicieux où apparaissent des oranges, des citrons, des champignons et l'ours Paddington. Le clavecin, les guitares pop psyché continuent l'aventure sur Family Drugs, dansant, disco, au chant parfait sur des choeurs parfumés aux seventies. Big Cinnamon, au piano taquin, critique la bonne ou mauvaise foi, des situations quotidiennes avec une mélodie ensoleillée et des arrangements aux petits oignons quand arrive Back to Back Bill aux clap-hands envoûtés, au tempo accrocheur, au texte drôle qui parle de flèche, de pomme, de château et de Guillaume Tell sur un banjo déluré. Le voyage dans le temps se poursuit sur Undecimber qui sous ses airs médiévaux, sa clarinette, sa guitare géniale et ses choeurs parle du calendrier romain et des volcans avec poésie. Le rockeux We Got The Jekyll où Hyde arrive au galop, vengeur et ravageur, pour laisser place à Mother Make Sleep, qui parle de foi, de croyance avec un tempo energique, des voix toujours en osmose et des guitares electriques dynamiques, aiguisées derechef sur Uranium my love à l'ambiance plus eighties qui souligne un sentiment anti-militaire. You're So Vague fait l'effet flash-back dans les seventies, presque disco dans la veine de The Partridge Family, au beat patte d'eph en velour et au groovy col roulé en tergal. Le poppeux Laughing At The World suit avec ses arrangements de cordes, un piano ardent qui ravive l'âme des Carpenters, une ambiance soft qui s'interrompt avec l'endiablé Cool Fresh Nights qui sort les couteaux rancuniers sur les guitares électriques déterminées pour conclure délibérément sur le titre Trouble Was Born, écrite par Anton Barbeau, émaillée d'intemporalité soul avec son fuzz, son groove et son folk déluré.
Ces deux albums sont deux pépites pop d'une perfection audacieuse mélangée à la joie de faire de la musique qui s'entend sans cesse. Les amis de Agony Aunts sont tous d'excellents musiciens qui peuvent allier leur savoir-faire dans la bonne humeur et l'amusement pour notre plus grand plaisir. Piggledy Pop est fan.
AgonyAunts