Translate

vendredi 13 décembre 2013

Andrew Keoghan

Andrew Keoghan vient de Nouvelle-Zélande pour proposer en 2011 son opus Arctic Tales Divide et peaufine actuellement son deuxième album entre Auckland et New-York. De formation classique, violoniste, il est auteur et compositeur de ses mélopées pop, finement arrangées avec du piano, cor, ukulele, violon et des guitares brillantes qui accompagnent sa voix cristalline. Les cuivres présents sur les titres offrent en parcimonie des particules pop baroque et orchestrale qui s'approchent du style de Sufjan Stevens sur un chant délicat qui évoque Thomas Dybdahl. L'album est magnifiquement mélodieux, abouti et construit avec savoir-faire. Andrew Keogan qui travaille avec son compatriote Lawrence Arabia aux arrangements de The Sparrow, coopère à l'album Christopher des The Ruby Suns, signe des titres rythmés où il joue de la guitare, du piano, du violon, joint par le producteur de l'album Wayne Bell qui est aussi à la batterie et aux percussions, Jol Mulholland à la basse et guitare, Gareth Thomas qui joue au sein de Goodshirt est aux claviers, Ben King du groupe Goldenhorse à la guitare mais aussi au chant avec Victoria Girling-Butcher qui parallèlement joue pour Lupin et Lucid 3
Les thèmes du voyage dans le temps et l'espace y sont soulignés avec élégance, les titres nous invitent à visiter l'Artique ou le cosmos, dans une atmosphère de contemplation et de fascination. Pour le voyage dans le temps, Andrew Keoghan utilise pour l'enregistrement son violon vieux d'un siècle qui appartenait à son grand-père, l'utilisant comme une guitare sur certains titres. Fan de Bob Dylan, Leonard Cohen et des Beatles, Andrew Keoghan qui apprend à 8 ans auprès de sa mère professeur de piano à jouer avec les notes et les accords, mêle ses influences classiques d'enfance à ses goûts musicaux d'adulte ainsi que ses influences de globe-trotter en amerique du sud avec la rythmique samba de Rio qui se faufile dans les chansons. Le single Ca va bien merci est un clin d'oeil à Serge Gainsbourg. La poésie et les harmonies pop folk, les instrumentations variées et alternatives habillent les 11 titres contenus dans Artic Tales Divide qui est à mes oreilles un des meilleurs albums de ces deux dernières années. Andrew Keoghan et sa voix touchante, majestueuse, a d'ailleurs reçu le Taite Prize de 2012 et est classé dans le top 30 des artistes par le Time-Out. A découvrir absolument !