Translate

mercredi 12 mars 2014

Fletcher C. Johnson

Fletcher C. Johnson est un auteur-compositeur interprète de Brooklyn qui entouré de deux musiciens, lance le projet en 2010 après avoir joué en 2008 au sein du groupe d'Atlanta désormais installé à New-York, The Weight. Les absorbants Fletcher C. Johnson piquent et mordillent l'oreille à la première écoute. Une atmosphère garage pop joviale, rock, se dégage dès l'attaque de l'opus It Rained Something Wicked qui contient 10 pépites pop folk, arrangées admirablement avec des guitares de tout genre . On y entend des influences des sixties et des seventies, dosées avec bon gôut et le chant insaisissable et planant de Fletcher ajoute une saveur à l'ensemble. De Thanksgiving à Merry Christmas, les titres déroulent une ribambelle de mélodies jouées aux guitares, harmonica, batterie et basse savoureuses sur des thèmes qui parlent d'expériences personnelles et de sentiments amoureux avec humour et esprit. Suit la même année 2010, le single Happy Birthday qui précède le fabuleux deuxième single en 2012, Messin' Up My Mind qui avec son autre titre, Lost my Head, sont parés d'efficacité.

Salutations est l'album qui parait en 2012, offrant la griffe singulière du trio new-yorkais qui signe 10 titres totalement aboutis. La folk pop est moderne, guitares et tambourins se cotoient avec harmonie pour parfois rugir en symbiose sur Salutations qui ouvre l'écoute. Il y a du Lou Reed, du Bowie, dans Wicked Boys, du Jonathan Richman dans Send me your love, du Bob Dylan dans Pacific Blue. L'arôme réside dans le chant de Fletcher C. Johnson qui met du tempérament dans son phrasé et sa manière d'interpréter orignale psychédélique dévoile son talent . Les mélodies sont immédiates et permanentes, alternative et accrocheuses, du galopant Call Me à l'ample Small Town et ses guitares charismatiques. Le tempo power pop et le fuzz dans la basse revient avec Save you Irene et Happy Birthday avec ses guitares fifties clinquantes aux sonorités garage ou surf et aux synthés psyché comme celui qui enchaine sur She, ballade langoureuse qui mène à l'excellent final Radio High. L'album a du style, une âme et Fletcher un sacré vécu après avoir joué et écrit pour le groupe anarcho-punk Aristocracy dans les années 90, puis son premier groupe avec son ami d'enfance Kyle Thomas qu'ils nomment King Tuff. L'irrésistible Fletcher C. Johnson est accompagné par Todd Martin à la basse, John Dougherty à la batterie et Adam Meisterhans à la guitare pour jouer en concert et sillonner les Etats-Unis tout le printemps 2014.
FletcherC.Johnson