Translate

lundi 11 novembre 2013

Wild Honey

Guillermo Farre est un artiste originaire de Madrid qui commence son parcours dans la musique indépendante en 2004 en tant que chanteur, bassiste, arrangeur et compositeur pour les Mittens (Anita Steinberg, Javier Moya, Jose Luis Fernández, Javier Lorente) avec qui il signe trois EPs, l'album Deer Park Mirage en 2010, puis un single en 2012, A Christmas Chin para ti, délicieusement pop. 
  Multi-instrumentiste il concocte son projet nommé Wild Honey en 2008, s'envolant pour Nashville pour son enregistrement en 2011. Personnalité riche au talent infini, l'auteur-compositeur s'allie au producteur de Josh Rouse, Brad Jones pour peaufiner le fabuleux et juteux Epic Handshakes and a Bear Hug. Véritable coup de maître pour un opus, l'album est raffiné, orchestré avec une âme sixties et une pointe de psychédélisme, alimenté de mélodies inspirées. La construction des titres y est alternative, variée, nourrie de textes forts en thèmes, aussi colorés et fertiles que les instrumentations. Les arrangements pop y sont pures et beaux, sans superflu et enveloppés d'élégance. Aucun des 12 titres ne fait tâche, tous sont excellents, ornés de guitares, basse, flûte, glockenspiel et du chant d'Ana Steinberg des Mittens dans les choeurs. Comme l'indique le titre, l'ambiance y est épique, amoureusement conquérante comme sur Kings of Tomorrow ou délicatement nostalgique comme sur 1918-1920 où la voix de Guillermo se fait cristalline et charmante : "You promised that after winter,You’ll come to pick me up,To drive all around Europe,Like the old days, dressed in white. La mélancolie y est joyeuse, la rythmique du ukelele et de la trompette nous plonge dans les souvenirs d'enfance sur Whistling Rivalry "Where we’re playing by the river, And climbing trees, With friends I can’t remember, All with scabby knees, Pictures of family secrets I’m glad I’m not involved in " La luminosité des créations et la sensualités dans la composition de Wild Honey reviennent en avril 2013 avec le somptueux Big Flash, produit cette fois par Tim Gane, guitariste, clavier et producteur de Stereolab et acolyte des High Llamas. La jolie collaboration se fait à Berlin où Guillermo dit avoir vécu une des plus belles expériences musicales de sa vie. Les mélopées de Big Flash, toujours sunshine pop revisitent aussi parfois la bossa sur des rythmes tropicaux, où les flûtes et les claviers hypnotiques flirtent sur les maracas dans My Memory May Also Be A Wish. L'âme des Beach Boys flotte sur les titres, Guillermo s'inspirant de leur album pour le nom Wild Honey, mais aussi celle des Zombies et des Beatles. See How Hard My Heart Is Beating ou The Kite And Captain John, sont solidement jouées dans un style pop psyché et dream-pop, interprétées avec grâce et volupté par Guillermo Farre au chant, guitare, basse, piano, synthétiseur, qui signe un 12 titres cohérent, ensoleillé et éthéré, là encore un second coup de maître admirable dont Piggledy Pop est fan.