Translate

samedi 15 mars 2014

Cheers Elephant

Cheers Elephant est un groupe américain qui propose une pop ensoleillée et rythmée depuis 2008 avec son opus éponyme. Les quatre musiciens de Philadelphie sont liés, de vrais amis et cette osmose s'entend sur leurs productions qui sont signées de l'auteur-compositeur et guitariste Derek Krzywicki accompagné de Robert Kingsly à la batterie, de Jordan del Rosario à la guitare et Travelin' Mat à la basse. De manière solide et harmonieuse, les quatre chantent, forment des choeurs et arrangent leurs mélodies en symbiose. L'âme du groupe, l'amitié se glisse dans les titres et se constate sur le terrain quand ils assurent les concerts ou quand en chorale ils décident de faire leurs paquetages pour emménager à Los Angeles en 2013. Le quartet pop psychédélique peaufine un second album en 2010, bondissant, vrombissant et Man is Nature parait en 2011. Les harmonies de basse et le chant m'évoque un mélange de Darwin Deez avec Hal et passant de la power pop de Shark Attack au sunshine pop My Bicycle Ride, à l'écoute de Comment Allez-Vous à Captain Crowninshield les influences pourraient aussi être puisées chez les Byrds, Zombies, ou chez les Beatles. En se plongeant dans la bossa du titre California, les Cheers Elephant annoncent leur envie de s'envoler vers les chaudes contrées sud-californiennes. L'instrumentation fleurie et les arrangements colorés réapparaissent sur le dernier album Like Wind Blows Fire de 2012 qui devrait être suivi d'un nouveau cette année 2014, en préparation.


Like Wind Blows Fire offre trompette, tambourin, clochettes, guitares, basses et batterie qui se lient sur des choeurs presque Brian Wilsoniens avec des "hoohoohoo" des "lalala" et des claphands joyeux sur des synthétiseurs guillerets. Le dynamique Peoples nous plonge d'emblée dans un bain de notes dansantes et une ambiance sensuelle avec les paroles "Everybody's got to love someone sometime" qui au fil du disque se transforme en déclaration plus offensive comme sur Party on Darwin, ou en invitation au voyage sur Leaves "No place to call you're oh-oh-oh-own, You'll end up where you are, Have faith please drive a car". La guitare acoustique de Little Dog propose une balade alternative, catchy et solaire avec la voix de crooner ravissante de Derek où plâne le souvenir des Beach Boys quand arrive les voix d'indiens de Like Wind Blows Fire, transportant dans le paysage du grand Canyon. La basse de Travelin'Mat résonne et resplendit sur Thought and Commonsense et sur Doin'it, right quand Derek Krzywicki et Jordan del Rosario font scintiller les guitares electriques et acoustiques sur Get'ya. L'album entier est réussi grâce à l'excellence du tempo de Robert Kingsly, il fait vibrer, voyager. Les Cheers Elephant grandissent, font évoluer leur univers contemporain et moderne aux allures sixties avec un sens pointu des mélodies et des arrangements pop et rock. Dans l'attente de leur quatrième album qui sortira cette année, leur trois premiers volets sont un régal, un délice sonore assuré.
CheersElephant