Translate

vendredi 18 octobre 2013

Fred Thomas

Fils spirituel de Neil Young, Bod Dylan, ce musicien de Detroit crée dans les années 90 deux groupes monumentaux, His Name is Alive et Saturday Looks Good To Me qu’il conduit en composant, écrivant et arrangeant jusqu’en 2008 quand Fred Thomas élabore son projet en solo pour revenir joindre ses amis de Saturday en 2013 et leur concocter le dernier EP One Kiss Ends It All/ Sunglasses
Lire plus là : SaturdayLooksGoodToMe
  En 2009, Fred Thomas part du Michigan rejoindre son ami Ryan Howard batteur des Saturday looks Good To Me pour lancer le projet City Center au coeur de Brooklyn où les deux musiciens sont désormais établis. Dans une veine pop sixties, psychédélique aux allures beachboysiennes, leurs chansons ensoleillées sortent par poignées et se vendent illico. D’abord Fred Thomas signe seul sous le nom City Center en 2008 un premier album éponyme puis le duo formé avec Ryan, prolifique et énergique, joue sans compter sur les scènes new-yorkaises et présente l’EP Zen Kids en 2010 puis le second album Redeemer en 2011. Fred ne s’arrête plus et crée le nouveau projet garage-pop Swimsuit en 2011 pour lequel ils compose, joue et arrange, produit par son ami Ryan, en s’entourant des chanteuses Amber Fellows, Shelley Salant et Dina Bankole. Fred Thomas qui ne sait pas lésiner, retrouve entre-temps pour un autre projet pop et folk parallèle sa complice chanteuse de Saturday Looks Good To Me, Betty Marie Barnes pour former ensemble Mighty Clouds. Le superbe duo signe en 2010 un 11 titres éponyme touchant et orné de mélodies ravissantes enregistré en Suède. Fred Thomas c’est The Hive Dwellers, City Center, Saturday Looks Good To Me, Mighty Clouds, Lovesick, His Name is Alive, Flashpapr. Avec son univers musical plein de Stephen Merritt, Will Oldham, la poésie de Morrissey et de Neil Young avec l’harmonica mordant et dansant de Bob Dylan, l’inspiration de Phil Spector, Fred Thomas signe aussi en solo ces albums : Everything Is Pretty Much Totally Fucked Up en 2002, I Heard the Angels Sing en 2003, Turn it Down en 2004, Sink Like a Symphony en 2005, Flood en 2007 avec sa mandoline magnifique, harmonica et violoncelle magiques, Kuma en 2012 si beau qu’il mériterait des éloges plus étendues, avec des titres raffinés, intemporels que j’écoute en boucle comme Soft Talking orchestré avec des cordes, Your Love is Everywhere et sa voix pénétrante et le piano magistral de Home on a Plane. En ce début 2013, l’ensorceleur pop peaufine son album Night TimesPumpkin Seeds sera idéal à savourer pendant Halloween. La personnalité charismatique de Fred Thomas séduit, ses amis disent qu’il est facile de travailler avec lui, de le suivre, le qualifient de visionnaire doté d’une humeur constante et drôle. Son talent est infini pour la composition et les arrangements pop, bubblegum, garage, psyché, aux influences colorées de par son expérience de vendeur de disques et sa connaissance sans bornes de la musique pop. Fred Thomas est amoureux des vinyls, des cd et des cassettes audio, supports qu’il utilise pour sortir ses productions qu’il gère dorénavant avec sa casquette de responsable de label nommé Life Like.