Translate

vendredi 8 novembre 2013

Ryan Ruff Smith

J'ai écris un billet le mois dernier sur l'univers des Spencer McGillicutty
Quartet pop de Minneapolis, les Spencer McGillicutty se rencontrent au lycée en 2004, les deux garçons et les deux filles partagent leur goût enflammé pour la musique et le groupe qui les influence, les Beatles. Dès 2006, Mitchell Adam Johnson et Ryan Ruff Smith, écrivent et composent des chansons éditent un premier album éponyme où Brittany Miller et Nicole Wilder chantent. Cette collection de premiers titres est jouée en acoustique à la manière de leurs débuts sur scène. Puis le deuxième album Games comprenant 11 titres sort en septembre 2008; leur style griffé des quatre garçons de Liverpool est évident, dans la veine sixties, les mélodies sont jouées à la guitare, batterie, xylophone, tambourins, orgues avec des choeurs façon Beach Boys. Les titres sont joyeux, courts, ensoleillés, rythmés pour danser sur des paroles naives et amoureuses, le tout parfaitement abouti. De Claire Carnaby à Secret Best Friend où l’élégance et la délicatesse trottent sur les mots : « I always think of you, When I hear my favorite songs Come and meet me out tonight, It feels like it’s been so long» , c’est l’âme de Sgt. Pepper qui vient flotter dans les oreilles. 




Au coeur du groupe, il y a l'auteur-compositeur incroyablement talentueux, Ryan Ruff Smith, qui opère en cavalier seul depuis 2012 en signant l'Ep Everything Seemed To Happen At Once, puis en offrant en juillet 2013 le second EP Wildered & Westered. Différent du projet Spencer McGillicutty, sur Everything Seemed To Happen At Once Ryan qui appose sa belle voix aux titres fait swinguer ses cordes de guitare et son harmonica, y glissant néanmoins la même patte "Spencer"du compositeur dans l'art de planter un décors, donner une atmosphère et créer une ambiance dans chacune des chansons. Pop, rock, avec des notes jazzy et groovy, les textes rétro griffés sixties, amoureux et langoureux sont mis en beauté par Tylor Tholl à l'harmonium, piano, synthétiseurs, tambourins, par Dan Lawonn au violoncelle et Ryan aux guitares majestueuses et à l'harmonica. Ryan Ruff Smith confirme son talent pour l'écriture, l'art de conter des histoires et de créer des personnages dans ses morceaux du génial Wildered & Westered, sublime et abouti. Les 5 titres sont originaux, ne se ressemblent pas mais forment un EP homogène dans l'idée et sacrément bien ficelé. Fan des Beatles, Tom Waits, Bob Dylan, toutes ces influences se devinent dans les chansons qui n'en perdent rien en singularité et en harmonie. La musicalité est présente tout au long du EP, délicate et efficace qui séduira les admirateurs de Nick Drake et d'Elliott Smith. La veine indie folk brille sur State Of Nature avec ses envolées d'harmonica. Comptant Pete James Johnson à la batterie et toujours Tylor Tholl, multi-instrumentiste, il y a aussi son acolyte et ami des Spencer, Mitchell Johnson, qui joue de la guitare et chante sur Don't Take My Heartache Away et qui, comme Ryan, travaille à un disque en solo. Piggledy Pop reviendra biensûr sur ce projet que je sais prometteur. 
L'âme pop sixties de Silly Goose porte le chant de Ryan, juste et majestueux qui s'accorde à la perfection au trémolo et à le reverb un peu surf des guitares. La caisse qui galope sur les maracas de Some Days, fleuries d'une riche rythmique et de guitares entrainantes, fait dodeliner du chef et balance un swing digne d'une petite bombe dansante. Les notes nostalgiques plongeant dans les années 50 de Don't Take My Heartache Away dévoile la faculté de Ryan à faire de ses chansons des mini scénari délicieusement mélancoliques qui font voyager dans le temps. L'accompagnement à la guitare et aux choeurs de Mitchell y est succulent. Les compositions solides et rayonnantes de Ryan Ruff Smith se ferment sur une reprise fort réussie, Anything We Want de Fiona Apple. La voix falsetto que Ryan sait moduler avec beaucoup de technique, jonglant avec plusieurs tonalités pour faire passer les émotions tout comme la cavalerie de guitares qui tournoie et donne envie de danser. Je vous invite à découvrir ces deux EP en attendant le premier album de Ryan Ruff Smith qui ne tardera pas à frôler le tapis rouge de l'indie-pop.