Translate

samedi 5 octobre 2013

Saturday Looks Good To Me

Le groupe auquel on pense le samedi matin quand le reste du weekend est à venir, c’est ce fameux Saturday Looks Good To Me que j’évoque souvent sans lui avoir encore consacré de billet. L’univers sixties lo-fi, dream pop inspiré par le grand Phil Spector de l’auteur-compositeur Fred Thomas apparait sur l’opus Saturday Looks Good To Me en 2000. Le musicien, créateur et leader du groupe de Detroit était auparavant dans les formations Flashpapr et Lovesick avant de se lancer dans ce nouveau projet qui depuis ne cesse de signer d’excellents albums et de sillonner les scènes internationales indépendantes. En 2001 sort Cruel August Moon délivrant les facettes talentueuses du multi-instrumentiste Fred Thomas qui habille ses mélopées de violon, de clavier, batterie, basse et guitares, comme en 2002 sur Love Will Find You où les arrangements et les orchestrations de cordes renforcées par un xylophone, un orgue et un saxo, montrent son don pour l’écriture et la composition. Entouré d’une clique d’amis musiciens et de la chanteuse Erika Hoffmann, Fred Thomas mène Saturday Looks Good To Me en studio en 2003 pour peaufiner les géniaux et exquis All Your Summer Songs, puis en 2004 Every Night, tous les deux aux sonorités proches des Byrds, de Camera Obscura et des Magnetic Fields.
  
Travaillé en 2005 avec la chanteuse Betty Marie Barnes qui intègre la formation du Michigan jusqu’en 2008, l’album Sound on Sound contient les bonus et titres qui n’apparaissent pas sur les premières signatures et l’objet magnifique est un véritable keepsake mélodique stylé et intelligent. Les textes pudiques, d’une délicatesse absolue sont toujours savoureux, poétiques et naifs. En 2007, toujours brillant, productif, imaginatif, tout en assurant nombre de concerts, Saturday Looks Good To Me propose le magistral Fill Up the Room qui élève Fred Thomas au sommet de la pop.  
Fred Thomas, époustouflant sur scène, animé et fertile, crée Cold Colors en 2007 qui emmène la bande sur les routes américaines et européennes pendant plus d’un an. En 2008, pendant un court break, Fred Thomas met en place son propre label et finalement ne peut s’empêcher de jouer, produire, écrire et prend part à l’opus du groupe New-Yorkais World Atlas en 2010. WorldAtlasPiggledyPop Il revient en novembre 2012 avec le vinyle Sunglasses qui annonce la sortie du magique album de mai 2013, One Kiss Ends It All. A ses côtés, participent ses amis Betty Barnes au chant, Elliot Bergman présent depuis les débuts au saxophone, percussions, trompette, le bassiste Scott Deroche, Scott Sellwood à l’orgue, piano, claviers et Steve Middlebauff à la batterie. Réapparaissent sur One Kiss Ends It All, Invisible friend et Polar Bear suivi de Johnny, intemporel, comme the Everpresent New Times Conditions, qui en plus d’être dansant est savoureusement rétro, est amoureusement mélancolique. Saturday Looks Good To Me fêtera bientôt ses 14 ans et frais, spontané, devient même de plus en plus vigoureux, puissant et chaleureusement conseillé aux personnes de bon goût par Piggledy Pop ! SaturdayLooksGoodToMe